NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Centrafrique : Bozizé & Co... usual suspects

Par Jeune Afrique - 26/05/2014

 

Plusieurs personnalités, dont l'ancien président François Bozizé, ont été sanctionnées par l'ONU et Washington, qui les accusent d'oeuvrer à la déstabilisation du pays.

Pour François Bozizé, le rêve d'un retour triomphal à Bangui vient de s'éloigner brutalement. L'ancien président centrafricain, qui proclamait il y a quelques semaines encore sa disponibilité pour la future élection présidentielle en Centrafrique, a été officiellement sanctionné par le Conseil de sécurité des Nations unies le 9 mai. Lui et deux autres de ses compatriotes ont désormais interdiction de voyager et de disposer de leurs avoirs.

Le processus, porté par Paris, a été long : les onze noms un temps envisagés ont finalement été ramenés à trois. Et il a fallu quinze jours pour convaincre la Chine et la Russie de les valider - ces pays attendaient le feu vert de l'Union africaine. "Il fallait présenter des preuves matérielles pour qu'elles soient inattaquables en justice", ajoute un diplomate français. Le 13 mai, c'est Washington qui a frappé à son tour avec des sanctions unilatérales - interdiction d'entrée sur le territoire américain et gel des avoirs - contre cinq personnalités centrafricaines, dont les trois déjà sanctionnées par l'ONU.

p aux finances de l'ex-Séléka. Adam s'est beaucoup déplacé pour "recueillir des fonds" en Arabie saoudite, au Qatar et aux Émirats arabes unis, précise le comité.

Les deux autres individus sanctionnés par Washington, le chef rebelle Abdoulaye Miskine et l'ancien président de transition Michel Djotodia, n'avaient en revanche pas été proposés par Paris au comité des sanctions du Conseil de sécurité. Pourquoi cette différence de traitement ? "Djotodia a quitté pacifiquement le pouvoir et ne menace plus directement la stabilité de la Centrafrique", explique un diplomate français. En échange de son départ, en janvier 2013, les chefs d'État de la région lui avaient sans doute promis une retraite paisible au Bénin. Par ailleurs, le Tchad, qui siège au Conseil de sécurité, se serait probablement opposé à des sanctions contre son ancien protégé. "Il y a un certain équilibre à préserver, expliquait-on à l'Élysée. Hormis Bozizé, qui est un ancien chef d'État, il y a un membre de chaque camp d'incriminé." Paris espère que les sanctions auront un effet dissuasif, mais menace déjà : d'autres noms pourraient être ajoutés à la liste.

 


© Droits réservés
L'ancien président François Bozizé
L'ancien président, qui vivait entre Kampala et Addis-Abeba, a été condamné pour son ambition de revenir à tout prix aux affaires. Car, selon le comité des sanctions du Conseil de sécurité, Bozizé "a apporté un appui matériel et financier à des miliciens qui s'emploient à faire dérailler la transition en cours, à le ramener au pouvoir [et] qui participent désormais aux représailles menées contre la population musulmane". L'un des proches de Bozizé, Levy Yakété, est également sanctionné. On lui reproche surtout de "s'être rendu au Cameroun et au Bénin pour tenter d'y recruter des combattants et d'avoir distribué des machettes aux jeunes chrétiens sans emploi".

Nourredine Adam continue de diriger activement l'ex-Séléka

C'est à l'encontre de Noureddine Adam, chef de la police politique de l'ex-Séléka, la rébellion majoritairement musulmane, que les soupçons sont les plus nombreux. Il lui est reproché de déstabiliser le pays : "Sans la participation de Noureddine Adam [un ancien stagiaire des forces spéciales israéliennes], la Séléka aurait vraisemblablement été incapable d'arracher le pouvoir", et il continue de "diriger activement l'ex-Séléka", affirme le comité. Mais il est également accusé d'avoir participé à des exactions massives, notamment le massacre de civils dans le quartier banguissois de Boy-Rabe, en août 2013.

Cette interdiction de voyager pourrait porter un cou
 
MOTS CLES :

4 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Les vrais coupables c'est le trio: Déby-Djotodja-Nouridine

Par Lola

26/05/2014 20:04

Les Centrafricains étaient agressés, humiliés, bafoués dans leur intimité et continuent toujours à subir cette désillusion. Cela a suscité l’émergence du phénomène anti-balaka dans l'intention de protéger la population civile. Les séléka étaient visiblement soutenus par Déby et l'armée tchadienne. Djotodja et Nouridine Adam ont instrumentalisé les Séléka pour piller, violer, torturer et massacrer la population civile chrétienne au vu et au su de la communauté internationale. La réplique foudroyante des anti-Balika a surpris tout le monde, particulièrement Déby et contraint Djotodja à la démission. En matière de droit la légitime défense est permisse. La Général De Gaule s'est démarqué pour faire de la résistance et libérer la France. Nous voulons la libération de la RCA qui est entrain les mains des miliciens étrangers. Cette libération ne peut que venir par nous Centrafricains que tu sois intellectuel,agriculteur, commerçant, militaire, gendarme, policier, journaliste, étudiant; élèves,boumba nguéré, rural, etc. Les vrais coupable de ce chaos organisé en RCA c'est le trio : Déby-Djotodja-Nourine. Je suis surpris qu'on s'encharne sur un seul homme alors que les vrais coupables ne sont pas inquiétés? Nous condamnons de toute force cette velléité de la partition que ne profitera pas au Centrafricains et cette discrimination dans les démarches de la résolution de la crise.

Lola



PFFFFFFFFFFFFFFFFFF

Par A Lola

27/05/2014 13:58

vOTRE REVOLUTION PASSE PAR LE FAIT DE TUER, DECAPITER, ET MANGER DES INNOCENTS MUSULMANS QUI N'ONT RIEN A VOIR AVEC LES SELEKAS MAIS DONT LE SEUL SORT EST D'AVOIR CHOISI LA RELIGION MUSULMANE OU SIMPLEMENT D'ETRE Né DANS UNE FAMILLE MUSULMANE? qUE dIEU NETOIE VOS COEURS MALADES, CAR Y'A QUE DIEU QUI PUISSE FAIRE UN TEL MIRACLE. J'AI VRAIMENT HONTE D'ETRE AFRICAINE, QUE DES SAUVAGES.

La Centrafrique appartient aux Centrafricains

Par Lola

27/05/2014 19:57

OUI On se comportera toujours en sauvages pour libérer notre pays qui est entre les mains des étrangers et leurs complices! La Centrafrique appartient aux Centrafricains!

Lola

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués