DOSSIERS  |     DOSSIERS+  |     FORUM BRAZZAVILLE  |    

Centrafrique: l'archevêque de Bangui condamne le massacre de Bambari

Par avec Xinhua - 10/07/2014

Monseigneur Dieudonné Nzapalainga séjourne actuellement à Brazzaville jusqu’au au 13 juillet à la 10ème assemblée plénière de l'ACERAC

 

L'archevêque de Bangui en République centrafricaine (RCA), Dieudonné Nzapalainga, a condamné mercredi à Brazzaville du Congo l'attaque des ex-Séléka contre une église catholique à Bambari (nord) ayant causé 17 morts et a invité ainsi la communauté internationale à agir avec rigueur en RCA afin de pouvoir mettre un terme aux violences."Je condamne cet acte", a-t-il dit, "je pense qu'il est temps que la communauté internationale qui, a accepté de venir au secours en Centrafrique, puisse traiter avec beaucoup de sérieux, pour ne pas dire de rigueur, ce genre de comportement". "Jusqu'à quand allons-nous laisser ceux qui ont des armes continuer à tuer ou à massacrer des innocents qui n'aspirent qu'à la paix? Je pense qu'il est temps aussi d'apporter un peu de solution à ces populations inoffensives", a-t-il poursuivi.

 


© Caritas International
Monseigneur Dieudonné Nzapalainga
Monseigneur Dieudonné Nzapalainga séjourne actuellement à Brazzaville pour participer du 7 au 13 juillet à la 10ème assemblée plénière de l'Association des conférences épiscopales de la région d'Afrique centrale (ACERAC). Ces assises qui se tiennent après celles de Libreville, portent notamment sur le thème "La famille en Afrique aujourd'hui". Les assises de Brazzaville permettront aux hauts dirigeants de l’Eglise catholique de trouver des remèdes à certaines dérives qui touchent la famille en Afrique centrale. Le président congolais, Denis Sassou N’Guesso, qui a ouvert la rencontre, a souligné l’importance du thème qui, selon lui, "épouse réellement les préoccupations de la société". "Dans un monde en proie à des considérations qui risquent d’ébranler la conception traditionnelle et objective de la famille, il est important que des voix s’élèvent pour analyser avec sagesse, responsabilité et objectivité les vrais enjeux du débat actuel autour de la famille", a-t-il estimé.

 


© photos/information_binuca
S'agissant du prochain dialogue sur la crise centrafricaine qui sera organisé à Brazzaville, il a estimé que "ce sera le moment opportun pour que les Centrafricains se disent la vérité, crèvent l'abcès et qu'on sorte une fois pour toute. Ce qui est le plus important c'est le dialogue politique et social qui va rétablir les uns et les autres à leur place pour apporter leur contribution au développement de la RCA". La plate-forme interreligieuse centrafricaine à laquelle appartient l’archevêque de Bangui a proposé une analyse faite sur la crise en Centrafrique, axée autour de 10 points : de la modification de la charte constitutionnelle, le remaniement ministériel et le forum de Brazzaville. Le point 10 concernant le Forum de Brazzaville stipule : «sans un dialogue inter-centrafricain et un dialogue préliminaire avec le médiateur de la CEEAC (Communauté économique des Etats d’Afrique centrale) en terre centrafricaine, nous ne trouvons pas judicieux, un autre déplacement qui ressemblera à celui de Libreville et Ndjamena. Il est temps que les centrafricains comprennent que la pauvreté n’est pas synonyme de l’incapacité».
 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués