DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

Hommage au courage du peuple de Centrafrique et honte à nos hommes politiques

Par Franck SARAGBA - 17/06/2014

A présent, on projette tout aussi benoîtement un remaniement gouvernemental dont les membres ne seront plus des technocrates mais les ressortissants de chaque préfecture

 

Une fois de plus, l’’histoire de notre pays, celle qui s’écrit avec un grand « H » est en train de s’accomplir sans une véritable emprunte au sens positif du terme de nos hommes politiques. La très remarquable et condamnable absence de nos hommes politiques soi-disant de premier plan dans la recherche d’une solution salvatrice dans un conflit hautement politique a fini par dégouter et révolter nos concitoyens qui se sentent plus que jamais seuls, délaissés à leur triste sort. Un conflit politico-militaire que l’on voudrait le transformer coûte que coûte et à tort pour des objectifs inavoués en conflit confessionnel. Le bégaiement de nos hommes politiques de tout bord confondu étonne, surprend et les discréditent à jamais. Se tromper une fois est une chose mais se tromper tout le temps en est une autre. Nulle part ailleurs dans le monde, jamais a-ton vu un peuple aussi brave et courageux, prêt à tous les sacrifices pour prendre sa destinée en main se faire bâillonner dans son élan émancipateur par sa propre classe politique. Notre bon et généreux peuple a été trahi par sa classe politique avec des leaders aux pratiques surannées, aussi démissionnaires, incompétents, inconscients, cupides qu’ils sont irresponsables les uns que les autres.

 


© journaldebangui.com
Franck SARAGBA
Au nom d’une solidarité nationale, par patriotisme et pour la réussite du processus de transition pouvant ramener rapidement un Etat de droit dans notre pays, nombreux sont parmi d’entres-nous qui avions choisi volontairement de taire nos critiques et autres désaccords au regard de graves manquements du régime en place. Et voilà que jour après jour, la pratique du régime de transition nous révèle toutes les tares que nous reprochions aux anciens régimes qui ont régné dans notre pays depuis une cinquantaine d’années. Finalement, le régime de transition dont nous avions mis tous nos espoirs n’est rien d’autre que la perpétuation des pratiques de ces prédécesseurs contre la volonté émancipatrice de notre peuple. L’espérance suscitée par le régime au départ fait place aux doutes, aux questionnements, aux accusations qui sont provoqués par les terribles tâtonnements, les actes de compromission du moment. Les cafouillages politiciens à très court terme ont eu raison des objectifs politiques à long terme qui sont celles entres-autres d’assurer la phase de transition. Au lieu d’un gouvernement très restreint, constitué plutôt d’hommes politiques d’envergure qui sont secondés et conseiller par des technocrates parce que la situation l’exige, on décrétât benoîtement un gouvernement de technocrate avec une pléthore de ministre. A présent, on projette tout aussi benoîtement un remaniement gouvernemental dont les membres ne seront plus des technocrates mais les ressortissants de chaque préfecture. Une autre absurdité qui consoliderait la logique de partition du pays.

 

L’action politique n’est valable et n’a du sens que si elle rime avec l’intérêt du pays et les aspirations du peuple au nom duquel et pour lequel mandat a été reçu
Franck Saragba
.

S’il est vrai que la présidente de transition avait hérité d’une situation chaotique, il n’en demeure pas moins qu’elle disposait et de la légitimité des représentants du peuple et de la reconnaissance au niveau internationale, lesquelles devraient lui permettre de profiter de cet état de grâce et de la sympathie suscitée par son élection pour prendre dans les premières heures certaines décisions fortes qui lui auraient permis d’affirmer son autorité en tant que telle envers toutes les entités, de ce fait, se préserver une marge de manœuvre conséquente. Nous pensions alors à l’amorçage d’une nouvelle ère dont elle assurerait le pilotage éclairé qui consacrerait une nouvelle gouvernance… hélas !

La fabrication des pagnes à l’effigie de la présidente de transition est la goute d’eau de trop, à un moment où l’argent fait défaut alors que les priorités, voir les urgences sont ailleurs. Elle nous ramène aux vieilles pratiques populistes et du culte de la personnalité des années’60 que nous avions tant décrié à se rompre les cordes vocales. Nous ne pouvons plus nous taire. Trop, c’est trop ! Si l’on peut reprocher surtout au régime de transition en place de ne pas faire preuve d’audace et d’opportunisme politique, on notera toutefois que l’ancienne classe politique de notre pays a échoué également, pire, elle n’essaie même pas de se rattraper au point de nous interroger. Les seules préoccupations qui les animent en ce moment douloureux sont l’annonce de leur candidature à l’élection présidentielle, la création d’un énième parti politique et autres stratagèmes foireux pour faire parti du prochain gouvernement.

Où sont donc passés ceux qui ont introduit le loup dans la bergerie ? Qu’ils se rattrapent ! Où sont donc passés ceux qui occupent des fonctions régaliennes et qui sont les dépositaires de la violence légitime ? Qu’ils prennent leur responsabilité ! Où sont donc passés les opposants ? Qu’ils jouent leur rôle ! Où sont donc passés ces innombrables candidats à l’élection présidentielle ? Qu’ils parlent et prennent position ! A toute cette classe politique, aux pléthoriques candidats à l’élection présidentielle, aux patriotes animistes, chrétiens et musulmans, nous réitérons à leur endroit au nom de la patrie en danger de se regrouper dans une union sacrée pour se défaire du démon séparatiste qui guette notre nation et sauver ce qui peut l’être encore. Hommage au courage du peuple de Centrafrique et honte à nos hommes politiques.
 
MOTS CLES :

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

la democratie version du leadership politique centrafricain

Par famoundjou

21/06/2014 12:57

aujourd,hui le peuple centrafricain vit le plus grand desastre ,politique,economique et humanitaire de son histoire depuis l,independance virtuelle donnee par le colon francais qui n,est maniere calomnieuse de diriger a distance maintenant un prefet en l,occurence son ambassadeur en place et un dirigeants PUPPET (marrionette)souvent imposee par ce pays qui doit la survit economique au system proche de l,esclavage moderne.la monnaie coloniale est toujours en place depuis les annees 60,l,etat malgre les maigres revenues a envoyer des etudiants dans les meilleurs universites du monde EUROPE ,ETAT-UNIES ne peuvent-ils pas mettre une politique monetaire nationale en place?bien sur que oui mais gare a celui qui prendra cette initiative car la FRANCE LUI FERA LA PEAU,CAR KADAFI VOULAIT UNE MONNAIE AFRICAINE EN 2014 et UNE BANQUE CENTRALE LES FRANCAIS LUI ONT FAIT L,ONT TUER.cette question etait poser par ROBERT MUGABE a ABDOULAYE WADE l,ex president senegalais mais la question est rester sans reponse.car un pays independant doit controler les taux d,interets de sa propre monnaie,si l,ex puissance coloniale est a 90 %responsable du desastre economique et de la dictature imposee dans ses anciennes colonies,les POLITICIENS CENTRAFRICAINS SONT LES CHARNIERES DE CE SYSTEM,car en les imposant il font le jeu du colon francais et laisser le pays a la merci des mercenaires etrangers la seleka est un exemple palpable.


la conception de la democratie par leaders politiques centrafricains sont un desastre,car creer un parti politique selon ces leaders ,c,est ce regrouper en region,et dans un clan et s,enrichir,car cette vision archaique de la democratie doit disparaitre,dans ce grand pays peuple de 5 millions d,ame ,il ya 60 hommes politiques,pourquoi tant candidat a la magistrature supreme?car un politicien doit etre visionnaire,et doit etre une personne integre et avoir la moral et servit ce pays pendant comme fonctionnaire ou diplomate et ayant fait des preuves dans les gestions des choses publics,et de surccroit doit etre riche,car les institutions republicaines sont faibles et un pouvoir est souvent centraliser ce qui entrave le controle des choses publics et presidents et ses conseillers imposent les ministres regaliens au personnes au moralite douteuse et le vol des biens de l,etat dans le but de s,enrichir,car ces pouvoirs sont souvent impose par le colon francais,car ce pays fait et defait les presidents centrafricains depuis l,independance virtuelle jusque de nos jours et ce n,est pas pres de terminer.


un parti comme le RDC qui a diriger ce pays pendant 12 ans ,vous retrouverez des ressortissants de la region proche du president (paix a son ame)qui a creer ce parti.sur 30 postes de DG des societes etatiques,il ya 27 qui sont des parents proches ou de son appartenances echniques,un desastre total,en suite vient le MLPC un parti que j,etais adherant et partage l,ideologie de son fondateur,mais au tour de lui des personnes de la region de l,ouham pende ,ceux qui entourent le president veulent s,enrichir,et occupent les postes regaliennes,pillage,nepotisme,detournement de l,argent de l,etat,le clon francais qui combattait ce PRESIDENT VISIONNAIRE a monte des mutineries dans l,armee,car l,ancien regime du RDC avait deja politiser l,armee sur 3000 faca il y avait 2380 representant une seule region soit 2% de la population totale.le pouvoir de MLPC qui voyait le pouvoir vacsiller a fait appel aux mercenaires de BEMBA qui ont commient des crimes contre l,humanite en rca.enfin le VOILA DES PERSONNES EGOISTES A L,INSTAR DE ZIGUELE qui etait premier ministre pendant des annees et que le bilan de la gestion reste a desirer qui a empecher le fondateur du mlpc tres populaire a se presenter comme candidat du parti qu,il a creer,L,OPORTUNISTE ET LE MEGALOMANE ET SES ACOLYTES TENTENT TOUJOURS DE TROMPER LES CENTRAFRICAIS pour conquerir le pouvoir.le MLPC ET RDC s,associent dans L,AFDP qui est L,AILE INTELLECTUELLE DES SELEKA pour reprendre le pouvoir,car ces personnes ont utiliser ces criminels pour enfin atteindre L,APOTHEOSE LE POUVOIR mais le peuple est reveiller.beaucoup de conference nationale ont vue le jours les conclusions sont dans les tiroirs a cause des interets partisanes des partis au pouvoir qui vole l,etat.


enfin le KNK,un parti qui a vue le jour apres le coup-etat de 2003,le nepotisme,le tribalisme reprend le dessus,car le laeder de ce parti imposer par CHIRAC a fait un marche avec LES MERCENAIRES TCHDIENS ET LES TROUPES DE DEBY qui l,ont aider a prendre le pouvoir,les partagent du magot est devenue un probleme capital,et les rebellions ce sont jointes avec L,AIDE DE DEBY ET DE LA FRANCE QUI NE VEUX PAS LA RCA DEVENIR INDEPENDANTE ECONOMIQUEMENT ont decider de marcher sur la capitale,et le drame du peuple continue.le peuple centrafricain doit choisir un leader qui n,a jamais diriger et faire le menage dans le pays,tous ce qui ont diriger dans le passe ont montrer leur limite,la transition en place imposee par les seleka est une catastrofe,car des sommes astronomiques sont detourner en moins de six mois de gestion.LE TRIBALISME,LE NOPOTISME,LE CLIENTELISME,LES REBELLIONS DOIVENT DISPARAITRE EN RCA.sans un sursaut des enfants de ce pays L,HORIZON SERA TOUJOURS ASSOMBRIE par des fumees toxiques qui polluent l,atmosphere.longue vie et bonheur au peuple abandonne par des hommes cupides et egoistes qui croient trouver leur salut dans l,anarchie...bonheur a se peuple sortira grandit............


POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués