DOSSIERS  |     DOSSIERS+  |     FORUM BRAZZAVILLE  |    

Mali, RCA: des interventions à 1,2 milliard d'euros en 2014

Par Le Canard enchaîné - 08/08/2014

Le coût des guerres au Mali et en Centrafrique a triplé par rapport aux prévisions gouvernementales, et la loi de programmation militaire n'est plus financée

 

Le surcoût a dérapé
Selon Le Canard enchaîné, les opérations extérieures (les Opex) principalement au Mali et en Centrafrique, ont entraîné un surcoût bien plus important que ce qui était prévu. "D'après les derniers calculs, ce surcoût s'élève à 1,2 milliard d'euros. Or, dans la loi de finances 2014, seuls 450 millions d'euros ont été affectés aux Opex et à leur surcoût", explique Le Canard. Traduction : en 2014, le coût des guerres au Mali et en Centrafrique a triplé par rapport aux prévisions gouvernementales.

 


© politique.net
Problème
Les caisses du ministère de la Défense sont vides. L'hebdomadaire raconte que la direction générale de l'armement a annulé plusieurs commandes militaires (notamment les commandes de missiles qui devaient armer les sous-marins nucléaires d'attaque). Mieux : la loi de programmation militaire 2014-2015, votée en décembre 2013, n'est pas vraiment financée. Estimée à 183,9 milliards d'euros (un record), cette loi de programmation devait notamment être financée par des "ressources exceptionnelles" (Rex) d'un montant de 6,1 milliards d'euros. Parmi les ressources exceptionnelles, il y a notamment les ventes de biens immobiliers appartenant au ministère de la Défense et la vente de fréquences hertziennes 700 MHz aux opérateurs de téléphonie mobile.

Sauf que, là encore, les ressources attendues sont moins élevées que ce qui était prévu: rien que sur l'année 2014, les ressources extérieures n'ont rapporté que 190 millions d'euros sur les 1,7 milliards attendus. Et le gouvernement ne pourra finalement pas compter sur les ventes de fréquences hertziennes pour financer sa loi, puisque ladite vente ne pourra pas avoir lieu avant la conférence internationale des télécommunications qui ne doit se réunir qu'en... novembre 2015.

En résumé, le coût des interventions militaires au Mali et en Centrafrique a triplé, et la loi de programmation militaire n'est plus financée. De quoi alimenter un peu plus un déficit budgétaire bientôt hors de contrôle.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués