NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

RCA: appels au calme après les affrontements à Bambari

Par RFI - 23/05/2014

Les affrontements, jeudi, entre des partisans de la Seleka et les soldats français de Sangaris à Bambari ont poussé 1 500 personnes à se réfugier dans l’évêché.

 

Les affrontements, jeudi, entre des partisans de la Seleka et les soldats français de Sangaris à Bambari, dans le centre-est de la République centrafricaine ont poussé 1 500 personnes à se réfugier dans l’évêché. Les appels au calme se multiplient, tandis que la Seleka évoque une « incompréhension » à l’origine de la montée de tension.

Des accrochages ont opposé des éléments de Sangaris à des partisans de l’ex-Seleka, ce jeudi matin à Bambari. Quelques coups de feu ont été tirés, aux environs de 8 h 00, puis des barrages ont été mis en place en ville par des musulmans en colère. La situation a poussé quelque 1500 personnes à fuir vers l’évêché. Des déplacés qui ne savent pas pour l’instant quand ils rentreront chez eux.


 


© Droits réservés
La Seleka affirme vouloir « la paix »

En début de soirée, les deux représentants du général Hassan Bouba Ali, de la Seleka, sont venus à l’évêché rencontrer l’évêque de Bambari, Mgr Edouard Mathos, pour parler de l’accrochage qui avait eu lieu dans la matinée et des tensions qui ont éclaté en ville. A l’issue de cet entretien, Hassan Bouba Ali, secrétaire général de la région militaire numéro 5, a tenu à rassurer les populations chrétiennes. « On demande [aux membres de la] communauté chrétienne, qui sont maintenant dans l’église, de retourner chez eux et de reprendre leurs activités. Notre message à la jeunesse musulmane, et à toute la population de Ouaka [la préfecture dont Bambari est le chef-lieu, ndlr], c’est que nous voulons la paix ». Appel à l’apaisement, également, de la part Mgr Mathos : « Mon message à la population, c’est la paix, la sérénité. Que les populations réfléchissent bien pour leur pays, qu’ils ne se conduisent pas comme les autres. »

Malentendu ou manipulation ?

Selon la Seleka, l’accrochage a fait deux morts et quatre blessés. Un accrochage que les ex-rebelles mettent sur le compte d’un « malentendu » entre la population musulmane et Sangaris. Les jeunes auraient cru que le désarmement allait démarrer alors qu’ils le refusent. « On avait rendez-vous avec Sangaris, ce [jeudi] matin. Ils sont venus à notre base, pour que l’on travaille avec eux. (…) Les populations ont eu peur, ils se sont dit : "les Sangaris sont venus pour faire le casernement et le désarmement" », affirme Hassan Bouba Ali. S’il reconnaît qu’il y a bien eu « échanges de tir », ce responsable Seleka explique que « l’on n’est pas sûr que la Seleka a tiré » et que ce sont « certaines populations, qui ont des armes, qui ont tiré. » D’autres sources s’interrogent, tout de même, sur une possible manipulation de ces jeunes pour envoyer un avertissement à la force française.
 
MOTS CLES :

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Application de la résolution

Par Adam

23/05/2014 23:40

Pour la paix en RCA, la misca et la sangaris doivent mètre en exécution la résolution de l'ONU et désarmer dans un meilleurs délais les groupes armées.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués