DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

Les agents de la partition de la Centrafrique ne sont que des criminels

Par Passema Endjiago François - 25/07/2014

Ennemis du peuple centrafricain ils doivent être neutralises et traduits en justice

 

Quand on aime son pays, on n’envisage pas sa mise à mort par la partition. Quand on est Centrafricain, on reste attaché à la Centrafrique intégrale, une et indivisible et on ne tue pas les Centrafricains. L’histoire ancienne nous enseigne que le Roi Salomon (nom qui signifie PAIX), qui régna au premier millénaire avant notre ère, avait débusqué une femme malhonnête qui prétendait, injustement, être la mère d’un garçon, qui n’était pas son fils. Deux femmes se présentèrent un jour devant le Roi Salomon pour demander JUSTICE. Ces deux femmes qui vivaient sous le même toit (comme les Centrafricains qui ont vécu sous les mêmes cieux que des traitres qui veulent la disparition de leur pays) avaient toutes deux donné naissance à un fils à trois jours d’intervalle. Hélas l’un des deux nourrissons était mort pendant la nuit. Chacune des mères prétendait que son propre enfant était en vie et que l’autre femme voulait le lui prendre pour remplacer son enfant mort.

 


© journaldebangui.com
Passema Endjiago François
A la surprise générale, le Roi Salomon proposa que l’enfant vivant soit coupé en deux et partagé entre les deux femmes (partition d’un pays aimé). L’une des femmes (à l’instar des agents de la partition de la Centrafrique) accepta qu’on coupe l’enfant en deux, mais l’autre supplia que l’on épargne le bébé et qu’on le donne à la femme qui voulait sa mort (centrafricain aimant la Centrafrique). Le Roi Salomon sut que celle – ci était la vraie maman (défenseur de l’intégrité territoriale de la Centrafrique) et il ordonna qu’on lui remette l’enfant. Le peuple centrafricain vaincra.

Les Centrafricains de cœur et de naissance ne peuvent pas, même dans les pires cauchemars, entrapercevoir l’ombre d’une partition de leur pays. A l’inverse, ceux qui manœuvrent pour la destruction de la Centrafrique par la partition ne sont pas différents de cette femme menteuse qui croyait pouvoir abuser le Roi Salomon.

De la même manière, au sujet de la Centrafrique, notre matrie (par opposition à la notion de patrie), la terre de nos ancêtres, quelque soit le conflit qui oppose les fils et filles de la Centrafrique, rien, absolument rien ne permettra d’envisager la destruction de ce que nos parents et avant eux nos ancêtres nous ont légué….Cette terre qui nous a donné la vie ne saurait souffrir d’une quelconque diabolique et démentielle partition de la part de bandes de mercenaires, d’êtres sans foi ni loi, immondes et abominables qui n’ont absolument rien à faire de la vie des humains, qui ont déclenché un apocalypse dans notre pays pour ensuite vouloir le partager en différents morceaux.

Il est évident que quand on n’a pas l’amour de ce pays qui est la Centrafrique, on se permet, sans vergogne, téléguidés depuis l’étranger, avec l’aide de traitres centrafricains, de mercenaires de tout bord, de fomenter sa destruction en foulant aux pieds le sort et les intérêts d’un peuple pacifique, hospitalier et accueillant, qu’est le peuple centrafricain.

Les Centrafricains de toutes origines, de toutes sensibilités, de cœur ou de naissance, attachés à leur terre n’observeront aucun répit et mettront en œuvre tout ce qui est en leur pouvoir pour éradiquer toute velléité de destruction de leur pays par des gens qui n’ont aucun droit, aucune légitimité les autorisant à parler en leur nom. Nul n’a le droit de disposer d’un pays qui ne lui appartient pas.

Ces agents de la partition ne sont que des suppôts de l’étranger qui œuvrent pour la disparition de la Centrafrique. Leur place se trouve devant les tribunaux où ils doivent rendre compte des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité qu’ils ont commis et provoqués sur le territoire de la Centrafrique.

COMME DANS L’HISTOIRE DU ROI SALOMON LA SEULE ET UNIQUE PREUVE QU’ON EST CENTRAFRICAIN C’EST DE DEFENDRE L’INTEGRITE TERRITORIALE ET L’UNITE DE LA CENTRAFRIQUE. LA POSITION CONTRAIRE EST LA DEMONSTRATION QU’ON N’EST PAS CENTRAFRICAIN. DANS CE CAS ON SE RETIRE DES AFFAIRES CENTRAFRICAINES.

 

 
MOTS CLES :

2 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

CE COMPATRIOTE SOUTENAIT LA SELEKA !

Par abou

26/07/2014 03:40

Mais ce monsieur soutenait la Seleka car il demandait en son temps au gouvernement francais d'exécuter le mandat d'arrestation de Bozizé lancé par le régime Séléka. Le voilà aujourd'hui traitant les selekas de criminels, comme s'il découvrait leur vraie nature seulement après qu'ils aient demandé la partition de la RCA. Tout comme Bozizé, quand on prend les armes pour prendre le pouvoir d'état, on devient criminel. Comparé au bilan criminel de Bozizé et de son régime, je crois qu'on devrait être d'accord facilement qu'il n'y a pas de comparaison possible ! Et pourtant ce Passema s'était fendu d'un document incendiaire contre Bozizé, mais RIEN a ce jour contre Djotodia et sa horde criminogène. Passema est donc un Selekiste qui essaie aujourd'hui de se faire oublier. Anti-balaka favorable a Bozizé, appliquez lui une bonne raclée le moment venu pour la trahison du peuple centrafricain.

PASSEMA : UN PATRIOTE AUTHENTIQUE

Par DIEUDO

29/07/2014 21:26

Merci Monsieur Passema de cette position limpide émanant d'un patriote authentique.
Ce parabole de l'enfant et des deux femmes illustre à merveille la position anti-nationale de la horde islamiste SELEKISTE. Les idéaux (dont l'unité) du fondateur de la RCA, Barthélemy Boganda, leur passent au-dessus de la tête.
Ceux qui ont humilié et martyrisé le peuple Centrafricain le paieront cash. Quand la fin de cette chienlit sera sifflée, ces partisans zélés de la partition ne seront que des loques humaines quémandant le pardon des filles et fils de notre pays.

Qu'ils se rappellent de la fin d'Ibrahim Coulibaly, alias IB, en Côte d'Ivoire. Les chiens d'attaques sont à la fin remercier par une balle dans la tête par leurs maîtres et commanditaires.

La Centrafrique reste laïque, une et indivisible.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • PASSEMA ENDJIAGO François – Courriel : cacdca@hotmail.com
  • Tél. : +(33)685656119 / +(33)786498879
  • Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journaldebangui.com
  • Journaldebangui.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués