NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Le 8 juin proclamé journée nationale du désarmement en RCA (PM)

Par APA - 02/06/2014

La Centrafrique fera de dimanche prochain une Journée nationale du désarmement, a annoncé Premier ministre centrafricain, André Nzapayéké.

 

La Centrafrique fera de dimanche prochain une Journée nationale du désarmement, a annoncé Premier ministre centrafricain, André Nzapayéké, selon qui le retour de la sécurité et de la paix passe impérativement par un désarmement sur l’ensemble du territoire.

''Le désarmement aura lieu dans le 1er, 2è, 3è, 4è, 5è, 6è, 7è et 8è arrondissements ainsi que sur l'ensemble du territoire national'', a promis Nzapayéké, dans une adresse à la nationa, dimanche, quatre jours après l'attaque meurtrière de l'église ‘'Notre Dame de Fatima'', dans le 6è arrondissement de Bangui qui a fait dix morts et une centaine de blessés.

 


© Droits réservés

Saluant l'engouement de la population pour un désarmement général, il a déclaré que ‘'le gouvernement a décidé de faire du dimanche 8 juin 2014, une journée nationale de désarmement volontaire'' et que toute personne qui détient une arme à feu est appelée à la restituer volontairement dans la mairie de son arrondissement.

S'adressant aux forces de défense et de sécurité ‘'il leur est conseillé de déclarer dès lundi 2 juin 2014 à leurs chefs hiérarchiques les armes qu'ils détiennent'', sans oublier les notables des quartiers et des arrondissements qui sont invités à apporter leurs contributions ‘'pour faciliter cette action de désarmement volontaire dont seuls les braves en sont capables''.

''Je lance un appel à toute la population pour que nous nous levons, comme un seul homme, pour que sur une base volontaire, tous les arrondissements soient désarmés en même temps'', a-t-il dit, soulignant que ‘'la République compte sur l'ensemble de ses filles et fils pour assurer la paix sociale dans notre pays''.
 
MOTS CLES :

3 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Encore des reculades

Par DIEUDO

02/06/2014 20:13

Le désarmement devait être une opération Coercitive devient « volontaire ». Une véritable reculade de la part du PM.
Non seulement aucun effort n’est fait pour retrouver ces « terroristes » et les otages. On leur demande de devenir des agneaux.
Un signal de d’impuissance et de faiblesse de la part du PM. Misca et Sangaris ont du dire niet et les centrafricains vont continuer à mourir.

C'est la première étape

Par NADE Berty

02/06/2014 23:55

Le désarmement volontaire à mon avis n'est qu'une première étape.On fait appel au bon sens des détenteurs des armes à feu . Je pense que cette démarche est louable .S'en suivra la 2ème étape qui sera celle de la coercition. A ce stade( la deuxième)on va bomber le torse pour corser les choses.On DOIT ALLER CRESCENDO!
Après les derniers événements,laissons un peu de temps au temps et après on appréciera...

Tout ça c'est de Bla bla.

Par sorokaté

05/06/2014 19:32

Le pouvoir actuel n'a pas la volonté d'aider le peuple Centrafricain car Mdame , Mballa, son gouvernement et le président du CNT sont tous issus de seleka aller y comprendre.
Ne soyons pas dupe. Comment un seleka peut combattre son camps? le CNT , la présidente de transition, le procureur actuel, les Ministres actuels tout ce monde n'est qu'une suite logique de seleka Dondoja. Pourquoi la seleka est active à Bambari?

Pourquoi la sangaris dotée du mandat ONUsien devient alliée de seleka? pourquoi la Misca dans son ensemble n'agit pas selon leur mandat contre les milices en RCA?

Mais qui nomme nos politicards au pouvoir ? C'est bien un jeu de la France, notre armée est écartée selon la seule volonté néo colonialiste de la France via le Tchad.

Le désarment volontaire dont fait allusion le PM technocrate est un aveux de sa part, cela témoigne de son incompétence notoire, d'ailleurs c'est une conséquence de nommer des gens déconnectés de la réalité Centrafricaine. Ils sont centrafricains mais résidents à l'étrangers ignorant des réalités auxquelles est confronté le peuple centrafricain.

Un état doit faire usage de la puissance publique. Un état doit appliquer la loi et la faire respecter à touts ceux qui agissent contre les lois républicaines, or, la seleka est au dessus de la loi.

Ni la sangaris, ni la Misca, encore moins les marionnettes actuelles ne peuvent pas en aucun cas soulager la souffrance du peuple Centrafricain.
ne rêvons pas débout.

Sorokaté Alias domzan-Bène.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués