NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Francophonie: le président du CNT, Alexandre-Ferdinand Nguendet à Ottawa

Par Luidor Nono - 08/07/2014

Le conseiller national centrafricain assiste en tant qu’invité aux travaux de la 40ème Assemblée générale de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie au Canada

 

Les travaux de la 40e Session de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie qui s’achèvent ce 8 juillet ont connus la participation d’un hôte spécial. En effet, le président du Conseil national de Transition de Centrafrique, Alexandre-Ferdinand Nguendet a participé en tant qu’invité aux différents débats organisés autour du thème général: « Femmes et jeunes en Francophonie : vecteurs de paix, acteurs de développement ». Il y a lieu de se rappeler à la suite de la chute du président François Bozizé en mars 2013, la République Centrafricaine avait été suspendue de toutes les instances relevant de l’Organisation internationale de la Francophonie. Conduits par la présidente Andrée Champagne, sénatrice canadienne et présidente de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie, la réunion d’Ottawa qui s’est tenue deux jours durant a accueilli près de 350 délégués issus de 42 sections, dont une vingtaine de Présidents de Parlements, parmi lesquels le président Alexandre-Ferdinand Nguendet.

 


© flickr.com/photos/apf
Le président du Conseil national de Transition de Centrafrique, Alexandre-Ferdinand Nguendet
Les travaux de l’APF, assemblée consultative de la Francophonie, ont été ouverts par le Gouverneur général du Canada, David Johnston en présence d’Andrew Scheer, président de la Chambre des communes, de Noël A. Kinsella, président du Sénat du Canada et de Christian Paradis, ministre du Développement et ministre de la Francophonie du Canada. Les parlementaires ont également entendu Abdou Diouf, Secrétaire général de la Francophonie, qui s’est prêté au jeu des questions réponses.

De l’Association internationale des parlementaires de langue française à d’Assemblée parlementaire de la Francophonie
C’est à Luxembourg, en mai 1967, suite à une proposition de Léopold Sédar Senghor et avec le soutien actif de Charles Helou, Habib Bourguiba, Norodom Sihanouk, et Hamani Diori, qu’un certain nombre de parlementaires francophones se sont réunis afin de constituer une association se proposant de défendre la langue française et d’en assurer le rayonnement. L’Association internationale des parlementaires de langue française (AIPLF) était née. Elle comptait alors 23 sections issues de Parlements d’Afrique, d’Amérique, d’Asie, d’Europe et d’Océanie. Dès sa création, l’AIPLF préconisera la mise en place d’une institution intergouvernementale de la Francophonie. Elle jouera un rôle important dans la naissance, en 1970, de l’Agence de coopération culturelle et technique (ACCT), devenue depuis l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF). Tout en œuvrant pour le rayonnement de la langue française, son premier objectif, l’AIPLF se voudra le reflet et le témoin du pluralisme culturel des peuples de la Francophonie.

 


© flickr.com/photos/apf
C’est en juillet 1989 que l’AIPLF deviendra l’Assemblée internationale des parlementaires de langue française, affirmant ainsi sa vocation à devenir l’organisation interparlementaire des pays de la Francophonie, telle que l’avait reconnu le Sommet des chefs d’État et de gouvernement des pays ayant en commun l’usage du français, à Dakar, en mai 1989. La Charte de la Francophonie, adoptée à Hanoï en novembre 1997, modifiera les institutions de la Francophonie en créant notamment le poste de Secrétaire général de la Francophonie et reconnaîtra le nouveau statut de l’AIPLF. Afin de se mettre en conformité avec la Charte adoptée à Hanoï, l’Assemblée décidera, lors de sa Session d’Abidjan en juillet 1998, d’adopter le nom d’Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF).

Chacune des 79 sections qui composent l’APF représente son parlement, de manière distincte et autonome vis-à-vis des États et des gouvernements : cela confère à l’Assemblée parlementaire de la Francophonie une liberté de ton et une latitude d’action souvent remarquées. En 2012, l’Assemblée parlementaire de la Francophonie fêtait ses 45 ans d’existence au service des parlements francophones.
 
MOTS CLES :

4 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Monsieur Alexandre Nguendet Comment êtes vous devenus le Président du CNT? vous êtes le Judas du peuple Centrafricain vous n'avez aucune dignité devant ce peuple que vous avez trahi aux mercenaires à la solde de la France.

Par sorokaté

08/07/2014 17:54

Monsieur Alexandre Nguendet, une chose est sure c'est que vous n’échapperez pas au jugement de Dieu. Il y a eu des morts en milliers, des veuves, veufs des orphelins et des déplacés qui n'ont rien fait du mal à vos acolytes mercenaires Tchadiens et Soudanais mais une chose est irréfutable Dieu vous demandera des comptes pour ces milliers des victimes innocentes.

Alliez vous gouverner à Vie?
Dieu tout puissant à toi la vengeance la Vie t'appartient personne n'a le droit de l'ôter.
Quant à la France,les politiques actuels payeront aussi le mal qu'ils ont infligé aux peuples Africains.

Le CNT, l'AFDT, la Présidence de Transition la sangaris et autres complices n'ont pas le dernier mot sur le sort du peuple Centrafricain.

C'est à cause du pétrole et du sous sol que la France a utilisé les mercenaires par complicité de nos traître pour des conséquences inhumaines que nous connaissons en RCA.

Qui sème le vent récolte la tempête. Toit se paie ICI bas.
Le peuple Centrafricain vaincra.

Manigances et corruption Alexandre Nguendet

Par Souleymane Mahamat

08/05/2015 10:03

La reconstruction de la RCA est compromise par les manigance des hommes politiques comme Alexandre Nguendet. Il cherche seulement a assurer son avenir en poussant pour une troisième transition et en allant a lencontre du forum de Bangui. Il est pres a toutes les comprommission et a toute corruption puisquil a deja acheté des votes pour occuper son poste actuelle. Et kil fait des alliances d'interet comme son mentor Michel Djotodia.

Non aux conspirations politiques et aux magouilles de Nguendet

Par Blanche

16/05/2015 18:05

C'est évident, Alexandre Nguendet est dangeureux pour la centrafrique. Les arrangements secrets passés lors des accords de nairobi par l'intermediair de djotodia lui ont permis de remplir ses caisses. Et maintenant il veut sa troisième transition et écarter sa rivale catherine samba panza. Mais ses conspirations ne le mèneront pas loin, la rca se relève et les centros naiment pas la corruption pour ses hommes politiques.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués