SOCIéTé  |    

Camille Lepage: des enquêteurs français en Centrafrique

Par Source: BFM - 20/06/2014

Il s’agit de policiers de l’Office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP) de la police judiciaire et de militaires de la gendarmerie

 


© Droits réservés
Des enquêteurs français sont arrivés mercredi en Centrafrique dans le cadre des investigations sur la mort de la journaliste Camille Lepage alors qu’elle effectuait un reportage en mai dans l’ouest du pays, a indiqué jeudi une source judiciaire.

Il s’agit de policiers de l’Office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP) de la police judiciaire et de militaires de la gendarmerie prévotale, cosaisis de l’enquête française, par des juges d’instruction parisiens. Parallèlement, une enquête est menée en Centrafrique.

Ils comptent notamment procéder à l’audition de témoins. Un transport sur les lieux où a été tuée à 26 ans la jeune journaliste reste toutefois hypothétique en raison de la dangerosité de la zone, a indiqué une source proche du dossier.


 

 

 
MOTS CLES :

2 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Les raisons de bases militaires Françaises en Afrique... la Honte pour un pays qui se dit pays démocratique, pays des droits de l'Homme alors que ce un pays génocidaire. combien de peuples Africains meurent suite aux pratiques honteuses et inhumaines de

Par sorokaté

21/06/2014 11:09

Accueil | International | « Villepin et Bourgi m’ont demandé de financer la campagne de Chirac en 2002 » (Gbagbo)
« Villepin et Bourgi m’ont demandé de financer la campagne de Chirac en 2002 » (Gbagbo)
Par APA News - Date: il ya 15 heures 47 minutes 13 réactions

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
L’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo
L’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo
Dans le livre "Pour la vérité et la justice" co-signé avec le journaliste français François Mattei, à paraître le 26 juin prochain, l'ex-chef d'Etat ivoirien, Laurent Gbagbo, affirme que l'ancien ministre français des Affaires étrangères, Dominique de Villepin, et l'avocat franco-Libanais Robert Bourgi, lui ont "demandé de financer la campagne électorale » de Jacques Chirac.
Dans l'ouvrage réalisé avec François Mattei, ancien directeur de la rédaction de France-Soir, et dont de larges extraits ont été transmis à APA, vendredi, Laurent Gbagbo raconte comment, en 2001, Dominique de Villepin et Robert Bourgi l'ont démarché pour « contribuer financièrement » à la campagne de Jacques Chirac, alors candidat à sa propre succession à la présidentielle française de 2002.

« Il m'a raconté́ avoir été fortement sollicité par Villepin et Bourgi en 2001 pour financer la campagne électorale de Jacques Chirac lors des électionsprésidentielles de 2002 », écrit François Mattei dans un chapitre consacré aux dossiers noirs des relations françafricaines.

Le journaliste français rapporte, également, dans l'ouvrage que Laurent Gbagbo avait une idée des « protagonistes du coup d'Etat de la Mercedes noire qui s'étaient refugiés au Burkina et capables de faire une tentative à tout moment » s'ils se savaient soutenus par des « intérêts puissants ».

François Mattei souligne les difficultés à dire « non » aux représentants des « Autoritésfrançaises lorsque ceux-ci sont militairement les patrons sur le terrain ».

« Quand il y a un tel déséquilibre entre le puissant et le faible, quelle marge de manœuvre reste-t-il au faible ? C'est ce sur quoi compte les tenants de la Françafrique », accuse le journaliste dans le livre. Plus loin, Laurent Gbagbo livre les détails de cette demande de De Villepin à François Mattei.

« C'était en 2001, je pense. Villepin et Robert Bourgi m'ont demandé́ de cracher au bassinet pour l'élection en 2002 en France. Nous étions au Voltaire, un restaurant qui est sur le quai du même nom, près de la Documentation française », précise Laurent Gbagbo soulignant que « c'était le prix pour avoir la paix, en Françafrique ».

Puis l'ancien chef d'Etat, détenu à la CPI d'ajouter qu'il a eu une « entrevue » qui s'est « bien passée » avec Chirac qui, le « raccompagnant très amicalement » lui a dit sur le perron « je ne suis pas un ingrat », en le tapant sur l'épaule.

« Je ne suis pas fier de cet épisode, mais je pensais y gagner la marge de manœuvre nécessaire pour avancer vers nos objectifs », confesse-t-il, reconnaissant qu' « on me l'a reproché́ en disant que c'était la preuve de mon double langage, que je m'appuyais sur le néo-colonialisme pour le critiquer ».

Malgré tout, il n'aurait pas donné suite aux sollicitations des deux émissaires qui « ne sont jamais revenus à la charge ».

« Je n'aurais pas accepté. Ils le savaient. Cela n'a pas amélioré nos relations. Plus tard, Chirac a dit que je l'avais manqué, je n'ai pas compris pourquoi. Il a prétendu que j'avais laissé filtrer l'information », révèle Laurent Gbagbo.

Sur le montant de la « sollicitation » de l'Elysée d'alors, les différents recoupements publiés dans le livre, font état « d'environ deux milliards de FCFA ». Ce que confirme un témoignage de Mamadou Koulibaly, Président de l'Assemblée nationale, cité dans l'ouvrage.

Reconnaissant qu'il a eu « un transfert d'argent entre Laurent Gbagbo et Jacques Chirac, en 2002 », M. Koulibaly affirme avoir « dit au président (Gbagbo) que nous étions un pays pauvre et que nous n'avions pas d'argent pour financer des élections d'hommes politiques de pays riches », rapporte le livre.

HS/ls/APA
Source: APA News

La mort d'une française en colonie oubanguienne

Par Nomzamo

21/06/2014 19:00

n'est pas notre affaire tant les crimes commis par les français en Afrique sont nombreux dans le temps et dans l'espace. La france est le seul pays européen au 21ème siècle a continuer à tuer à grande échelle pour piller les ressources des Africains pour se hisser parmi les grandes nations de ce monde. Qu'elle suive l'exemple de l'Allemagne, puissance économique par ses propres forces et non par le sang d'autres peuples. la france est un pays pauvre qui vit du pillage organisé de l'Afrique. la france est un Etat mafieux, dirigé par des mafieux avec l'assentiment des veaux comme dirait le criminel de gaulle en son temps.

Combien de Centrafricains sont morts à cause de la politique de cette france génocidaire?
En quoi cette enquête de la france coloniale est -elle une information pour nous?

La Côte d'Ivoire comme la RCA continuent de payer le prix cher de leurs ressources pour permettre à cette france racialiste et raciste de vivre au dessus de ses moyens.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués