NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Les violences à Bangui dues à des manipulations "politiques" (Samba Panza)

Par AFP - 02/06/2014

La récente flambée de violences interconfessionnelles à Bangui, à nouveau calme dimanche, est le fait "d'agitateurs qui essayent de manipuler les jeunes pour des raisons purement politiques"

 

La récente flambée de violences interconfessionnelles à Bangui, à nouveau calme dimanche, est le fait "d'agitateurs qui essayent de manipuler les jeunes pour des raisons purement politiques", a affirmé la présidente centrafricaine Catherine Samba Panza.

Elle s'est rendue dimanche matin à l'Hôpital général au chevet de Banguissois blessés lors de l'attaque, qu'elle avait qualifiée vendredi de "terroriste", de l'église Notre-Dame de Fatima, où 17 personnes ont péri mercredi.

"Je ne comprends pas la raison de toutes ces violences", a déclaré Mme Samba Panza, soulignant des "avancées notables" ces derniers mois dans la sécurisation du pays.

Selon elle, "ces avancées ne plaisent pas à tout le monde. Il y a des ambitions, avérées, cachées. Ce sont ces agitateurs qui en sous-main essayent de manipuler, d'instrumentaliser les jeunes pour des raisons purement politiques".

La présidente n'a pas donné de précisions sur l'identité de ces "agitateurs". "Des enquêtes sont en cours. Dès que nous aurons des faits avérés, je pourrai en parler de manière plus précise", a-t-elle dit.

Le Premier ministre centrafricain André Nzapayéké avait déjà attribué jeudi ce regain de violences à "un complot planifié" par des "hommes politiques très proches du pouvoir", dont certains se trouveraient "autour" même de son propre cabinet et de celui de la présidente, sans en dire plus.

Dans une volonté de réconciliation, des responsables proches des groupes armés Séléka, majoritairement musulmans, et anti-balaka, majoritairement chrétiens, ont été intégrés à la présidence et à la primature au moment de la constitution de ces cabinets, en janvier.

Bangui est sous tension depuis la tuerie de mercredi. Vendredi, trois personnes ont été tuées par balle et plusieurs blessées au cours de marches rassemblant des milliers de manifestants, qui exigeaient le désarmement du quartier PK-5, la dernière enclave musulmane de Bangui, et le départ des soldats burundais de la force de l'Union africaine (Misca), accusés d'avoir laissé se dérouler le drame de l'église.

Face à cette volonté de désarmer le PK-5, que des milliers de musulmans ont déjà fui pour échapper aux exactions des anti-balaka, une marche a été organisée samedi dans le quartier. Entre 200 et 300 musulmans ont clamé qu'ils refusaient tout désarmement, craignant d'être tués s'ils rendaient leurs armes.

"La volonté de désarmer est certaine", a réaffirmé Mme Samba Panza. Mais "on ne désarmera pas dans le désordre. Il n'est pas question d'arriver, de boucler" le quartier PK-5, "de désarmer comme ça et de les laisser (les musulmans) à la merci de ceux qui voudraient venir les attaquer".

 


© Droits réservés
La présidente a dit qu'elle avait eu des "entretiens" avec des représentants du PK-5 et que le désarmement se ferait avec l'armée française, la Misca et les forces centrafricaines. "Nous allons désarmer progressivement tout en assurant la protection de la population", a-t-elle assuré, sans donner de date.

Le calme régnait dimanche dans Bangui. Les nombreuses barricades érigées sur les principaux axes de la capitale ces derniers jours avaient disparu, permettant la reprise de la circulation après plusieurs jours de paralysie.

Depuis la prise de pouvoir en mars 2013 du président Michel Djotodia, soutenu par la rébellion musulmane Séléka, la crise centrafricaine a pris un tour interconfessionnel au fil des exactions des rebelles contre la population, chrétienne à plus de 80%. Après l'intervention militaire française le 5 décembre, M. Djotodia et la Séléka ont été écartés du pouvoir début janvier.

Depuis, les musulmans de Bangui - comme ailleurs en Centrafrique -, accusés de connivence avec la Séléka, sont régulièrement victimes de violentes attaques des anti-balaka qui ont conduit la plupart d'entre eux à prendre la fuite.
 
MOTS CLES :

4 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

la pillule est difficile a avaler pour le peuple centrafricain

Par famoundjou

03/06/2014 00:59

il est tres facile de parler de manipulation politique car dans ce pays tous le monde veux acceder a la magistrature supreme par tous les moyens,y compris recruter des mercenaires etrangres pour exterminer le peuple,c,est ce qui viens de se passe.une bonne question a madame SAMBA KPANDA et son premier ministre NZAPAYEKE vous etes tous deux la continuite de l,entreprise criminelle seleka,SI LES MERCENAIRES ARABES QUI OCCUPENT LE KM5 n,ont pas TUER LACHEMENT NOS COMPATRIOTES ET QUE LA POPULATION S,ETAIT SOULEVER POUR DEMANDER LA DESARMEMENT POUVIEZ VOUS PARLEZ DE DESARMEMENT?NON,NON,ET NON.LES EVENEMENTS TRAGIQUES ET LE REFUS DU PEUPLE FACE AU STATU-QUO SUR LE DESARMEMENT ont pousser les francais vos parrains a reagir,car la lachete contre le peuple a trop durer.madame et son premier ministre,a FATIMA lors d,une veillee mortuere plus de 20 personnes etaient victimes d,un jet de grenade parmis les personnes qui faisaient le deuil,quel etait vos reactions?ou en est ton avec les enquetes?votre incapacite notoire a gerer la transiton ne fait aucun doute,le premier ministre n,a meme pas comdamner l,acte odieux dans une eglise mais parler de manipulation.que faite vous a BRAZZA tous le temps madame,vous n,etes pas presidente mais vous gerez une transition et le CNT est la branche politique des SELEKA .

la transition accuse monsieur DEMAFOUT,SIOKE,ET KOKATE,qui a donner des postes de responsabilite a ses derniers?vous connaissez le passe tumultueux de ces personnes ou non?ne prenez pas le peuple pour des bons a rien madame MBALLA ET MONSIEUR NZAPAYEKE.c,est une longue episode qui se poursuit,les ennemies d,hier dans les mutineries qui se croisent et repart a la conquete du pouvoir.je me souviens de vous avoir dit sur journal de bangui sur ces personnes notament DEMAFOUT ET SIOKE,il me semble que vous etes surprise,pas moi.le complot contre le peuple continue,la connivence entre le ZIGUELE ET SES PARTISANS QUI ONT EMMENER LES MERCENAIRES TCHADIENS SUR NOTRE TERRITOIRE NE FAIT AUCUN DOUTE,a cote de NDOTODIA il y avait NDOUBA PROSPER,KODEGUE,KOYAMBONOU ET BEAUCOUP D,AUTRES APRES LA CHUTTE DE NDOTODIA ,ils sont reconduient a des postes de responsablite dans le regime de madame SAMBA PANZA qui avait promis des technocrates,mais les centrafricains ont parler de gouvernement tribale,vous avez madame reconnue apres quatre mois de pouvoir que vous faite du sur place,UN FIASCO TOTAL VOUS ETES COMDAMNER A L,ECHEC,ET L,HISTOIRE VOUS JUGERA SEVEREMENT,CAR VOUS ETES SELEKA 100%,vous avez signer un decret pour transporter ces partisans D,AL QUAIDA dans les avions de L,ONU pour NDELE POUR DECIDER DE LA PARTITION DE LA RCA,VOUS N,ECHAPPEREZ PAS A L,HISTOIRE MADAME.


pendant que le peuple ne sait a quel saint se vouer,les parti politiques sortent comme des champignons,car il ya plus de 50,si vous tous etaient des CEO(CHEF EXECUTIF OFFICER) des grandes entreprises ou les chiffres d,affaires en centaines de millions le peuple n,allait pas souffrir autant,mais il me semble que LE POUVOIR EST LE SEUL MOYEN D,ACCES A LA FORTUNE,SI VOUS METTEZ VOS AVOIR A LA DISPOSITION DE LA PRESSE AVANT ET APRES VOTRE CARRIERE POLITIQUE CA SERA UNE BONNE CHOSE.je critique ceux qui instrumentalise LES ANTIBALAKA car aujourd,hui apres L,OURAGAN ET LE TSUNAMI SELEKISTE QUI EST PASSER,mais ils ont sauver la nation centrafricainede l,assujitissement,car l,histoire retiendra que les fondamentalistes et extremistes en quete de CROISADE ISLAMIQUE ONT PRISENT LA POUDRE D,ESCAMPETTE ET ONT BATTUENT EN RETRAITE,je dirai aux generations future que les digne fils de KONGOWARA ont fait un exploit historique......les profiteurs et politiciens peuvent sortir de leur trou,car ils ce sont cacher, pour tromper comme toujoursprendre les megaphones pour signoner les quartiers et dire qu,ils vont transformer la rca en paradis UTOPISTES,car les vraie HEROS NE SERONT PAS RECOMPENSER mais l,histoire leur donnera une place D,OR........

CENSURE SUR LE JOURNAL DE BANGUI.COM

Par Nomzamo

03/06/2014 11:36

Pourquoi cette censure déguisée? Ayez le courage de mettre fin à la diffusion de l’information concernant la RCA plutôt que de nous servir cette censure qui est d'une grande lâcheté.

La france cherche à faire taire les CENTRAFRICAINS mais c'est peine perdue. Nous continuerons à dénoncer ses crimes en RCA et dans ses autres colonies africaines.

Pourquoi cet article daté du 2 juin 2014 est reléguée en second plan alors que les anciens articles trônent toujours à la UNE?

C est la democratie made in france pour les africains

Par merlin

03/06/2014 16:01

CA MONTRE QUE CE SONT DES JOURNAUX QUI NE VIVENT PAS DE LEUR FREQUENTATION QUI DONNE UNE NOTORIOTE APPELANT DES PUBLICITES; CE SONT DES SITES QUI VIVENT DE LA CORRUPTION ET SUIVENT DES SYSTEMES CAR QUEL SITE PROFESSIONNEL PRENDRA LE RISQUE DE SA MORT EN VOYANT PARTIR SES LECTEURS AILLEURS. iL FAUT COMPRENDRE CE SONT DES SITES DU SYSTEME DU COLON; dE TOUTES LES FACONS DES QUE CENTRAFRIQUE RETROUVERA SON CALME,QUI LE REGARDERA ENCORE? EN AFRIQUE,IL N Y A QUE LES CENTRAFRICAINS QUI FONT DONNER DU CREDIT A CE SITE?D4AUTRES PAYS AFRICAINS ONT CHACUN DES SITES TELLEMENT DE TOUTES OPINIONS ET DES DEBATS OUVERTS A TOUS QUE CES GENSRES DE SITE NE SE GONFLENT QUE QUAND IL S agit de centrafrique et pourquoi? PARCE QUE ON VIENT CHERCHER LES INFO SUR CE QUE NOUS PENSONS, CAR UN FRANCAIS DU GRADE DE CEUX QUI SUIVENT LES TENSIONS EN AFRIQUE NOUS DISAIT QUE VOUS LES CENTRAFRICAINS,ON SAIT CE QUE VOUS PENSEZ MAIS LES MALIENS (AU DEBUT DE SERVAL)SILS PEUVENT NOUS DIRE BRAVO LA FRANCE MAIS ON NE SAIT S ILS SONT SINCERES. ce qui fait la difference c'est qu'on comprend toujours et ne nous fait pas avoir ,on le disait aux maliens car on connait les français mais ils rêvaient ,aujourd'hui ils sont dans la réalité et certains nous reconnaissent notre clairvoyance sur leur problème qu'ils prenaient comme si on ne voulait pas que la france les aide mais on finit par comprendre qu'on connait le serpent. ils peuvent faire leur censure mais ce que les centrafricains disent sur des sites des pays occidentaux etrangers ou entretiennent en conversation prive sur leur pays a instruit plus d'un. ET LES MILLIONS QUE SAMBA PANZA leur a offert avec la complicité du colon ne change rien ,au contraire montre que c'est la vérité qui dérange et ça drange beaucoup ces chefs militaires dans leurs mensonge dans de faux reportages qu'ils voulaient inonder les medias français

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués