NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Centrafrique : six mois d'intervention française en six questions

Par Le Monde - 06/06/2014

Le 5 décembre 2013, François Hollande annonçait le déclenchement en urgence de l’opération Sangaris.

 

C’était il y a six mois. Le 5 décembre 2013, François Hollande annonçait le déclenchement en urgence de l’opération Sangaris. Une nouvelle intervention militaire française en terre africaine un an après le Mali, une de plus en Centrafrique. Bangui était alors à feu et à sang. Le matin même, des groupes d’insurgés, les anti-balaka, avaient lancé un assaut sur la capitale. Après avoir repoussé leurs ennemis, les ex-rebelles de la Séléka, alors au pouvoir, imposaient une campagne de représailles à la population. Un carnage.

D’où vient le nom « Sangaris » ?

En choisissant le nom d’un lépidoptère local, le sangaris, les stratèges militaires avaient vraisemblablement à l’esprit que cette opération entraînerait un effet papillon. Une réaction en chaîne s’est bien produite, mais pas exactement celle escomptée. En portant ses premiers coups sur la Séléka, dont les combattants et les cadres sont majoritairement de confession islamique, l’intervention française a inversé le rapport de forces et n’a pu empêcher la vague de vengeances qui s’est abattue sur la minorité civile musulmane. « Nous n’avions pas mesuré le pouvoir de nuisance des anti-balaka, ni anticipé le niveau de haine d’une bonne partie de la population », reconnaît une source officielle à Paris.

Que font les militaires étrangers ?

L’action des forces internationales – 2 000 soldats français et 6 000 africains – a permis de mettre un terme aux massacres de grande ampleur mais la RCA, en crise profonde depuis deux décennies, est encore loin d’avoir retrouvé la stabilité. En nombre insuffisant pour un territoire grand comme la France et la Belgique réunies, les militaires étrangers sont les pompiers d’incendies qui s’allument encore en différents points du pays. La situation humanitaire demeure catastrophique. L’ancienne puissance coloniale attend désormais avec impatience le déploiement d’une opération de maintien de la paix, prévue pour la mi-septembre, pour se désengager progressivement du terrain. Cependant, à Paris comme à Bangui, l’espoir d’une opération brève, « qui n’a pas vocation à durer » selon François Hollande, s’est envolé.

La Centrafrique est-elle divisée ?

Aujourd’hui, la géographie centrafricaine a été entièrement recomposée. Quelques milliers de musulmans subsistent, sous protection des forces africaines ou françaises, dans des enclaves de l’ouest du pays et de Bangui, les autres se sont réfugiés au Cameroun, au Tchad ou dans le nord-est de la RCA, où se sont repliés la majorité des miliciens de la Séléka. « La Centrafrique est une et indivisible », répètent jusqu’à satiété les autorités et toute la classe politique locale. Dans les faits, le pays est aujourd’hui morcelé, avec de multiples lignes de fracture. Le reflux des musulmans dans l’est a provoqué de facto une césure du territoire, une partie « sous contrôle » des ex rebelles, l’autre où essaiment différentes factions anti-balaka et de petits groupes armés. Toutes les mouvances sont traversées par des divisions politiques, des logiques mafieuses et des querelles de pouvoir. La France tente d’appuyer les personnalités les plus modérées de chaque camp, les Séléka qui refusent l’idée d’une partition et les anti-balaka qui prônent l’arrêt des violences, mais leur influence sur le terrain est contestée.

Que font les responsables politiques centrafricains ?

L’atonie politique des autorités est également devenue un sujet majeur de préoccupation. Installée au pouvoir le 20 janvier après la démission forcée de Michel Djotodia, la présidente de transition Catherine Samba-Panza, ainsi que son gouvernement, peut à juste titre se plaindre de la lenteur d’arrivée des fonds promis par la communauté internationale mais son incapacité à engager un réel processus de réconciliation suscite l’exaspération croissante de nombre d’acteurs extérieurs. L’exécutif centrafricain est une mosaïque où cohabitent fort mal les différentes tendances qui le composent. Alors que les principales personnalités politiques du pays se réservent pour la future élection présidentielle et sont maintenues hors du cercle de décision, l’annonce d’un remaniement ministériel qui tarde à se réaliser a généré de nouvelles tensions à Bangui.

Que font les voisins régionaux ?

Le Congo et le Tchad, les deux parrains régionaux qui n’avaient pas « voté » pour Mme Samba-Panza lors de son élection à la tête de la transition, maintiennent la pression sur les autorités, mais selon plusieurs sources diplomatiques, Brazzaville se montre de plus en plus las alors que N’Djamena n’a pas encore digéré l’humiliation subie par ses soldats, ses ressortissants et les descendants de familles tchadiennes, tous sortis de RCA à la hâte.

La mission va-t-elle se prolonger?

Dans ce contexte toujours troublé, la perspective de l’organisation d’élections en février 2015 devient chaque jour un peu plus incertaine. Même avec des effectifs plus réduits, la mission des soldats français, qui ne devait initialement durer que six mois, risque fort d’être prolongée.

Comme l'a expliqué le général Francisco Soriano à Europe 1 vendredi 6 juin :

Il faut bien mesurer que, quand nous nous sommes déployés en décembre dans l'urgence, il fallait faire cesser exactions et tueries. Ce qui a été fait mais, pour autant, il reste bien évidemment encore à faire. On ne pourra arriver à une sécurité améliorée qu'à partir du moment où les trois piliers – politiques, économiques et judiciaires – pourront prendre le relais. Bientôt, puisque ça a été voté par les Nations unies, une opération de maintien de la paix prendra le relais dans un temps un peu plus long, avec d'autres possibilités que ce que la force Sangaris et l'Union africaine produisent aujourd'hui...

L'opération de maintien de la paix se déclenchera le 15 septembre. C'est à partir du 15 septembre qu'elle prendra sa capacité opérationnelle : nous l'accompagnerons jusqu'à ce qu'elle ait atteint sa pleine capacité opérationnelle, ce qui devrait être effectif d'ici la fin de l'année.

 

 
MOTS CLES :

4 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

l,operation sangaris qu,on peut qualifier d,operation turquoise est un echec total

Par famoundjou

07/06/2014 12:19

un journaliste anglais disait au debut de sangaris je cite(toute l,armee francaise envoyee en RCA ne resoudra pas le probleme,car on ne resoue pas un probleme de guerre civile par la force)voila le resultat.ils doivent deguerpir. au lieu d,etteindre le feu,ils ont les sangaris attises la haine avant de partir,et aider les SELEKA qui sont des mercenaires tchadiens et soudanais de se reconstituer,un etat major parallele dans un pays souverain,cette guerre est creer par la france et les sous-traitant TCHAD,SOUDAN ET CONGO-BRAZZAVILLE.la mission qui etait au debut africaine etait transformer en mission neocoloniale francaise pour empecher la rca d,etre prospere et exploiter ses richesses en toute liberte.

car au MALI,COTE D,IVOIRE,CENTRAFRIQUE et d,autres anciennes colonies,les peuples vivent les guerres crees de toute piece par cette puissance en declin qui s,accroche aux richesses des pays africains francophones pour se maintenir par les pays riches et prosperes,mais la FRANCE NE CREER PAS LES RICHESSES MAIS MET UN SYSTEM ESCLAVAGISTE EN PLACE POUR PROFITER ET S,ACCAPARER DES RICHESSES DES PAYS QU,ELLE A COLONISER.LISEZ SUR GOOGLE (LE SAVEZ-VOUS LES PAYS AFRICAINS FRANCOPHONES PAYENT ENCORE LA DETTE COLONIALE)vous saurez tous pourquoi les pays colonises par la france sont tous des nains economiques,LA MONNAIE CFA,LES BASES MILITAIRES FRANCAISES,L,ESPACE AERIEN DES PAYS FRANCOPHONES SONT CONTROLER PAR LA FRANCE,LES DIRIGEANTS SONT IMPOSER PAR CE PAYS,LES OFFICIERS DE L,ARMEE N,ONT PAS LE DROIT DE SE FAIRE FORMER DANS UN AUTRE PAYS.l,etat des armees dans les pays colonises par la FRANCE est deplorable,au MALI ME DISAIT UN AMI ANGLOPHONE LES SOLDATS MALIENS COMBATTENT SANS GODASSE avec des sandales,regarder les armees des pays colonises par la france et vous tirerez votre propre conclusion,selon les specialistes anglo-saxons,la france affaiblit l,armee pour avoir la main-mise sur le pays,CAR AUCUN PAYS NE PEUX SE DEVELOPPER SANS AVOIR UNE ARMEE FORTE CAPABLE DE DEFENDRE L,INTEGRITE TERRITORIALE.IL FAUT QUE LES LEADERS AFRICAINS DOIVENT METTRE FIN AUX ACCORDS COLONIAUX IMPOSES DEPUIS LES ANNES 1960,ces accords sont caducs et ne refletent pas la realite du 21 siecle.

car la resolution 2127 autorisant la force pour desarmer les forces non conventielles,nous constatons depuis le debut de la presense francaise en rca,que le but des sangaris etaient de maintenir L,INSTABILITE EN RCA,la seleka qui est une creation FRANCO-TCHADIENNE en deroute de se reogarniser,la mission des SANGARIS ressemble similairement a L,OPERATION TURQUOISE AU RWANDA,ils sont venuent proteger les SANGUINAIRES SELEKA,ILS ONT UTILISER LES AVIONS POUR RAMENER UNE PARTIE A DJAMENA,et utiliser la LOGISTIQUE,AVION ET CAMION MILITAIRE POUR LE CONGRES DES SELEKA QUI SONT A 90% DES MERCENAIRES TCHDIENS ET SOUDANAIS CRIMINELS,car ils ont tuer des milliers de centrafricains autochtones parcequ,ils ne sont pas a majorite des musulmans,car LA FRANCE ET LES EMIRATS DU GOLFE sont a l,origine de cette agression car ils ont financer cette guerre,aucun musulmans n,a ete persecuter en RCA,bien au contraire la PRESSE OCCIDENTALE PARLENT DE CRHRETIENS CONTRE LES MUSULMANS FAUX FAUX ET FAUX,une tentative des certains pays de s,accaparer des richesses petroliferes et minieres de ce pays que la france dit pauvre,mais detiens presque tout les ressources du monde.les SELEKA DEFAITENT LA FRANCE LES MAINTIENS POUR EMPECHER LE PETROLE D,ETRE EXPLOITER.

L,AMBASSADEUR DE FRANCE DEPUIS MUSSETI ET CELUI QUI EST EN PLACE MANIPULENT LES FORCES EN PRESENCE,LES MERCENAIRES FRANCAIS ONT PRIT PAR AU COMBAT A BANGUI LORS DU CHUTTE dU REGIME DE BOZIZE.NDOTODIA ETAIT GARDER PAR LES MERCENAIRES FRANCAIS DE DELAWARE AU ETATS UNIES.la colonisation deguisee sous l,efigie de la religion,nous sommes au 21eme siecle envoyer des arabes pour utiliser la force pour assujettir les bantou releve d,un fantasme,car le resultat est la les enfants du pays heros ont defaite cette nebuleuse terroriste avec leurs riches parrains dans les emirats et amis de la france.le jour se leve ou les peuples defendrons leur droit et aurons a un avenir meilleurs.wait and see.

C'est la france via deby qui detruit centrafrique,ne vous laissez pas distraire

Par boubagueret

07/06/2014 20:17

arretez la comedie,la france anourri et crée cette rébellion et elle continue de fermer les yeux sur les massacres des centrafricains avec complices comme samba panza et zapayeke ,accusant n'importe qui pour voilà la crueuté des mercenaires que l'armée française entretient au km5. On nous parle de democratrie et on intimide des hommes politiques et citoyens de dire ce qu'ils pense et ce qui se passe dans leur paiement.Dire les ratés des armées internationale pilotées par cette meme france qui joue les pyro et pmpiers.Un diplomate qui se comporte en gouverneur.ils ne perdent pas leur reflexe de colon. En france ,la syrie ,la lybie hier etait en guerre,n'est pas leurs journalistes qui communiquent tout sur les positions du gouvernement et des avancées des rebelles? N'est pas cette france quand ces pays suspendaient les moyens de communication crier au crime contre la liberté,aujourd'hui cette meme france genée de voir que les gens ont compris leur jeu et les dénonce joue la division comme d'habitudes pour pointer et intimider les politiciens qu'elle ne controle pas. Aller embeter des radio qui organsent des debats comme notre dame c'est quand meme grave. Que font ils en france quand Meluchn appelle à une revolution ou attaque en terme de guerre le pouvoir nonchalent de hollande,ou quand il dit il faut alller prendre la bastille?? Ca c'est la democratie,chez les nègres mode socialiste ,fermer vos gueules. Ce qui se passe ,les derniers massacres ne le sont pas par des hommes politiques mais par des barbares musulmans que vous proteger au km5 et que vous faites la diversion pour eviter que les gens en parlent. C'est le resultat d'un echec de gouvernenement d'incompetent,ils commence à nous parler de coup d' etat comme des dictateurs par des faux coups d' etat pour eliminer des concurrents. Qui peut faire un coup d'etat autre que la france en centrafrique????

Les vraies causes de cette guerre en Centrafrique.

Par sorokaté

08/06/2014 18:47

www.lanouvellecentrafrique.info/document-les-veritables-causes-de-la-guerre-en-centrafrique-selon-kemi-seba/

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués