NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Centrafrique: un médiateur entre antibalaka et ex-Séléka

Par journaldebangui.com et autres médias - 17/06/2014

Le choix a porté sur le Guinéen Béni Diogo Kouyaté, vice-coordonnateur national de l'ONG centrafricaine Paix-Réconciliation-Tolérance (PARETO)

 

Les responsables de l’ex coalition rebelle seleka, contraints à abandonner le pouvoir en janvier dernier, et ceux des milices anti-balaka qui les ont longtemps combattus, s’accordent pour accepter le principe d’une médiation afin de sortir le pays de cette longue crise. Un accord a été signé à Bangui, sous les hospices de l’ONG PARETO, chargée de cette médiation. C’est ainsi qu’après plus de trois heures de discussions, les leaders des Antibalaka et des ex-Séléka, les deux groupes armés en conflit en Centrafrique, ont désigné un médiateur dans la crise qui les oppose. Leur choix a porté sur le Guinéen Béni Diogo Kouyaté, vice-coordonnateur national de l'ONG centrafricaine Paix-Réconciliation-Tolérance (PARETO), à l'origine de ces échanges de haut niveau entre les deux mouvements. Les dirigeants des Antibalaka et des ex-Séléka ont par ailleurs décidé de mettre en place prochainement un comité conjoint de réflexion.

 


© aa.com.tr
image d'illustration
Pour le médiateur Béni Diogo Kouyaté, les deux groupes armés ont la volonté d'aller de l'avant. «Ils ont à véhiculer un message entre eux et au peuple centrafricain qui souffre aujourd'hui de leurs exactions. L'essentiel c'est que chaque partie reconnaisse son tort vis-à-vis des paisibles populations, l'essentiel c'est la volonté d'aller au dialogue mais surtout de demander pardon entre eux et demander pardon au peuple centrafricain», a-t-il dit. La délégation des ex-Séléka était conduite par le coordonnateur politique provisoire, Abdoulaye Hissen, tandis que les Antibalaka étaient conduits le coordonnateur général Patrice Edouard Ngaïssona.

Depuis le départ en janvier dernier de Michel Djotodia, chef de l’ex coalition rebelle, au profit de la présidente actuelle Catherine Samba-Panza, la RCA est contrôlée par deux forces armées rivales toujours prêtes à en découdre. A défaut d’être désarmées de force, elles ont été tenues à distance par les forces internationales présentes dans le pays. Au nord, il y a les ex rebelles de la seleka qui ont récemment installé leur état-major à Bambari, au centre du pays. Au sud, il y a les anti-balakas, des milices composées de paysans et d’anciens militaires fidèles au président déchu François Bozizé.

L’accord a été paraphé coté seleka par l’ancien porte-parole Eric Massi, et coté anti-balaka par Patrice Edouard Ngaissona. Ce dernier a pourtant été destitué, un autre coordonnateur ayant été élu à sa place lors d’un congrès à Bangui.

 

 
MOTS CLES :

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Pourquoi ce petit pied blanc faussement appelé MASSI Eric Nersi est revenu à Bangui négocier pour une Réconciliation?

Par sorokaté

18/06/2014 10:59

La CPI connait -elle le rôle qu'a joué Eric Nersi dit Massi pour la réussite du coup d'état par les mercenaires seleka?
Cet énergumène pieds blanc est-il vraiment Centrafricain? Il vit en France pays défenseur des droits de l'Homme je me demande pourquoi la France ne l'a pas inquiété? pourquoi son nom ne figure pas sur la liste des présumés génocidaires répertoriés par la CPI en RCA?

Monsieur Eric Nersi dit Massi malgré son apport, sa participation dans la déstabilisation de l'état Centrafricain avec des conséquences humanitaires actuelles le peuple Centrafricain doit négocier avec son bourreau?

La France est-elle crédible? Un mercenaire, un génocidaire comme Eric Nersi vivant sur le territoire Français qui, par biais des médias Français a contribué au génocide à caractère Djihadiste Islamiste en Centrafrique voyage sans être inquiété par les autorités Françaises alors des personnes sont arrêtées en territoire Français pour avoir tenu des propos antisémitiques , racistes...., Où est le sérieux de la France pays des droits de l'HOMME? pays qui fait la promotion de la DÉMOCRATIE...


Pour part, l'arrivée de Eric Nersi à Bangui est une complicité de la France qui tire sur la ficelle de l'insécurité afin d'imposer une nouvelle marionnette au peuple Centrafricain C'est un Chantage pure et simple.
Comment comprendre que la seleka est encore à ce jour bien armée alors que son patron l'auto proclamé Dondoja a officiellement mis terme à cette nébuleuse? Que vais-je comprendre du fait que la seleka s'est réorganisée au Nord-Est sujet de partition en présence de la Sangaris mandatée par l'ONU( résolutions 2121&2127 bien définis)?

Que retient le peuple Centrafricain de la Présence de Sangaris en RCA? quel bilan fait-on? que dit le SG de l'ONU patron de la Sangaris?

Est-ce la Centrafrique est-elle gouvernée par des vrais centrafricains Patriotes, nationalistes? Pourquoi ces autorités fictives actuelles ne sont pas convergentes avec le peuple qu'elle prétendent représenter?
Ce que veut le Peuple , les autorités font le contraire...

Le peuple exige des sanctions Judiciaires et réparation suite au Tsunami seleka , le réarmement immédiat des FACA sans aucune condition, le désarmement de tous les milices en territoire centrafricain, or, le Gouvernement virtuel parle de désarmement VOLONTAIRE, d'une éventuelle formation de quelques milliers de nos FACA au Soudan , au Burundi au Tchad.... En réalité nous peuple Centrafricain devons descendre dans la Rue pour:

1-Demander la démission Totale de la Présidence de la Transition et de son Gouvernement dit des Technocrates
2-Demandons la sortie de la RCA du CFA, de la FranceAfrique , de la Francophonie et la révision de tous les accords qui nous lient avec la France Coloniale.
3- Le peuple centrafricain doit porter plainte contre la France(Sangaris) pour ne pas avoir sécuriser les civiles massacrés par les milices. Le général de la sangaris et celui de la Misca doivent être traduits devant la Justice pour leur complicité , collaboration avec les mercenaires en RCA, et n'ayant pas appliqué le MANDAT de 'ONU.
3- L'interpellation des autorités Politiques Tchadiennes( Idriss Déby) et celles du Soudan(Bechir) devant la cour Pénale Internationale.

Moi monsieur Sorokaté je ne suis pas contre la réconciliation mais cela passe nécessairement par une vraie JUSTICE et réparation. Pour l'instant c'est trop tôt de parler de RÉCONCILIATION en RCA.

Pourquoi la France vient de changer le général chef de la Sangaris en RCA au moment où la question de réconciliation est mise sur la table? n'est-ce pas une manière de l'épargner des charges relatives à sa responsabilité qui le minent par rapport au crime commis en RCA?

Où sont nos politiques? où sont les leader d'Opinions en Centrafrique? qui défend les intérêts du Peuple centrafricain?
Mr Ziguélé? mr Démafouth? Mr Tiangaye? Mr Ngendet? madame Doumta? mr Nzapa yéké le PM muet et médiocre? Qui? Qui donc? devons nous les écouter que pendant les campagnes Présidentielles?

Vos les politicards Votre pays la RCA est sans Armée nationale que dites Vous? que dites vous? votre peuple est à la Mercie des mercenaires qui les déciment à volonté comme dans un ZOO animalier....

Pauvre RCA victime des ses ressources économiques par complicité de certains Politicards connus de TOUS qui, malheureusement sont aux Commandes pour se protéger.

La France Toujours la France pays Barbare.
On verra bien.
Sorokaté Alias Domzan -Bène.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués