NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Centrafrique: premiers retours de soldats français "à partir du 15 septembre"

Par AFP - 06/06/2014

Le commandant de l'opération française en Centrafrique, le général Francisco Soriano, a indiqué vendredi que le retour de ses soldats commencerait à partir du 15 septembre

 

Le commandant de l'opération française en Centrafrique, le général Francisco Soriano, a indiqué vendredi que le retour de ses soldats commencerait à partir du 15 septembre, avec le relais de la mission de l'ONU.

Interrogé sur la fin prévisible de l'opération Sangaris, lancée le 5 décembre 2013 par le président François Hollande comme une opération "brève, qui n'a pas vocation à durer", le général a répondu à la radio Europe 1, en évoquant la future mission de maintien de la paix des Nations unies : "nous resterons jusqu'à ce que cette opération soit pleinement opérationnelle".

"C'est à partir du 15 septembre qu'elle prendra sa capacité opérationnelle. Eh bien nous, nous l'accompagnerons jusqu'à ce qu'elle ait atteint sa pleine capacité, ce qui devrait se faire d'ici la fin de l'année", a-t-il dit.

A la question de savoir si les premiers retours de soldats de Sangaris pourraient en conséquence intervenir à partir du 15 septembre, le général Soriano a répondu: "C'est exactement ça".

Interrogé sur les troubles qui persistent en dépit de la présence française, il a observé : "Aujourd'hui, la population musulmane, notamment dans Bangui", "souffre, c'est une réalité, elle a besoin de sécurité".

"Il faut reconnaître que les milices anti-balaka exercent une véritable pression sur les populations musulmanes", a-t-il dit, relancé sur d'éventuels risques d'épuration ethnique.

Mais pour lui "la situation est en train de s'améliorer". Il en veut pour preuve des retours de musulmans "réfugiés au Cameroun".

"Des musulmans qui s'étaient réfugiés au Cameroun ont commencé à procéder au mouvement inverse, à revenir dans la capitale", a déclaré le général.

 


© Droits réservés
"L'action de la force Sangaris, dans Bangui, notamment pour le 3ème arrondissement (ndlr: où se situe le quartier musulman du PK-5), est appréciée de la population", a-t-il affirmé, alors que six mois après le déclenchement de l'opération Sangaris une partie de la population manifeste une hostilité croissante envers les soldats français, les accusant de ne pas avoir désarmé les groupes armés.

"Il ne faut pas oublier que la Centrafrique, c'est un pays qui a connu vingt années de crise", a relevé l'officier. "Nous ne réfutons pas les problèmes, les difficultés, qui sont encore importants, mais on ne peut occulter tout le travail qui a été fait par la force Sangaris".

Dans un premier rapport remis jeudi au Conseil de sécurité de l'ONU, une commission d'enquête des Nations unies a jugé qu'il était prématuré de parler de nettoyage ethnique ou de génocide en Centrafrique, tout en inquant avoir trouvé des preuves que des crimes contre l'humanité ont été commis par les miliciens chrétiens anti-balaka et les combattants majoritairement musulmans Séléka.

Depuis la prise de pouvoir de la rébellion Séléka en mars 2013, renversée en janvier 2014, la Centrafrique vit une crise sans précédent, rythmée par les exactions des deux camps. Ces exactions contre les civils ont fait des milliers de morts et des centaines de milliers de déplacés.
 
MOTS CLES :

2 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Reaction

Par Le Boostet

09/06/2014 01:14

Ce général de Seriano se moque t'il des musulmans ou bien il , croit bien rempli sa mission, quels sont les musulmans centrafricains qui sont entrain de regagner le pays? S'est il rendu à Garouamboulai, Kentzou dans les camps des refugiés pour tenir ces genres de propos? Honte à lui et à la France, la France est venue envenimer les choses se présente de nouveau comme pompier, elle a diviser les Centrafricains, n'eut été sa présence en Centrafrique, je crois bien fort et sans ambiguïté que le pays n'en serai pas là aujourd'hui, que leur mission était de désarmer et protéger les civils, or les civils musulmans sont massacrés, lynchés, tués et leurs corps brûlés devant les Français, sans que ne bougent un doigt et soutiennent que leur présence à fait évité le pire, quel injure à la mémoire des centaines de musulmans? Comme pour soutenir leur argumentation aux yeux du monde, ils disent que il n'y a pas de nettoyage ethnique ni génocide, de qui nous prennent ils nous les musulmans? Sont ils allés là ou se trouvent les musulmans peulhs au fin fonds de brousse pour comprendre le désastre et le massacre de ces derniers par les Anti Balaka? Si ce n'est que les diamants qui les intéressent, les français sont vraiment venuent jouer un rôle de protection? De peur d'être accuser comme se fût le cas au Rwanda, les français font tout et pour le tout de sortir tête haute de la situation que connais la RCA mais nous musulmans Centrafricains, je dis bien Centrafricains, allons porter plainte contre la France pour haute trahison, complicité de pillage et génocide et ce jour arrivera et la France répondra devant le monde entier. Je jure au nom de celui qui détient mon entre ses mains que jour là arrivera.

Aidons Centrafrique : aidons les musulmans opprimés à trouver refuge hors du pays !

Par alex

12/06/2014 14:40

Centrafrique : aidons les musulmans opprimés à trouver refuge hors du pays !:http://www.mesopinions.com/petition/droits-homme/centrafrique-aidons-musulmans-opprimes-trouver-refuge/12241

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués