NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

La présidente centrafricaine condamne les meurtres d'humanitaires

Par AFP - 06/05/2014

La présidente de transition centrafricaine Catherine Samba Panza a condamné mardi à Bangui les récentes attaques contre des humanitaires perpétrées par des groupes armés.

 

La présidente de transition centrafricaine Catherine Samba Panza a condamné mardi à Bangui, lors d'un discours pour les 100 jours de sa présidence, les récentes attaques contre des humanitaires perpétrées par des groupes armés.

"La mort, il y a quelques jours dans des conditions atroces (...) de trois employés de Médecins sans frontières (MSF) (...) m'amène à condamner fermement cet acte particulièrement odieux et à présenter mes condoléances les plus émues aux familles des différentes victimes", a déclaré Mme Samba Panza, lors d'une cérémonie organisée pour marquer symboliquement les 100 jours de son acession à la présidence.

"Nous continuerons sans relâche à dialoguer avec les forces internationales pour que la population soit mieux sécurisée", a martelé la présidente.

La semaine dernière, un groupe d'hommes armés assimilés à l'ex-rébellion Séléka a attaqué un hôpital de MSF dans la région de Nanga Boguila (nord), tuant au moins 22 personnes dont trois employés centrafricains de l'ONG.


 


© Droits réservés
Mercredi, ce sont trois autres personnes accompagnant un convoi de l'ONG Aide médicale internationale (AMI) qui ont été tuées à Ndélé (nord-est).

MSF a réagi lundi, en indiquant dans un communiqué vouloir "limiter, en signe de protestation et pendant une semaine, ses activités médicales en RCA et dans les pays limitrophes au seul maintien de ses services d'urgence".

Dans son communiqué, l'ONG se disait notamment "consternée que le gouvernement de transition de la RCA et les représentants des groupes armés n'aient pas largement et fermement condamné le massacre de Boguila" et les exactions commises quotidiennement dans le reste du pays, leur rôle étant de "prendre position face à de tels actes".

Depuis la prise de pouvoir de la rébellion Séléka en mars 2013, renversée en janvier 2014, la Centrafrique vit une crise sans précédent, rythmée par les exactions de l'ex-rébellion de la majorité musulmane en déroute, et celles des milices majoritairement chrétiennes anti-balaka.

Depuis le début de la crise, les ONG ont régulièrement été des cibles privilégiées de pillages.
 
MOTS CLES :

2 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Enfin?

Par pascal yalinga

07/05/2014 15:22

Enfin,elle se réveille,mais sous ses yeux,on tue chaque jour des centrafricains,elle ne voit n'y n'entend les cris des familles. l'ong,oui ça en parlera à l'exterieur. Quand le calcul prend la place du coeur

Merci à monsieur Maka Gbosso Kotto pour avoir pris cette initiative de Journée Sans médias suivie d'une marche pacifique dénonçant l'embargo injuste relevant d'une manie néo colonialiste Français... Cet exemple doit servir d'exemple aux Politicards et lea

Par sorokaté

07/05/2014 16:04

Je salue l'initiative prise par les Journalistes Centrafricains d'observer une grève suivie d'une marche pacifique en fin de protester le massacre des deux de leurs confrères. Cette marche consiste à dénoncer la mauvaise manie de la France à mettre notre armée FACA en quarantaine sous l’embargo contrairement au cas Malien. Ainsi cet exemple de nos Journalistes doit interpeller les représentants de la classe sociales Centrafricaines, aussi bien le syndicat des travailleurs Centrafricains , tous ensemble dénonçons cet embargo injuste et néo colonialiste Français en RCA.

étant au parfum de cette manifestation des Journalistes Centrafricains, le représentant de la Sangaris en RCA a fait un communiqué pour baratiner le peuple Centrafricain que celle-ci est entrain de combattre tous les groupes armés qui sèment la terreur dans les arrières Pays. Où était-il quand les Tchadiens et autres mercenaires venaient tuer, massacrer, incendier des maisons en territoire Centrafricain? Pourquoi laisser de coté la résolution 2127 de l'ONU ?

La France est Pyromane, notre malheur vient de la mauvaise volonté diabolique de la France qui veut considérer la RCA comme son grainier. Normalement cette initiative devrait être prise par nos Politicards, mais malheureusement ils ont disparus. Vive les Journalistes centrafricains que cette initiative serve d'exemple à toutes les entités en Centrafrique( Société civiles, les Etudiants, les auxiliaires de la Justice , les Confession religieuses en RCA les travailleurs de l'état et autres...) tous d'une même voix réclamons l'implication de notre armée Nationale FACA..

Bravo les Journalistes En tout cas merci monsieur Massa Gbossokoto!!! Vive la Centrafrique pour les Centrafricains. A bas la France , à Bas le néo colonialisme.

C'est bien le début du commencement!!!
Sorokaté Alias Domzan-Bène.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués