NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

RCA: le Général Dhaffane suspendu de la Seleka pour «haute trahison»

Par Sylvestre Krock/AA - 07/08/2014

«Dhaffane a signé l'accord de paix à Brazzaville sans consulter sa hiérarchie», selon les dirigeants du bureau politique de l'ex-coalition Seleka

 

Les principaux dirigeants centrafricains de l’ex-coalition Seleka ont suspendu le 2e vice-président de la coalition, Mohamed Moussa Dhaffane, «pour non-respect des consignes de la hiérarchie et haute trahison », révèle un communiqué du bureau politique de l’Ex-coalition Séléka. La décision a été prise par le général Noureddine Adam, 1er vice-président la Séléka, en accord avec le chef de l'état-major installé à Bambari, Joseph Ndeko et avec le président de la coalition, l'ex-président centrafricain Michel Djotodia, a confirmé un membre du bureau politique qui a refusé de préciser les raisons de cette suspension.

 


© AFP Guy-Gervais Kitina
Mohamed Moussa Dhaffane à Brazzaville
Joint par téléphone, par Anadolu, le porte-parole de l’état-major, Ahmadinejad Ibrahim, a expliqué pour sa part que «Dhaffane a été suspendu de ses fonctions pour avoir signé le cessez-le-feu de Brazzaville sans avoir consulté ses supérieurs au préalable». «Avant la tenue du forum de Brazzaville, les principaux Seleka se sont rendus à Cotonou (capitale du Burkina Faso) pour discuter de cet accord avec Michel Djotodia (qui réside là-bas) et appliquer les consignes qui seront formulées par le président. Mais le général Dhaffane n'y a pas participé et n'a pas tenu compte de cette réunion. Il a décidé seul de la signature de l'accord, sans se référer à sa hiérarchie au préalable», a-t-il détaillé. «Cependant, la majorité des membres de la Seleka qui ne font pas partie du bureau, ne sont pas favorable à cette suspension», a nuancé Ahmadinejad.

«Beaucoup d'éléments seleka attendent la constitution d'une nouvelle assemblée générale extraordinaire pour revenir sur cette décision» a-t-il enfin ajouté. Le 23 juillet dernier à Brazzaville, au Congo, un accord de cessez-le-feu entre séléka et anti-balaka a été signé en vertu duquel tous les protagonistes de la crise centrafricaine se sont engagées à «cesser toute hostilité et toute entrave à l'exercice de l'autorité de l'Etat, de la libre circulation des biens et des personnes».

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués