DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

«Seuls les Centrafricains peuvent changer le cours de l'histoire de leur pays»

Par Salomon Kotro - 13/06/2014

Salomon Kotro est ancien député centrafricain

 

Depuis décembre 2012, la République centrafricaine traverse une crise politique sans précédent, entraînant une insécurité généralisée, mettant à rude épreuve l'unité de ses filles et fils, et déconstruisant le symbole de la nation et sa devise: UNITE – DIGNITE – TRAVAIL.

La Centrafrique vit le moment le plus sombre de son histoire. On entend certains parler de partition du pays, avec à la clé la délocalisation des musulmans dans le nord-est du pays, parce que, selon les médias, le conflit qui se passe dans ce pays n'est autre chose que confessionnel. Pourtant, cette crise est et demeure politique. Certes, les brutalités ont été commises de part et d'autre contre les personnes et leurs biens, il faut admettre que la véritable solution de cette crise qui perdure demeure dans le désarmement des forces illégales conformément aux résolutions des nations unies. Le désarmement est un gage de sécurisation des citoyens qui pourront jouir de la liberté d'aller et venir. Le désarmement précède la paix.

 


© a401.idata.over-blog.com
Salomon Kotro est ancien député centrafricain
Le 8 juin 2013, le Premier ministre centrafricain André Nzapayéké a lancé cette journée de désarmement volontaire. Oui, le désarmement, s'il est bien mené, instaurera un climat de confiance et de sérénité dans la population, une envie de vivre en harmonie et de partager le patrimoine commun qui est la patrie. Le désarmement contribue efficacement au retour de la paix et facilitant aussi le retour progressif des déplacés. C'est un acte politique à encourager, mais qui n'est malheureusement pas entouré des mesures contraignantes limitées dans le temps et dans l'espace. Même si aujourd'hui le pays est déréglé, s'il n'y a pas d'administration sur l'ensemble du territoire, s'il n'y a pas d'armée pour accomplir les missions de protéger des populations et de leurs biens, les autorités de la transition détiennent le mécanisme nécessaire du pouvoir pour que force reste à la loi.

La Centrafrique s'enfonce dans le chaos. Tous les jours qui passent au moins un Centrafricain tombe sous le coup des armes, parce que la haine et le dégoût de l'autre nous empêchent de désarmer. Pourtant, il y a un temps pour tout sur cette terre. Un temps pour faire la guerre, un temps pour faire la paix. La Centrafrique court un danger si nous continuons les uns et les autres de nous imputer la responsabilité du chaos. Il ne faut jamais remettre à plus tard ce qui peut nous grandir aujourd'hui. Le désarment lancé est une bonne chose pour ouvrir la brèche vers une démarche de pardon, de dialogue et de véritable réconciliation pour sauvegarder l'unité de notre pays.

La guerre qui continue dans ce pays prendra fin le jour où les Centrafricains cesseront de vouloir se venger. Tant que les extrémistes de chaque camp voudront venger un frère, une cousine, un oncle tué par l'ennemi, la guerre continuera, produisant chaque jour plus de morts. Ce n'est pas toujours évident d'oublier un proche tué, mais il faut aider ses hommes et ses femmes en souffrance à faire le deuil, non pas les aider à venger leurs morts, sinon ce qui se passe sur notre terre centrafricaine ne s'arrêtera jamais.

Pour l'amour et l'unité de la République Centrafricaine, posons-nous juste une question : est-ce que j'ai apporté ma pierre à l'édifice dans le rétablissement de la paix dans mon pays ? Il faut bien se rendre à l'évidence que, seuls les Centrafricains peuvent changer le cours de leur histoire et ramener la paix dans leur pays.

Mahatma Gandhi disait: «Nous devons être le changement que nous voulons voir dans le monde».

 

 
MOTS CLES :

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Prenons nos responsabilités!

Par Lola

15/06/2014 07:50

Oui ce qui est dit est très profond. Nous devrons nous illustrer en 1er acteurs dans la recherche des voies et moyens pour le retour de la paix dans notre pays. La paix tant attendue par la population ne viendra effectivement qu’à travers nos efforts, réflexions et actions. La communauté internationale a un rôle purement accompagnateur et devrait en aucun cas se substituer en nous. Nous sommes arrivés dans une situation où nos hommes politiques fond d’éprouve d’une inaction hallucinante. On sent en eux un manque de maturité politique, de sagesse, de clairvoyance et du patriotisme. Ils se sont tous inscrit dans une dynamique de calculs politiciens d’intérêts inavoués. Vous avez bien su dire le désarment est un préalable à la paix. C’est une logique incontestable ! J’ajouterais dans le même sens en précisant que la paix est un préalable aux élections. Je constate avec regret que la préoccupation de nos leaders politiques à l’heure actuelle n’est pas la paix mais plus tôt les élections, oubliant que leurs contributions sont impatiemment attendues pour sortir la RCA de son chaos. Cette fuite en avant est vraiment regrettable! Il faut faire absolument la paix avant d’aller aux élections. Comment est ce que peut-on organiser les élections dans cette pagaille généralisée ? Mes chers compatriotes ressaisissons-nous ! Un pays ne peut se construire et se développer sans les efforts de ses propres fils et filles. J’invite nos leaders politiques à faire preuve de lucidité, du patriotisme et à prendre leur responsabilité devant la nation. Il serait ardemment souhaitable que le gouvernement, les forces vives de la nation, les intellectuels, la société civile, le parlement de la transition se mobiliser pour construire un chantier de sortie crise. La réconciliation prônée par le gouvernement n’est restée que des vains mots sans actions concrètes. Les opérations de désarmement volontaire ont intervenu tardivement. Catherine SAMBA PANZA a perdu son chapeau de médiatrice depuis qu’elle arrivée à la tête du pays. Incapable de s’imposer et d’user son pouvoir dans toute sa plénitude pour réconcilier les deux camps. Rien ne bouge, elle fait du surplace. Le vrai problème c’est que depuis l’indépendance la Centrafrique n’a jamais eu la chance d’avoir un Président déterminé à faire changer les choses positivement. Nous avons assisté et accompagné la gestion tribale et clanique du pouvoir qui a fait basculer le pays dans une dérive sans précédent. La crise actuelle n’est en partie la résultante de cette gestion exécrable. L’extérieur ne peut être seul responsable de ce qui se passe en RCA. C’est dire que les responsabilités sont partagées. L’appui de la communauté devrait nous offrir des opportunités pour se révéler et tourner définitivement la page sombre de l’histoire de notre. Non à des leaders prédateurs qui ne pensent qu’à leur poche ! Plus jamais ça ! Mettons de côté nos ego pour être au service de notre belle nation.

Lola

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journaldebangui.com
  • Journaldebangui.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués