NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Attaque contre une église à Bangui: un "acte terroriste" selon la présidente

Par AFP - 30/05/2014

Catherine Samba Panza a qualifié vendredi d'"acte terroriste" l'attaque contre une église de Bangui qui a fait 17 morts.

 

La présidente centrafricaine de transition, Catherine Samba Panza, a qualifié vendredi d'"acte terroriste" l'attaque contre une église de Bangui qui a fait 17 morts mercredi et provoqué une nouvelle flambée de violences dans la capitale.

"C'est le fait que les auteurs des crimes à répétition continuent de circuler librement qui explique cette recrudescence périodique des actes terroristes", a déclaré dans une allocution radio-diffusée Mme Samba Panza, en mentionnant l'attaque contre l'église Notre-Dame-de-Fatima et en dénonçant "une situation de guérilla urbaine".

La présidente a également demandé aux manifestants "qui ont érigé les barricades dans les quartiers de les enlever immédiatement. Parce que ce n'est pas dans le désordre qu'on peut gérer un pays. Je ne veux pas que le sang du peuple centrafricain continue de couler", a-t-elle ajouté, en décrétant un deuil national de trois jours en mémoire des victimes de l'église.

Mme Samba Panza a également demandé aux forces française Sangaris, africaine Misca et européenne Eufor-RCA "d'apporter tout l'appui nécessaire à la police et à la gendarmerie centrafricaines, pour qu'elles fassent aboutir rapidement les procédures déjà engagées dans tous les cas similaires et dans le cas particulier de l'église de Fatima" visant à arrêter les coupables.

Pour rétablir la sécurité dans Bangui, "nous avons besoin de l'implication de toutes nos forces de défense et de sécurité, y compris les forces armées centrafricaines", a-t-elle poursuivi.

 


© Droits réservés
L'armée centrafricaine - qui doit être entièrement refondue - est toujours casernée et sans arme. "Les discussions sont bien avancées avec la communauté internationale qui commence à comprendre nos préoccupations à ce sujet", a-t-elle commenté.

Alors que depuis quelques semaines, Bangui semblait retrouver un début de normalité - du moins pendant la journée - l'attaque sans précédent à la grenade et à l'arme automatique mercredi soir d'une église où sont réfugiés depuis des mois des déplacés a servi de détonateur. Selon le Haut-commissariat de l'ONU aux réfugiés, au moins 17 personnes ont été tuées et 27 enlevées.

L'attaque a été perpétrée par un groupe d'hommes armés assimilés par des témoins à l'ex-rébellion Séléka, majoritairement musulmane.

Deux personnes ont été tuées par balle vendredi matin, selon des témoignages de manifestants confirmés par une source militaire. Au moins trois autres ont été blessées par balle, dont deux grièvement, et conduites à l'hôpital communautaire de Bangui, a constaté un journaliste de l'AFP.

Jeudi déjà de nombreuses barricades avaient été érigées sur les principaux axes de Bangui et des échauffourées entre jeunes et forces africaines ont fait plusieurs blessés du côté des civils.
 
MOTS CLES :

4 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Partialité des Burundais

Par Rikiki

30/05/2014 19:28

Nous sommes vraiment pris en otage par la communauté internationale notamment la France qui qui se donne le droit de nous priver de notre armée nationale, instrument de souveraineté de l'état. A quel dessein? elle même le sait. La situation est explosive et d'extrême gravité. Le projet de la refonte de l'armée est indispensable mais en attendant il faut d'abord l'équiper pour lui permettre de protéger la population civile et sauver ce qu'elle peut être sauvé. Mission que les Sangaris et Misca n'arrivent à assurer comme il se doit alors qu'ils ont reçu un mandat des nations unies. Je pense à mon humble avis que la situation actuelle est pré génocidaire. Il faut éviter que l'histoire Rwandaise se répète en Centrafrique. Les contingents burundais sont devenus des brebis galeuses qu'il faut effectivement les faire extirper de la Misca comme les Tchadiens. Leur impartialité est mise en doute, ils se sont réduits aux simples veilleurs de nuits chez les particuliers en foulant à pied leur mission principale qui est de désarmer et protéger la population civile sans discrimination. Certaines sources affirment qu' ils se livrent à la vente de carburant (volé ??). Ils sont là pour les bisness?? Pourquoi les chefs de misca ne réagissent pas ces crimes crapuleux et odieux? Pourquoi les camps des déplacés ne sont protégés par les forces internationales qui sont sur place? Pourquoi les opérations de désarment ne se poursuivent plus?

Rikiki



Partialité des Burundais

Par Rikiki

30/05/2014 19:31

Nous sommes vraiment pris en otage par la communauté internationale notamment la France qui qui se donne le droit de nous priver de notre armée nationale, instrument de souveraineté de l'état. A quel dessein? elle même le sait. La situation est explosive et d'extrême gravité. Le projet de la refonte de l'armée est indispensable mais en attendant il faut d'abord l'équiper pour lui permettre de protéger la population civile et sauver ce qu'elle peut être sauvé. Mission que les Sangaris et Misca n'arrivent à assurer comme il se doit alors qu'ils ont reçu un mandat des nations unies. Je pense à mon humble avis que la situation actuelle est pré génocidaire. Il faut éviter que l'histoire Rwandaise se répète en Centrafrique. Les contingents burundais sont devenus des brebis galeuses qu'il faut effectivement les faire extirper de la Misca comme les Tchadiens. Leur impartialité est mise en doute, ils se sont réduits aux simples veilleurs de nuits chez les particuliers en foulant à pied leur mission principale qui est de désarmer et protéger la population civile sans discrimination. Certaines sources affirment qu' ils se livrent à la vente de carburant (volé ??). Ils sont là pour les bisness?? Pourquoi les chefs de misca ne réagissent pas ces crimes crapuleux et odieux? Pourquoi les camps des déplacés ne sont protégés par les forces internationales qui sont sur place? Pourquoi les opérations de désarment ne se poursuivent plus?

Rikiki



Le cynisme et l'aveuglement de Mballa et Nzapayeke

Par BataKoungba

31/05/2014 10:49

Depuis la tragédie de l'Eglise Notre Dame de Fatima, les discours des deux parvenus et opportunistes illégitimes et assoiffés de pouvoirs sont creux, contradictoires, décalés par rapport aux multiples drames et définitivement cyniques. Tout le monde sait que les institutions fantomatiques sont paralysées depuis l'exfiltration des diaboliques chefs de gang de la Seleka en recomposition encouragée par Mballa, au grand dam des Centrafricains dont elle se moque sans retenue ni pudeur (Dieu seul sait si elle en a)!
Comme deux chiffonniers, ils se renvoient les responsabilités et évitent courageusement de pointer les responsables bien "connus" d'eux-méme et vont intimider des patriotes comme Bendounga, Bokassa, Mokoapi, etc qui ont le courage de descendre dans les rues de Bangui pour exprimer à la tête des marches et manifestations pacifiques, une fois de plus réprimées dans le sang par les forces du mal, leur dégoûts pour ce pouvoir et ras le bol contre l'affairisme de ces troupes dites internationales mais non intègres. Comme des chiffonniers, les nano-politiciens tout aussi complices de ces drames depuis la nuit des temps, se confondent en communiqués de presse hypocrites et couards. Ils voulaient une révolution depuis 2011 et se retrouvent aujourd'hui à des calculs démagogiques, soufflant sur le chaud et le froid, dans des rassemblements fantaisistes.
Le peuple est en danger de mort depuis qu'ils ont signé ce pacte à qui ils ont donné, au cours de cette réunion se crète de Ndjamena le nom de Séléka! Le pays vit une situation insurrectionnelle parce que les Centrafricains en ont marre d'être des chairs à canons, sur la terre de leurs ancêtres!
Où sont ceux qui veulent porter la voix du peuple centrafricain? Ceux qui veulent à n'importe quel prix et au prix du sang des centrafricains négocié avec les vampires, gouverner? Qu'ils sortent de leurs cachettes et parlent de manière tonitruante comme ils en ont l'habitude.
Dîtes clairement et d'une seule voix à vos compatriotes et au monde entier que les nombreux massacres de ces dernières 48 heures sont l'oeuvre des crminels enturbannés et organisés dans ce regroupement criminel de la Seleka! Demandez que les complices de ces massacres soient livrés à la vindicte populaire et faîtes, par cet aveu héroique, votre mea-culpa. Et ralliez les forces patritotiques authentiquement centrafricaines!
Ces dernkères pourraient étre l'occasion pour le peuple centrafricain trop longtemps martyrisé, de porter l'estocade. Vous constaterez, comme d'habitude, que les deux cyniques quitteront nuitamment ce navire qu'ils ont organisés la plongée. Les contrats juteux dont ils ont profités au cours de ces trois mois, les aideront à vivre royalement comme le chef de gang Djotodia au Benin, terre d'accueil des bandits de grand chemin centrafricains que le peuple frère béninois poussera un jour dans l'Océan Atlantique comme se débarrasser d'un poison!

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués