DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

Le retard dans la pose de la Fibre optique en RCA est conceptuel

Par Jean-Pierre MARA - 02/07/2014

L’objectif du CAB Centrafrique devra être de tout mettre en œuvre pour relier la RCA aux nombreux câbles sous-marins qui longent désormais les côtes africaines

 

Une lettre d’invitation de la coordination nationale du CAB rendue public par le journal en ligne « Centrafrique Libre » fait état de ce qu’une société d’édition de progiciels de gestion d'activités / conseil et ingénierie en télécommunications et informatique serait invitée à se rendre à Bangui pour étudier avec le CAB la faisabilité de points Internet ( ISP en Anglais) en Centrafrique. Le CAB (Central African Backbone) est le réseau de Télécommunications haut débit à fibre optique de l’Afrique Centrale. Ce qui est étonnant dans cette démarche, c’est l’intitulée de l’invitation qui n’a aucun rapport avec les attributions du CAB dont la mission est de construire l’autoroute de l’Information en posant la fibre optique entre la RCA et le reste du monde. La démarche devient encore plus ambiguë lorsque l’invitation est adressée à une société dont l’expertise n’a rien de commun avec des réalisations d’infrastructures. Car éditer un progiciel est un autre métier que celle de construction de tranchée pour y poser un câble (travail de génie civile et d’ingénierie de transport de l’information).

 


© CPI
Jean-Pierre MARA, Ingénieur en Réseau Télécom
Le projet CANB est financé par la BAD et la Banque Mondiale. Or, aux dernières nouvelles, une délégation de la Banque Mondiale sera à Bangui pour le suivi de son programme d'urgence dans une mission conduite par M. Georg Binkert, directeur des opérations. Dans la même période, une délégation de la Banque africaine de développement (BAD), conduite par Sibry Tapsoba, directeur du Département d'appui à la transition, séjournera en République centrafricaine, du 1er au 4 juillet 2014, afin de concrétiser la reprise de l'appui de la Banque à ce pays, meurtri par un conflit interne depuis des mois. L’occasion est donc propice pour la presse locale d’interpeller les deux institutions sur les points d’avancement des travaux de la pose de la fibre optique, infrastructure incontournable pour la communication dans une situation de crise comme la connaissent opérateurs économiques Centrafricains. Car si nous faisons la genèse du CAB, le projet est né de la volonté des Chefs d’États de l’Afrique Centrale qui, lors du Sommet de la CEMAC tenu à NDJAMENA en Mai 2007, de développer les marchés de vente en gros dans le domaine de transport de l’information pour les opérateurs de réseau de télécommunication. Depuis, tous les pays de la CEMAC sauf la RCA ont construit leurs Infrastructures de Transport Haut débit

Rappelons que les objectifs du CAB sont clairs:
Le réseau de Télécommunications haut débit à fibre optique de l’Afrique Centrale ou Central African Backbone (CAB) est un réseau de télécommunication régional constitué de connexions terrestres à fibre optique reliant plusieurs pays d’Afrique Centrale et fournissant à la région un accès haut débit numérique au réseau mondial à partir des points d’atterrissement des câbles sous-marins. L’objectif principal du projet est de contribuer à l’augmentation effective de la connectivité au niveau régional, à l’accroissement de l’utilisation des services régionaux à large bande et à la réduction du coût élevé des services de télécommunications/TIC sur le climat des affaires dans la sous-région.

De ce qui précède et à la lecture de la lettre d’invitation N° 085/MPTNT/UCP-CAB/SPM/14 datée du 3 Juin, l’étude d’un point Internet est une activité secondaire indirectement liée aux attributions du CAB. Aujourd’hui, le CAB devra s’atteler à poser le câble, en commençant par la boucle dans Bangui puis par la pose vers les frontières. Le but principal du projet CAB (Central African Backbone) doit être la CONSTRUCTION de cette infrastructure haut débit en Fibre Optique pour relier la RCA au réseau International de Télécommunication Haut débit.

Ce n’est qu’une fois la fibre posée, que les fournisseurs de service Internet dans la transmission des données haute capacité pourront se créer. Le CAB e peut pas avoir aujourd’hui, pour ambition ou pour objectif la construction de points internet. Les points IXP sont des installations techniques où tous les acteurs de l’Internet sont en interconnexion directe, sont des emplacements stratégiques pour l’interconnexion et l’échange de trafic. Ce sont des points d’échange qui permettront d’échanger du trafic national entre homologues au niveau local, de réduire le nombre de sauts de réseaux lors de l’échange de trafic, d’augmenter le nombre d’options de routage disponibles, d’optimiser l’utilisation de la connectivité Internet internationale, d’améliorer la résilience des réseaux (et possiblement la qualité de service), de réduire les coûts de transmission et, éventuellement, d’augmenter la pénétration et l’utilisation de l’Internet sur le long terme. Avant de lancer les ISP, les POP ou IXP, il faut déjà construire l’autoroute comme l’ont fait le Cameroun ou le Tchad ou bien le Gabon et le Congo qui est entrain de poser sa fibre optique le long du chemin de Fer Congo-Océan actuellement.

L’objectif du CAB Centrafrique devra être de tout mettre en œuvre pour relier la RCA aux nombreux câbles sous-marins qui longent désormais les côtes africaines. Pour être prêt, le CAB devrait déjà étudier les tracés de la fibre dans Bangui afin de prévoir l’architecture de la boucle qui permettre de relier les Ministères, et les organisations internationales au câble fibre optique mondial.

Les documents disponibles ICI

Jean-Pierre MARA
Ingénieur en Réseau Télécom

 

 
MOTS CLES :

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

l'Absurdistan en fleurs

Par Henri NGOBITO

03/07/2014 09:04

JP Mara,

Merci de porter à l’attention du public ces agissements de coulisse ne respectant ni les règles de l’Art de la profession ni les Lois centrafricaines qui prônent la transparence dans les appels d’offres relatifs aux investissements visant tant l’amélioration des services que le développement des infrastructures.

Il faut noter que notre pays n’était pas représenté à la dernière réunion sur le Projet CAB, dont le financement est déjà acquis auprès des bailleurs multilatéraux, qui s’était tenu à Brazzaville. Le seul Centrafricain qui y assistait était l’ancien Ministre des PTT qui avait été jusqu’à sa sortie à la retraite Représentant de l’Union Internationale des Télécommunications pour la Zone CEEAC. Il faut noter aussi que S.E. Vincent SAKANGA était à Brazzaville comme Consultant privé travaillant pour le compte de l’entreprise nationale des télécommunications du … Tchad.

Dès le début la réalisation de l’IPX de Bangui avait accouché d’une souris car le fameux Projet du GATEWAY était beaucoup plus orienté vers le commerce du trafic téléphonique et les initiateurs ne se sont jamais préoccupés de l’impact des coûts élevés des services de télécommunications tant sur l’indice général des prix que sur la Balance des Paiements de la RCA. Pourtant l’aide et l’assistance technique de l’AFRISPA (AFRican Internet Service Providers Association) était garanties à tous les pays africains par Dr Eric OSIAKWAN.

Mais nous sommes en Absurdistan où l’Organe névralgique des télécommunications, l’Agence “autonome” de la régulation, est dirigée par un RMIste montréalais d’origine tchadienne qui avait été imposé par le “General” DAHFANE de la SELEKA. En outre toutes les entreprises de télécommunications, en dehors de la SOCATEL qui est en banqueroute, sont dirigées par des étrangers (préoccupés uniquement par l’amassage des Francs CFA) car il n’y aurait peut-être pas de nationaux capables!

Henri NGOBITO

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journaldebangui.com
  • Journaldebangui.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués