NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Décès de l’ancien Premier ministre, Jean-Paul Ngoupandé

Par RFI - 07/05/2014

Chef du gouvernement éphémère pendant la présidence de feu Ange Félix Patassé, Jean-Paul Ngoupandé est mort à soixante-huit ans suite à une chute à son domicile en région parisienne.

 

L’ancien Premier ministre et essayiste centrafricain Jean-Paul Ngoupandé est décédé, le 4 mai. Chef du gouvernement éphémère pendant la présidence de feu Ange Félix Patassé, Jean-Paul Ngoupandé est mort à soixante-huit ans suite à une chute à son domicile en région parisienne. Homme de lettres, titulaire d'un doctorat en philosophie, il a beaucoup écrit sur les défis du continent africain.

Il avait l'embonpoint décomplexé, le sourire triomphant et le regard empli de bienveillance. Tous ceux qui ont approché Jean-Paul Nngoupandé ont été marqués par l'aura de sympathie qui émanait du personnage. Cet ancien professeur de philosophie engagé en politique était un brillant intellectuel. « L'honneur de son pays », disent aujourd'hui ses amis.


 


© R
Essayiste, auteur notamment de l'Afrique sans la France et l'Afrique face à l'Islam, il professait le respect d'une morale et d'un ensemble de principes. Il demeurait un intellectuel jusque dans sa façon d'aborder la sphère politique, c'est à dire sans jamais s'abreuver au caniveau de la démagogie.

Ministre de l'Education nationale au milieu des années 80, il est ensuite nommé ambassadeur en Côte d'Ivoire, sous le règne de Félix Houphouët Boigny, le président à qui vouait une profonde admiration. La période la plus difficile de sa carrière, avoua-t-il plus tard, furent ces huit mois, entre 1996 et 1997 où il dirigea le gouvernement de transition sous la présidence d'Ange Félix Patassé. Pourtant, c'est au sortir de cette expérience qu'il crée son parti et devient député.

Rallié à Bozizé, il en défendra surtout la politique étrangère. Sa carrière politique s'arrête brutalement pour des raisons de santé en 2006. Mais Jean Paul Ngoupandé se recentre alors sur ses écrits et ses livres. « Je fais de la politique par devoir, disait-il, alors que j'écris par goût ».
 
MOTS CLES :

3 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Intellectuel,c'est un abus de langage. Faut pas créer de faux intellectuel. c'est des egoistes ,en tous dommaines,au service de leur ventre

Par pascal yalinga

07/05/2014 15:18

Quand quelqu'un meurt il est coutume de le pleurer, de faire son éloge,mais il faut que nous centrafricains commençons à travers l'éloge dire la vérité,le coté sombre des gens. Certains sont allés jusqu'à dire "le grand intellectuel",parce qu'il écrit des livres? Tout cela a-t-il servi notre pays? il le faisait,s'y appliquait pour lui d'abord parce qu'il en vivait et pour son nom en quelque sorte.
jean paul goupandé restera pour moi l'un de ceux qui ont appris et qu'au lieu de faire que leur pays avance comme d'aures pays du monde mais ont fait que les dictateurs puissent penser qu'ils peuvent corrompre les hommes qui ont le savoir et perpetuer la dictature,il fait aussi partie de ceux qui ont donné l'occasion aux colons de saboter la démocratie dans nos pays. C'est ce goupandé qui a innové le sabotage d'un apprentissage de démocratie en centrafrique,alors que patassé et son parti avait gagné à une élection,logiquement il devait faire son mandat et finir et des gens comme goupandé devait travailler pour l'alternance dans l'opposition et pousser le peuple à faire sortir la majorité(le comportement des kaba autour de patassé faisait qu'un jour ou l'autre dans la democratie cette alternance etait envisageable),mais c'est ce goupandé qui avec la manipulation française des mutineries ont deréglé ce qu'on devait commencer à apprendre c'est à dire la democratie qui dit une majorité et une opposition, mais la cupidité due à leur avidité du pouvoir et application du desordre voulu par leur maitre,ils ont pertubé une democratie en amenant et exigeant un gouvernement d'union qui n' avait pas son sens. Le peuple avait choisi.Et depuis centafrique vit de cette democratie deformée qui fait le lit de ces parasites politicards qui ruinent la politique et ce que doit etre la democratie chez nous,alors depuis un parti qui gagne,tous ces pions vont se mettre à crier comme on le leur conseille pour créer n'importe quel problème et atteindre la mangeoire.Pendant ce temps c'est le pays qui ne prend pas les habitudes de la bonne démocratie. Il faut au colon toujours un à former et à lui ouvrir tous les micros,les portes,ainsi goupandé etait de toutes les radios,de toutes les télé et devenu une référence qui dit ce que le colon veit entendre. Goupandé malade,ils lui ont trouvé un remplaçant en la personne de ziguélé prenant la place de ziguélé sur tous les médias et toutes les portes qui lui sont ouvertes et il s'y croit alors qu'il ya des centrafricains valbles.
Les centrafricains ne veulent de ces cols blancs qui ne servent aucun interet national sinon que celui de leur ventre. Goupandé est presenté intellectuel parce que le colon l'y a aidé pour la publication de ses écrits mais pour nous l'intellectuel ne s'arrête pas à écrire des livres( y a des nègres qui peuvent le faire pour d'autres). il y a plein de centrafricains qui peuvent dire et faire mieux dans l'écriture mais n'ont pas eu les avantages que goupandé a eu en contrepartie de sa trahison à la cause nationale ,et démocratique. Il n'est pas pour cela,la preuve,il a été celui qui escroquait l'etat avec des salaires pour des fonctions fictives.
Ce sont ces generations qui ont fait beaucoup de mal a notre pays et qui pour tous la bas à bangui ,faire de la politique nationale c'est prendre ses ordres à l'ambassade de la france. Ils mordent à n'importe quoi pour etre celui qui,ou president ,voyons les conséquences aujourd'hui.ils ont aucune dignité meme au pouvoir chez eux,meme des individus chef d'etat dictateurs qui n'arrivent pas à leurs chevilles d'instruction,les traitent comme moins que rien et ils continuent à s'y plier jusqu'à aujourd'hui. si ces generations de faux intellectuels n'avaient pas existé,notre pays n'en sera pas là aujourd'hui

@ mon cher compatriote Pascal YALINGA

Par Nomzamo

07/05/2014 16:35

Merci pour votre analyse. Quand le colon français fait l'éloge d'un NEGRE, comme c'est le cas de RFI, cet outil de PROPAGANDE française, c'est que ce NEGRE est ou a été très mauvais pour son pays, pour son continent. C'est ce qui ressort à la lecture de ce torchon de RFI.
Cette sortie de RFI est un hommage rendu à un serviteur de la FRANCAFRIQUE qu'a été ngoupandé. Je me souviens de ce traître premier ministre choisi par la france qui ne jurait que par la france. A chaque sortie, il disait, en vertu des pouvoirs qui lui ont été conférés par la france et patati et patata. Les Centrafricains ont vite fait de le dégager du pouvoir.
Oui, ce monsieur qui appliquait la politique du ventre a saboter la jeune démocratie centrafricaine dans les années 90. Il suffisait de laisser la démocratie suivre son cours et que le MLPC retourne dans l'opposition s'il gérait mal le pays. Or la france négrophobe et raciste a utilisé les yakomas qui ont perdu le pouvoir dans les urnes pour les mutineries ainsi que des ngoupandé pour saboter la démocratie et empêcher le MLPC qui a gagné les élections de gouverner.
Et c'est cette france criminelle qui a le toupet de donner des leçons à la terre entière en matière de démocratie.
Les ngoupandé et tant d'autres comme lui finissent et finiront dans la poubelle de l'histoire de notre pays, n'en déplaise aux petites mains de RFI, un média de PROPAGANDE française en Afrique.

Ce traître ngoupandé va rejoindre tous ceux que sa traîtrise à envoyer au ciel.
J'espèrent qu'ils demanderont des comptes.
Contrairement à RFI, je n'ai jamais considéré ngoupandé comme un intellectuel mais plutôt comme un traître à la nation centrafricaine.

l,histoire jugera tout homme a la fin de sa vie

Par famoundjou

07/05/2014 23:03

l,histoire contemporaine nous montre qu,il ya des hommes et femmes qui oeuvre pour leur pays et d,autres qui servent pour leur interet ou des puissances qui sont des parrains.le moment est difficile pour sa famille,donc mes condeleances a sa famille qui passe des moments douleureux.l,histoire jugera ses oeuvres.ce qui ont emmener les mercenaires sont encore vivant et se permettent de rever de marche sur le tapis rouge pour la forme car il n,aurons aucune credibilite devant le peuple.la france qui fabrique ces personnes les defait quand leur pretendue interet sont en jeu,la jeunesse centrafricaine doit s,unir pour le grand challenge du 21eme siecle qui est de sortir les nouvelles generations de cette forme d,exclavagisme moderne,car un nouveau monde naitra pour les africains,c,est pour echapper a la globalisation qui une guerre economique que le colon se cache derriere les arabes pour attaquer a visage cachee.avec beaucoup de courage,le peuple gagnera.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués