ECONOMIE ET BUSINESS  |    

Cameroun/RCA: reprise du transport des marchandises

Par Agence Ecofin - 19/06/2014

La décision de suspendre le transport en direction de la RCA avait été prise le 5 juin 2014, à la suite de l’assassinat par des personnes présentées comme des anti-balaka centrafricains

 

Le transport des marchandises entre la République centrafricaine (RCA) et le Cameroun a repris depuis le 16 juin 2014, a-t-on appris de bonnes sources. En effet, au terme d’une réunion de crise catalysée par le Bureau de gestion du fret terrestre (BGFT), et tenue le même jour dans les locaux de la sous-préfecture de Garoua-Boulaï, localité de la région de l’Est du Cameroun, frontalière à la RCA, les 400 camionneurs garés depuis le 5 juin dans cette ville camerounaise ont été instruits sur les mesures de sécurité à prendre par les autorités centrafricaines, une fois la frontière camerounaise traversée en direction de Bangui.

 


© peaceau.org
Les camions libérés avec l'aide de la Misca
Ils ont donc aussitôt repris leurs activités, en dépit de l’aveu de la Misca de pouvoir être efficace dans la sécurisation des cargaisons de marchandises parties du Cameroun, pour l’approvisionnement de la capitale centrafricaine. En effet, a-t-on appris de très bonnes sources, au cours de la réunion du 16 juin 2014, le commandant camerounais de la Misca, le Général Tumenta, a fait dire à son représentant qu’il serait intéressant pour les camionneurs desservant la RCA, de se munir de GPS ou de téléphone Thuraya, afin de pouvoir signaler à la Misca des situations de détresse, de manière à faciliter l’intervention de cette force panafricaine.

La décision de suspendre le transport en direction de la RCA avait été prise le 5 juin 2014, à la suite de l’assassinat par des personnes présentées comme des anti-balaka centrafricains, du camionneur camerounais Adamou Alhadji. Cette énième exaction a été perpétrée en territoire centrafricain. Pour rappel, depuis le déclenchement de la crise politique dans ce pays de la zone Cemac en mars 2013, les transporteurs camerounais se sont plusieurs fois rebellés contre l’insécurité prévalant sur la route Garoua-Boulaï- Bangui, mettant ainsi en péril les 55 milliards de francs CFA de marchandises centrafricaines qui transitent par le Cameroun chaque année, selon les statistiques de la douane camerounaise.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués