NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Centrafrique: une aile de Séléka rejette l'accord de Brazzaville

Par Autre médias - 28/07/2014

A Brazzaville pourtant, les représentants de la Séléka ont signé un accord de cessez-le-feu après avoir demandé sans succès la partition du pays

 

Cinq jours après la signature à Brazzaville de l’accord de cessation des hostilités, ce dernier fait déjà l’objet de controverses au sein de l’ex-Séléka. Le chef d’État-major de cette coalition, Joseph Zoundeko, a contesté cet accord qui selon lui, n’apporte pas la solution attendue. « L’État-major de la Séléka ne se reconnait pas dans l’accord de cessation des hostilités signé à Brazzaville », a-t-il dit au RJDH. Ce dernier a affirmé que « la délégation de la Séléka qui a pris part au forum de Brazzaville n’avait pas le mandat d’apposer sa signature au bas de ce document de cessez-le-feu sans l’avis favorable de l’État-major. Par conséquent, l’État-major précise à l’opinion nationale et internationale que ce document n’engage que la responsabilité de leurs auteurs signataires.»

 


© aa.com.tr
image d'illustration
Pour Joseph Zoundeko, cet accord est en défaveur de l’ex-Séléka. Il a souligné qu’un « mémorandum présentant les pistes de sortie de crise en Centrafrique a été remis au médiateur Denis Sassou-N’Guesso mais est demeuré sans suite jusqu’ici.» Abdoulaye Isseine, ancien coordonateur politique de l’ex-Séléka, n’a pas souhaité se prononcer sur cette affaire. « C’est Mohamed Moussa Dhaffane, le chef de la délégation au forum de Brazzaville, qui est habilité à répondre à cette question. », a-t-il brièvement dit. Mohamed Moussa Dhaffane n’était pas disponible pour donner sa position sur cette situation. La prise de position de l’État-major est le premier obstacle enregistré à la mise-en-œuvre de l’accord de cessation des hostilités signé à Brazzaville.

En revanche, des leaders politiques de la Séléka et des anti-Balaka estiment, selon le correspondant de la BBC en Centrafrique, que la réconciliation est encore possible. Des dizaines de milliers de musulmans ont quitté le sud du pays, où vivaient la plupart d’entre eux. Zoundeiko reproche aux "frères chrétiens" d’avoir rendu la paix impossible en Centrafrique. Des délégués de la Séléka (à gauche) et des anti-Balaka, à BrazzavilleDes délégués de la Séléka (à gauche) et des anti-Balaka, à Brazzaville Les dernières violences ont commencé dans ce pays lorsque des rebelles pour la plupart musulmans ont renversé le président François Bozizé pour s’emparer du pouvoir. La présence de quelque 7.000 soldats de maintien de la paix envoyés en Centrafrique n’a pas permis de mettre fin aux violences.

Amnesty International a accusé 20 personnalités centrafricaines d’avoir commandité ou commis des "atrocités". Cette ONG de défense des droits de l’homme souhaite que les personnalités mises en cause soient traduites en justice. A Brazzaville, les représentants de la Séléka ont signé un accord de cessez-le-feu après avoir demandé sans succès la partition du pays. Les délégués des belligérants ne sont pas parvenus à fixer le cadre du désarmement des diverses milices du pays, ce qui était pourtant l’un des objectifs des pourparlers.

 

 
MOTS CLES :

2 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Grace à la france ,ils se permettent encore d'exiger alors ce sont des gens qui devaient avoir le profil bas en attente d'un jugement,et vous ne comprenez pas que tant qu'il n'y a pas de justice adéquate,la vengeance remplace la justice. Et on dit que sam

Par DONATIEN

29/07/2014 18:19

Il faut être des centrafricains pour que des gens voués à un passage devant la justice,des bourreaux dicte leurs loi à une communauté censée et géré par la loi. Ce que séléka est venu faire en centrafrique,on veut faire oublier et les passer pour des gens corrects qui n’ont rien posé de grave et qu’ils faut discuter avec eux. Normalement ce qu’à vécu centrafrique nécessite une justice exemplaire ,non seulement exemplaire mais les comportements des sélékas appellent à ce jugement dans le droit,qu’ils soient simple séléka ou leur chef. Rendre un pays au point où tuer devient un jeu pour tout le monde ? Détruire tout un pays et des familles et aujourd’hui les memes viennent avec des conditions,Non. La paix se fait pas à n’importe quel prix,on veut une paix pour que dorénavent topute personne qui pense venir sous n’importe quel pretexte tuer ,violer etc sache les conséquences encourues car c’est trop facile que les gens tuent des milliers de gens et qu’on leur disent de venir se saluer et dire qu’on est des frères. L’europe a trouvé son équilibre en jugeant les responsables des horreurs et partout dans le monde c’est ainsi. Aujourd’hui on prend les acteurs des actrocités qui devraient interessés la justice nationalme et mondiale comme des gens qui sont sur scène. Si vous étiez un pays démocratique et qui savait la valeur d’un peuple dans la démocratie,vous ne vous comporterez pas ainsi ou discuterez mieux des questions centrafricaines que ce film de nullité que vous oiffrez au monde entier. Séléka était elle en guère avec ce peuple qu’elle a tortué,massacré et reduit à rien ?Ils avaient pris le pouvoir pourquoi cet acharnement sur ce peuple pendant neuf moins avec une telle dureté sauvage ?Ce peuple ne profitait d’aucun régime,le raison est ailleurs,c’est l’islam radicale expansionniste. Ceux qui parlent de partition,ils n’ont qu’à le demander que pour Birao et ndélé et même il faudrait un reférendum auprès des originaires de cette région qui ne sont tous pas des musulmans . Et meme avec une partition,ils ne sont bien que chez les autres (au tchad avec le quartier musulman modernisé par deby et le quartier chrétien et animiste boycotté où les gens vivent de façon moderne sans interdit,les memes qui vous parlent de charia,d’interdits et de religion,ce sont eux qui envahissent le quartier sud pour assouvir tous vices et beuveries, qui trompe DIEU ? Vous verrez ils parlent partition d’ici quelques années vous les verrez venir encore errer ailleurs et demain demander d’autres exigences sur là où ils sont partis pour leur partition. Si c’est le cas partition, chacun reste chez soi sans possibilité de visa. Les séléka média LNC nous sort une idée non intelligente de federalisme,il faut voir les gens avec lesquelles on peut parler de féderalisme si pour que demain on soit un mini Nigeria avec un etat avec la loi de Charia et autre connerie comme boko haram institutionnalisé ? déjà les gens ne s’accordent pas ,meme une partition ,le reste de l’afrique regardera cette partie de centrafrique comme un centre de feux d’artifice car la culture des gens et leurs désaccords perpetuels n’offrent que ces genres de guerre et désordre.
J’ai appris que samba panza a décrété ce mardi 29 juillet férié à bangui,est ce vrai,mais que fait et qui est cette samba panza en centrafrique,si elle a fait cette bourde,quel nous explique son rôle.Pourquoi voudrait elle conduire ce pays dans une concurrence de religion comme les musulmans aiment à le faire partout où ils sont et vont. Heureusement qu’ils ont des gens lucides dans le monde qui leur ramène à la raison des racines culturelles.Meme la France où il y a un nombre important de muslmans ,on en est pas à cette absurdité politique. Les fetes chrétiennes etant fetes dans plusieurs payes du monde,et les sociéts et affairistes ne voulant pas travaillant dans le neant sans contact avec les partenaires à l’extérieur,ces fetes ce sont imposées. On va faire ferie pour jouer la concurrence c’est accepter que la politique doit etre communautaire,j’espère que dorénavent quand ce pays deviendra democratique,que le peuple a son regard sur tout ce que ces faux intellectuels qui pilotent à vue et ne réfléchissent pas plus loin que le bout de leur nez. Jour férieé quand ce jour même n’était pas respecté par les premiers concernés qui ouvrent boutique quand il leur fallait se reposer et prier allons ! pendant ,tout le ramandan ,j’en ai croisé plus plus ivres que sobres comme ceux qu’ils prétendent quand il s’agit d’utiliser cette réligion en politique comme leur mentor du golfe leur inculque et avaler bêtement car tous avides d’argent.
Un gouvernement de transition qui parait une dictature des temps oubliés. Sms suspendus,on cherche a ficher les abonnés portables, et comble parce que djotodia a donné une interview sur BBC rétablissant certaines vérités,Mme samba panza suspend BBC sur le territoire centrafricain,ce qu’elle oublie si les centrafricains n’ecoutent pas BBC le monde entier le suit et l’AFRIQUE le suit alors ? depuis vous voyez la cour qu’ils font à djotodia,idiot qu’il est ,j’espère qu il ne pense pas qu’on lui accorde un crédit,c’est pour le terre. Le système occidental est au point, sait-il ce qu’on appelle le parapluie bulgare,juste te toucher avec un truc,le drap de lit de ton hotel ou plusieurs choses,c’est l’élimination à petit feu. Si c’est ce qu’on lui prevoit je m’en soucie pas,qu’il ravale ses exigences avec leurs conneries d’exigences et s’occupe à bien mettre sur papier et cassette auprès de plusieurs avocats qui un jour ou l’autre en dévoileront sur ce qui s’est passé,comment Séléka est arrivée etc ,car cette verité le peuple doit le savoir,les petites excuses sont des somnifères pour enculer le monde. L ideologie séléka,les pillages et massacres et destructions ,viols,les methodes nourredine,le role que qui,quels Etats,tout cela ils veulent etouffer pour nous dire ils faut aller a la reconciliation ,à la paix. Mais le peuple centrafricain est un peuple de paix,qui l’a aggréssé,n’est ce pas séléka ? Qu’ est ce que ce peuple massacré du sud à l’est et du nord à l’ouest a avec Bozizé ? des gens coupés en morceaux,terrorisés pendant ce temps des personnalités vont leur negocier de contrat de protection. Je pense que tout contrat signé sous la transition est nul car il n’ y a pas d’Eta et dorénavent les octrois de contrat doivent se débattre à l’assemblée et diffusé à la radio et que chaque citoyen sache qui fait quoi c’est ainsi que ça se fait en démocratie ,alors pourquoi chez nous ça devient une histoire d’individus corrompus entre deux diners et encore ?Cela réduira des convoitises car toutes ces guerres pour le pouvoir ou pour une communauté c’est parce que certains croient que une fois perché ils font leurs business au nom de l’Etat,ce la doit faire parti de nouvelles lois qui régiront ce pays avec la nouvelle generation. Si sabone dit que chaque musulman a des armes pour se protéger,le mandat de l’onu est de désarmer de force et de gré. Alors l’onu n’a quà desarmer de force ou de gré et ensuite assumer son sa seconde mission celle de protéger . Sabone qui doit répondre de la justice ,ce n’est pas à lui de dicter des choses à la communauté internationale ou l’onu
Il Y A LA FRANCE ET SAMBA PANZA QUI FONT QU'ILS PENSENT QU'ILS ONT DES DROITS MALGRE LE SANG SUR LEURS MAINS.A paques,elle n' a pas fait de discours malgré de dizaines tuées par les milices de déby,les pretes ,les archevêchés saccagés,elle a eté silence,elle n'a jamais été pour les déplacés,quel jour l'avez vous entendu les pleurnicher etc. On a les rebelles qu'on merite,quand on est idiot même un ignard vous marche sur le pied

Ce que sait faire monsieur Jean jacques Demafouth...

Par sorokaté

30/07/2014 11:52

Vous êtes ici : Kangbi-Ndara » Politique » Centrafrique : après un court séjour à Douala, Jean-Jacques Demafouth en route pour Bangui
Centrafrique : après un court séjour à Douala, Jean-Jacques Demafouth en route pour Bangui

26 juin, 2014 | Par kangbi-ndara | Catégorie: Politique | 736 vues
Francine Bassongo (Kangbi-ndara.net)- Le Conseiller à la présidence Jean-Jacques Demafouth rentre à Bangui en passant par Bouar après « une mission » qui ne dit son nom.

Demafouth_photoIncognito, Jean-Jacques a passé tranquillement son séjour à Douala capitale économique du Cameroun dans le quartier New-belle non loin de la prison centrale avant de quitter Douala hier par voie routière pour rentrer à la capitale centrafricaine, Bangui.

« Il rentre par la route avec quatre gardes du corps dans un convoie de cinq véhicules blindés appartenant à la présidence de la République », signale une source proche de Monsieur Demafouth.

Monsieur Jean-Jacques Demafouth, cité parmi ceux qui veulent par un coup de force détrôner la Président de la transition Catherine Samba à travers les manifestations meurtrières des 28,29 et 30 mai dernier n’a pas pris le chemin de l’exil à destination du Cameroun comme l’ont divulgué certains médias « Il a dit qu’il était en mission », précise la source anonyme.

Avec plus de 200 soldats pour sa protection et un service de renseignement composé des élites de la police nationale, mais surtout des faveurs de la France et de la Présidente Samba-Panza dont-il en jouit pleinement, l’ancien mouchard de l’Empereur Jean Bedel Bokassa, Jean-Jacques Demafouth dort à poing fermé à Bangui en dépit d’une montagne d’accusations qui lui pèsent dessus.

Share on facebookShare on twitterShare on emailShare on pinterest_shareMore Sharing Services
3
3 COMMENTAIRES POUR “CENTRAFRIQUE : APRÈS UN COURT SÉJOUR À DOUALA, JEAN-JACQUES DEMAFOUTH EN ROUTE POUR BANGUI”
yasitoungou dit :
27 juin 2014 à 4 h 53 min
Des traitres de tout genre, avec de nombreux cadavres sur une conscience perdue, qui sont aux commandes de la RCA depuis des decennies. Ce tricheur criminel ambitieux en fait partie. Quelque soit la longueur de la nuit le jour se lèvera. Dacko, Bokassa, Kolingba, Patassé, Bozizé, Djotodia et demain les autres subiront le même sort. Leur futur est prévisible. Inch Allah

Répondre
thomas dit :
28 juin 2014 à 9 h 24 min
tu as parfaitement raison ces des suceurs de sang des vampires il travail pour l'interet français demafouth cet eux qu'il faut vider de ce pays pas les centrafricains musulman il ne sont pas tous séléka , donc tous les gbaya sont de bozizé alors il faut les vidé de la centrafrique aussi . et apres qui va resté dans le pays ? posez vous la question ?

les centrafricains par le racisme nouri par la classe politique qui n a que de nom incapable de bande d'idiot ne vivent que de la division des centrafricains ;

je viens d'écouté ziguélé sur TV5 je me demande cet homme est amnésique ? le 5 décembre 2013 ils était ou ? il est impliqué dans la destruction du pays .

il était premier ministre d'un gouvenement raciste premier ministre de patassé il pouchassait les yakoma à cause d'un coup d'état manqué de kolingba or ces tout les yakoma qui ont payés .

Mr doleguélé anicet voleur le vrais prédateur je dispose des nom de personnes qu'il à constituer un réseau de prédation de la richesse de ce pays , il à récupérer avec la complicité de bozizé des milliard centrafricain dans la banque qu'il dirigeait .

Il finançais que des projet des camerounais de son reseau pour lui paser une grande partie ces monsieur 10% .

Demain président ces la mort .



Répondre
abdoukarim dit :
3 juillet 2014 à 23 h 01 min
l'assasin de lieutenant gbodo maire de kembe des generaux rehote et ndjadder…… courte toujours

Répondre
POSTEZ UN COMMENTAIRE

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués