NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Centrafrique: Moussa Dhaffane écarté de la direction de la séléka

Par Centrafrique Libre - 21/05/2014

Moussa Dhaffane qui, depuis la chute de Djotodia, revendiquait la présidence de l’ex coalition Séléka semble aujourd’hui écarter de la commande cette rébellion.

 

En effet, depuis le congrès de Ndélé, ce dernier est entré dans sa carapace. A l’issue du congrès que les ex-Séléka ont organisé à Ndélé, une coordination politique, un état major ont été mis en place par les membres de cette rébellion. Avant le congrès ou l’Assemblée Générale de cette coalition, l’ancien ministre d’Etat et numéro 3 de la Séléka, Moussa Dhaffane avait réussi à attirer l’attention de l’opinion nationale et internationale.

Parmi les trois ténors connus de l’ex-Séléka, Dhaffane est celui qui n’a pas quitté la République Centrafricain à la chute de Michel Djotodia. Ce dernier s’était aussitôt présenté comme président par intérim de la coalition. Quand les contestations venaient de partout, l’ancien ministre d’État se faisait élire président de la Séléka. Pensant mettre fin aux contestations, Moussa Dhaffane a poussé les autres ambitieux de l’ex rébellion à le mettre hors jeu.

Selon un cadre de la Séléka contacté par la rédaction de Centrafrique Libre, l’un des objectifs du congrès de Ndélé était de mettre un terme aux agissements de Moussa Dhaffane. « Il y a eu trop de désordres ces derniers temps au sein de la coalition. Avec la réunion, nous allons mettre fin aux ambitions de tous ceux qui veulent confisquer la coalition » a expliqué à Centrafrique Libre, un autre général de la Séléka.

C’est ce qui est finalement arrivé lorsque les Séléka se sont retrouvés tous à Ndélé. Moussa Dhaffane a été écarté. Il ne fait même pas partie de la coordination politique, ni de l’état major. Le président par intérim devenu président peu avant le congrès de Ndélé n’est désormais que simple membre.

Selon des sources proches de la Séléka, il n’était pas facile d’arriver à écarter l’ancien numéro 3 « il était venu au congrès avec l’ambition et la certitude de rester à la tête de la coalition. Il a aussi plusieurs partisans qui ne voulaient pas qu’il parte, c’est pourquoi la réunion avait tellement duré.

 


© Droits réservés
Mais finalement, la raison a triomphé parce qu’il était important d’écarter tous ceux qui ont été en première ligne depuis le 24 mars 2013 » a confié une source de la Séléka. C’est ainsi que Moussa Dhaffane a été écarté de la direction de la Séléka. Aux dernières nouvelles, Moussa Dhaffane s’est résolu à admettre sa mise à l’écart.

C’est ainsi que depuis un certain temps, c’est entant qu’ancien président de la coalition qu’il signe les documents qu’il publie sur la situation de la République Centrafricaine. Selon nos informations, la coordination dirigée Abdoulaye Hissen, conseiller de la présidente serait décidée à écarter sur toutes les lignes l’ancien ministre d’État, ancien numéro 3 de la Séléka, Moussa Dhaffane.

De sources bien informées, les grandes décisions concernant la vie de la Séléka échappent depuis un certain temps à celui qui a accompagné Michel Djotodia au pouvoir de l’État en Centrafrique. Malheureusement pour celui qui a eu ses galons jusqu’à être général dans le maquis n’a pas eu la chance de durer dans le circuit de la gestion de la chose publique sous le règne de Djotodia.

En effet, très tôt, Moussa Dhaffane avait été écarté pour la prison d’où il sortira seulement deux jours avant la chute de Djotodia. Ce dernier croyait qu’après le départ de Djotodia et la fuite du numéro 2 de la coalition Nourredine Adam, il allait prendre sa revanche. Peine perdue,car Nourredine et Djotodia continuent de diriger la Séléka à distance.

Ces deux personnalités controversées qui ont négativement marqué l’histoire politique de la République Centrafricaine ont réussi à mettre leur frère ennemi hors d’état de nuire. La présence de Nourredine à Ndélé aurait fortement joué en défaveur de Moussa Dhaffane « il est vrai que Nourredine était à Ndélé sans prendre part à la réunion mais disons que sa présence a rendu les choses beaucoup plus difficiles pour Dhaffane qui avait de forte chance pour diriger cette nébuleuse bande armée».

Dhaffane est écarté de la commande de la Séléka et ce dernier se retrouve plus que jamais tout seul et isolé contre tous. Selon le microcosme centrafricain, ce dernier serait le moindre mal comparé aux autres chefs de la Séléka.
 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués