DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

République Centrafricaine: gestion des pouvoirs publics ou clientélisme ethnique?

Par Godfroy-Luther Gondje-Djanayang - 17/06/2014

Expert- Analyste en Gestion des crises politico- militaires

 

En règle générale, le pouvoir est l’ensemble des processus et des rôles sociaux par lesquels sont effectivement prises et exécutées des décisions qui engagent la défense des intérêts communs. L’exercice de pouvoir politique s’affirme lorsque les décisions concernant les actions collectives et la régulation sociale de la société globale toute entière. Il s’agit du pouvoir suprême, souverain. Il est souverain par rapport aux autres pouvoirs des groupes particuliers qui composent la société dans sa globalité, et qu’il est indépendant par rapport à ceux.

 


© journaldebangui.com
Godfroy-Luther Gondje-Djanayang
L’Etat reste et demeure l’unique organisateur au niveau hiérarchique de pouvoir public qui comporte de multiples rôles, la bonne gouvernance, offices, services publics attribués à toutes sortes d’agents compétents dans leurs domaines sans considération d’appartenance à un clan où une ethnie. «C’est (ce) qui revient de dire fondamentalement que l’Etat n’a pas vocation de transformer la gestion des pouvoirs publics au profit d’un groupe où d’une ethnie mais le rôle de l’Etat est de rendre le plus pertinent son système de management a travers l’utilisation des cadres compétents». Il est alors indispensable d’établir une distinction qui existe entre la gestion du pouvoir public et la grande récompense clanique. L’éradication une telle philosophie de gouvernance est à bannir absolument au profit de l’intérêt général.

Au sien de la cité grecque, le clientélisme représente une relation qui unissait le patron à son client. Généralement le client est celui qui est au service de son patron qui compte tenu de sa position sociale modeste, se mettait sous la protection de son patron, qui lui assurait une aide matérielle régulière en échange de divers services : appui électoral, accompagnement au forum, apport des soutiens de multiples formes. Au-delà les dérives constatés au sien du système, le client doit souffrir en silence et se réserve le droit d’émettre qu’une seule pensée contradictoire par crainte que son patron puisse prendre des sanctions à son égard.

 

Gouverner avec son ethnie où un clan c’est trahir la République.
Godfroy- Luther Gondje- Djanayang


Alors pour maintenir le fonctionnement d’une telle méthode diabolique, les démagogues identifiaient ses clients qui sont souvent dépourvus de toutes convictions et facilement manipulables à sa solde. Il convient d’affirmer que la pratique courante du clientélisme ethnique dans la gestion des pouvoirs publics en République Centrafricaine a été le facteur principal des échecs désagréables de tous les régimes sans aucune exception. Les indicateurs de nos jours confirment que le rendez- vous de la reconstitution d’un Etat de droit est loin d’atteindre ses objectifs, car le fléau de la satisfaction des intérêts ethniques et des clans restent le mode de gouvernance de l’heure.
 
MOTS CLES :

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Les mobiles du coup d'état Commis par la seleka avec les dégâts causés y relatifs a t-on vraiment de négocier avec ces mercenaires Tchadiens et Soudanais? Est-ce le Moment de parler de réconciliation?

Par sorokaté

18/06/2014 10:06

Vous êtes ici : Kangbi-Ndara » Politique » Centrafrique : les huit points qui risquent de peser sur les négociations
Centrafrique : les huit points qui risquent de peser sur les négociations

16 juin, 2014 | Par kangbi-ndara | Catégorie: Politique | 1 173 vues
Bangui le 16 juin Aïda Maïmouna (Kangbi-ndara.net) La société civile musulmane de Centrafrique veut un partage presque égal du pouvoir politique et militaire. Elle a arrêté huit points catalyseurs qu’elle posera comme condition avant toute négociation pour une sortie de crise dans le pays.

goniLes personnalités musulmanes dont les noms et les fonctions suivent : Badamassy Ousman (président AVIREC ) ; Sani Yalo (président du FRUD-CA) ; Imam Oumar Goni ( Imam Mosquée Moustapha Bangui) ; Maitre Moussa Dagabo (avocat, société civile) ; Dodo Balla (Maire du 3e ardt de Bangui) ; Bachir Modibo Walidou (Imam adjoint Mosquée Km5) ; Hassan Adamou Birao (Délégué AVIREC) ; Mahamat Abbrass ( Conseiller national) ; Maina Tanimou Salissou ( facilitateur communauté musulmane au Cameoun) ; Ahmat Ousuman (AVIREC) ; Abdoulaye Tidjani (Conseiller national) ; Zeber Garba (président pélérin) ; Mamadou Bello ( Diplomate) ; Abdulaziz Mairiga (président cadres Musulman) ;Hassan Samori et Hadja Zara Bichara (déléguée AVIREC) se sont réunis, le 5 juin à Bangui pour retenir huit points que leur plate forme posera comme préalables aux négociations.

Dans le premier point il est, entre autres, question de la sécurisation de toutes les mosquées détruites, brûlées ou transformer en bar et buvettes à Bangui et à l’intérieur du pays par la population chrétienne ; de réformer les Forces armées centrafricaines (FACA) à 40% musulmans et 60% chrétiens ; d’évaluer et de prendre en charge la reconstruction intégrale de toutes les mosquées et maisons détruites par la population chrétienne et de mettre un terme à la vente illicite, par certains chefs de quartier, des terrains appartenant aux musulmans exilés.

Le second point est le chapitre des indemnisations. Il a été décidé le dédommagement des quelques 4.283 musulmans massacrés sous réserve de décomptes définitives à hauteur de 7 millions de FCFA/victime ; dédommagent des propriétés, commerces, cheptels, matériels roulants des musulmans victimes tant à Bangui qu’à l’intérieur du pays et la poursuite et l’arrestation des Anti-balaka et complices reconnus notoirement coupables, notamment Edouard Ngaïssona, Namsio, Rambo et autres auteurs de massacres des civiles musulmans à la première heure de la crise.

Le troisième point consiste aussi à indemniser les combattants de Km5 et autres forces de résistance pour la protection des civils au moment de la crise et leur insertion au programme DDR et de la mise en place d’un programme de restitution sans délai des armements sauf la patrouille en création (ndlr, de quelle patrouille s’agit-il ?).

Le quatrième point vise essentiellement l’écartement total des FACA tant que celle-ci n’est pas reformée.

Les mesures politiques sont prises dans le cinquième point retenu avec l’attribution du poste de Chef de l’Etat à un chrétien et le poste de vice-président à un musulman. Le premier ministre doit être un musulman et le vice-premier ministre un chrétien. Cependant, la répartition des postes ministériels se fait entre les six ministères notamment la Défense, la Sécurité, le Commerce, les Mines et Hydraulique, l’Education nationale enfin les Transports et l’Equipement. En outre, les conseillés et chargés de mission et les Directeurs de cabinet sont à l’appréciation des ministres en plus, l’Etat major des FACA doit avoir le pouvoir égalitaire c’est-à-dire 50% chrétien et 50% musulman de même dans les nominations des cadres militaires.

Le sixième point est celui du parlement. Il est exigé une révision des membres du Conseil National de la Transition à 50% musulman et 50% chrétien.

Dans le septième point, la société civile de la communauté musulmane mentionne une absence totale de confiance aux dirigeants de la transition actuelle. Il est inscrit dans ce même point le rapatriement et l’indemnisation des rescapés des Villes de Boda, Carnot, Berberati, Yaloké et autres. La reconnaissance des deux fêtes religieuses musulmanes sur l’étendue du territoire (chômer et payer comme les fêtes de noël, pâques etc)

Le huitième et dernier point consiste à la mise en place des budgets de transport, hébergement et concertation ; mise en place du budget d’indemnisation des vecteurs de blocage et des préalables aux négociations.

14 COMMENTAIRES POUR “CENTRAFRIQUE : LES HUIT POINTS QUI RISQUENT DE PESER SUR LES NÉGOCIATIONS”
Singa Watawata dit :
16 juin 2014 à 15 h 09 min
Je vais être calme et ne même pas donner de l'importance en analysant ces insanités. Par contre je veux la réponse à 2 questions:

1-Pourquoi les musulmans qui représentent 5% de la population doivent plus de 50% du pouvoir et des avantages?

2-Comment fait-on pour l'indemnisation des chrétiens et animistes tués, violés et volés par les musulmans et leurs acolytes de la seleka?

C'est la logique djihadiste pure et simple. Seuls les musulmans sont des êtres humains, les autres ne sont que des aninaux qui n'ont aucun droit. Les musulmans ont le droit de tout leur prendre et ils doivent se mettre à genoux et leur dire merci vénérables dieux des centrafricains.

Je préfère m'arrêter sinon je risque d'être plus ridicule qu'eux.

Répondre
kossi dit :
16 juin 2014 à 16 h 15 min
Je me demande si les cosignatires de cette déclaration ont bien lu La Résolution 21 17 en son article 10? Ils font obstacle au processus de paix en Centrafrique . Ils semblent ignorer que l'enquête de la CPI couvre la période d 'août 2012 à aujourd'hui. je suis étonné que les cosignatires de cette déclaration ont purement et simplement fait abstraction de tous les forfaits de la coalition séléka depuis le 10 décembre 2012 à Ndélé jusqu'à la prise du pouvoir à Bangui le 24 mars 2013 et après? Ils réclament l'indéminsation des victimes musulmanes et pour les non musulmanes? Les différents diocèses de Centrafrique ont perdu plus d'une centaine de véhiucles dont la plupart serait au Tchad . Qu'en dites vous? Avez vous respecté le décret de la dissolution de la coalition séléka signé par Djotobjia? La Centrafrique est un Etat laïc , les recrutements dans les forces de sécurité et de défense ne se font pas sur la base religieuse mais régionale. Dans la fonction publique , c'est sur la base de compétence personnelle. Les loups sortent de la forêt, les ennemis du peuple Centrafricain épris de paix se dévoilent d'eux-mêmes juste avnt que la CPI ne commence son enquête. Soyez prêts à réponse de votre refus de la paix à la CPI.

La séléka a été au pouvoir du 24 mars 2013 au 10 janvier 2014, elle a échoué lamentablement , elle a fait main basse sur les richesses du pays ( diament, or , bois, fer ) et malgrè cela vous réclamez des postes dans le gouvernement Centrafricain? Soyez sérieux ! le peuple meurtri saura , au moment opportun , choisir librement ses représentants. Vous ferez mieux de commencer à redorer votre blason, à corriger vos erreurs , à demander pardon au peuple Centrafricain pour que vos candidats aient la chance d'être élus. Si les élections se déroulaient sur la base religieuse ( 10% de musulmans contre 80% de chrétiens ) vous n'aurez aucune chance pour atteindre les 50% réclamés voilà pour quoi vous voulez faire du forcing. C'est peine perdue

Répondre
MORATI dit :
16 juin 2014 à 16 h 30 min
Ce n'est autre chose que de l'ignorance à outrance ! ! !

je ne peux qu'adhérer à tout ce qui vient d'être cité par M; KOSSI et le félicite pour sa clairvoyance et son éclaircissement des faits.



Répondre
gerald dit :
16 juin 2014 à 17 h 25 min
un blackmail ou chantage de la part des seleka pourtant dissoute.vous refusez que les faca soient rearmer mais les mercenaires etrangers qui sont dans vos rangs,sont-ils centrafricains?vous demandez le dedomagent de ceux qui ont commient le carnage de fatima?vous demandez l,arrestation de RAMBO,PATRICE NAMSIO,et EDOUARD NGAISSIONA, ces trois sont des autochones et ndotodia,assimeh,nourredine adam,rakiss,cherrif,tous des tchadiens pourquoi pas l,anarchie au tchad et non en rca.vous demandez ,l,ecartemet total des faca pour tuer en toute liberte.vous demandez 60% de chretiens et 40% de musulmans,vous etes moins de 8% de la population totale,vous etes des immigres,ca ne marchera pas notons que les criteres de recrutement en rca sont claires,faire une demande et savoir lire et ecrire.les roungas et goulas sont autochtnes pas vous arabe.les lieux de culte que vous avez detruient qui va reconstruirent.en europe ils refusent la construction des mosques,en rca aussi c,est possible.rentrez la ou vos grands parents sont venuent ca sera bien.nous avions fait beaucoup de laxisme.

Répondre
yasitoungou dit :
16 juin 2014 à 19 h 37 min
Ce qui est extraordinaire c'est que tous ces musulmans cités sont d'origine étrangère. Qu'ils citent leurs villages respectifs, qui ne sont auttres que les quartiers musulmans des grandes villes ou leurs parents ou grands parents émigrés se sont installés à leurs arrivées respectives en bénéficiant de la mansuétude des autochtones qui les ont accueillis. Croient-ils sérieusement qu'ils pourront encore vivre dans ces quarties, après avoir bravotté les sélékas qui massacraient leurs bienfaiteurs d'hier, mieux en y prenant même part pour de nombreux jeunes et hommes de leurs communautés ? Même protégés par un million de soldats, croient-ils cela possible ? Qu'ils s'en aillent pour des années, et comme la mémoire de l'homme finit par oublier, leurs descendants reviendront un jour. Enfin que les traitres vrais centrafricains musulmans qui ont comploté avec les étrangers criminels pour venir dynamité leur pays présentent leur PARDON à leurs frères centrafricains non musulmans, et qu'ils se joignent aux anti-balakas pour mettre fin à ces INJURES de batards apatrides musulmans signataires de cette merde présentée comme une requête. Si les Djotodia, Djono, Djoubaye, Hassan, Daffhane et autres ont le courage de demander PARDON, on les protègera de la CPI, on leur pardonnera pour que la lutte contre Deby alias Charles Taylor se poursuive avec les ralliements des sudistes tchadiens, et il finira tranquillement à la CPI. Yassitoungou, la révoltée de Boromata

Répondre
OUSMAN dit :
16 juin 2014 à 20 h 27 min
Nous soutenons toutes ces prépositions si vous etes pour la réconcialition vous devrez accepter cela dans le cas contraire nous envisageons la partition du pays comme vous continuez de nous traiter des étrangers et l'avenir nous dira la suite.

Répondre
ISMAIL dit :
16 juin 2014 à 20 h 30 min
Pour je suis pour la partition du pays car on ne peut vivre les cannibales ensenble du jamais dans la vie et on ne va laisser cette histoire là comme ça, nous allons aussi venger.

Répondre
Jean dit :
16 juin 2014 à 20 h 38 min
c'est avec une déception de voir ceratins pro-bozizé considère tous les musulmans comme des étrangers.Dites-moi NDELE,BIRAO,BRIA,BAMBARI…. n'est pas dans la RCA? Laissez votre fanatisme et c'est à cause de vous qu'on souffrent en ce moment on a besoin de la paix.

Répondre
ABDEL dit :
16 juin 2014 à 20 h 42 min
C'est honte de voir la réaction de certains chrétiens à qui jusqu'à lors ne sont pas conscient de la barbarie des anti-balaka.continuer de les soutenir et vous verrez la suite.

Répondre
yassitoungou dit :
17 juin 2014 à 4 h 11 min
Ndele, Birao, Bria, Bambari etc ne sont pas de villes qui appartiennent aux musulmans venus d'ailleurs. Les vrais musulmans centrafricains existent, ils ont leurs villages, mais ceux dont nous parlons sont ceux qui sont venus d'ailleurs. Ils se reconnaissent bien. Nos freres rounga, goula, youlou, et autres ne sont pas tous musulmans. Ils conaissent l;eurs villages. Demandez a Meckassoua, Sani Yalo, Salao, Abdoulkarim Danzoumi, Oumarou et autres collecteurs de diamants et petits commercants tchadiens sénégalis maliens nigérians (je pense a Bandamassi) etc ou se trouvent leurs villages en RCA ? Musulmans étrangers résidents en RCA, partez la RCA ne veut plus de vous, pour l'avoir trahie. PARTEZ, REPARTEZ CHEZ VOUS. BOZIZE ou le christianisme n'a rien a voir avec cette réaction de vengeance des centrafricains. REPARTEZ CHEZ VOUS !

Répondre
anelki dit :
17 juin 2014 à 5 h 41 min
seul le djihad fi sabililah et l'instauration des lois d'ALLAH(charia) pourra nous sortir de cette situation en centrafrique.

Répondre
gerald dit :
17 juin 2014 à 9 h 49 min
les djihadistes sont des laches,vous demandez de l,aide des musulmans du monde entier pour venir assujettir un pays qui n,est pas le votre.allez vous joindre au boko haram vos freres ou en somalie al chaabab pour tuer des innocents.vous et vos allies tchadiens et francais font du terrorisme d,etat, vous avez perdue la guerre mais les francais vous ont aider a vous reogarniser.il y aura aucun enturbanne dans les faca vous etes tous des traitres ,tous les secrets de notre armee sera a la disposition du tchad et du soudan.allez construire vos nouveaux mosques a bardai, abeche, et faya largot, pas chez nous. debiles et maniaques et drogues.

Répondre
lilly la tigresse dit :
17 juin 2014 à 15 h 49 min
Bonsoir la Com,

Comme quoi, nous ne cesserions jamais de rêver la tête en bas avec nos histoires drôles à la Centrafricaine. Tellement absurde que nous ne saurons le dire car personne n'aurait pu croire sans ces éléments de preuve que kangbi-ndara.net a joint à son article.

Vous pouvez le constatez, Centrafrique Info-Pays, hébergé par Facebook, en avait fait écho le 12/06/2014_14:45 TU, depuis Bangui…

Que disent SANI YALO et OUSMANE BADAMASSY?

De l’album : Photos du journal

De Centrafrique Info-Pays

BANGUI (12/06/2014_14:45 TU)
CENTRAFRIQUE/CRISE: VOUS AVEZ DIT DIALOGUE, MAIS QUELS DIALOGUES?
L'initiative Centrafricaine d'un dialogue inter-centrafricain, dont les assises viennent de démarrer au Ledger Plaza de Bangui, aurait bientôt du plomb dans l'aile.
Non, pas que les acteurs Centrafricains ne seraient pas au point, mais l'embuscade viendrait encore et toujours des parrains autoproclamés de cette crise centrafricaine. Une crise importée d'on ne sait vraiment d'où, pour les besoins de la cause. La domination colonialiste de la France; bien sûr avec l'appui indéfectible de Centrafricains en mal de patriotisme.
Bref, Centrafrique Info-Pays vient d'être informé d'une autre initiative en cours de préparation du côté de "Brazzaville-la-Forêt-de-Kinshasa". Et celle-ci viendrait, justement, bloquer l'initiative centrafricaine, déjà lancée.
Du côté du Médiateur Denis Sassou Nguésso, un de ces conseiller Centrafricain, un ancien Ministre d'État centrafricain, dont le nom circule pour la Primature centrafricaine, l'aurait convaincu de réunir deux pré-dialogues avant une grande assise inter-centrafricaine.
Un pré-dialogue religieux et un autre politique.
Pour le pré-dialogue religieux, des activistes musulmans, majoritairement de la composante Haoussa, serait déjà en action. Coaché par Ousman Badamassy et Sany Yalo, mais bridés par ledit conseiller de Denis Sassou Nguésso, ces musulmans Centrafricains ont mis en place une "Plateforme de négociation", relevant d'une "Société civile de la Communauté Musulmane" en Centrafrique.
Huit (08) points de négociation sont proposés dans un document de trois (03) pages, en première partie de laquelle une liste de dix-sept membres de cette "Société civile de la communauté musulmane" s'égrène, parmi lesquelles l'Imam Oumar Goni, l'Imam adjoint Bachir Modibo Walidou, Dodo Baïla, le maire du 3è, Massaoud, le porte-parole du KM5…
A suivre…

Répondre
yasitoungou dit :
17 juin 2014 à 16 h 48 min
Merci a tous et Gloire a Dieu qui révéle tous les jours les microbes aventuriers dist "musulmans" étrangers en terre de nos ancêtres qui rêvent de nous commander, tellement tous les leaders centrafricains ont mangé dans leurs mains ! Bozizé les a installés au pouvoir, ils y ont pris goût et Djotodia est venu réaliser leure rêve du pouvoir suprême. Mais comme il est centrafricain 100 %, avec Deby ils ont organisé sa chutte, et aujourd'hui ils sortent leurs têtes. Merci Seigneur de nous les avoir révélés en plein JOUR. AMEN

Répondre

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journaldebangui.com
  • Journaldebangui.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués