NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

La Centrafrique, hors de contrôle, en voie de somalisation

Par Rue89 - 05/05/2014

Du 17 au 27 avril 2014, la République centrafricaine a vécu quatre événements majeurs qui doivent être distingués de la barbarie quotidienne.

 

Ces événements illustrent bien la dégradation de la situation sécuritaire, l’inanité des déclarations gouvernementales, les limites de l’action des forces internationales et de l’opération Sangaris, mais laissent aussi entrevoir de nouveaux développements, encore plus calamiteux, d’une crise plus que jamais hors de contrôle. Ces quatre événements ne peuvent être dissociés car ils sont interactifs.

Pour la première fois en Centrafrique, le week-end pascal, jadis source de réjouissances pour les communautés chrétiennes auxquelles s’associaient volontiers les musulmans, a été marqué par quatre enlèvements de religieux catholiques dont l’évêque de Bossangoa, ville martyre depuis la chute du président Bozizé.

Si ces faits crapuleux ont connu une fin heureuse grâce aux forces internationales, en revanche, le curé de Paoua, en tournée pascale, n’a pas eu cette chance car il a été assassiné et son corps affreusement mutilé. Sans faire référence aux dramatiques attentats au Nigeria, qui sèment régulièrement la désolation lors des fêtes chrétiennes, il convient néanmoins de s’interroger : s’agit-il vraiment d’une simple coïncidence ?
Hostilité grandissante contre les militaires

Pour la première fois depuis le début de l’opération Sangaris, le 5 décembre 2013, les commandos français, les 20 et 24 avril, ont été l’objet de réactions hostiles de type militaire, les obligeant à réagir en conséquence. Que ce soit à Grimari, contre d’ex-Séléka, ou au PK5 de Bangui, contre des anti-balaka, ces opérations armées se sont traduites par des une vingtaine de victimes centrafricaines. Déjà catalogués par certains Centrafricains de n’être qu’un détachement Boali Bis, les militaires de Sangaris risquent maintenant de devoir faire face à une hostilité grandissante, avec les conséquences dommageables prévisibles. En France, des voix s’élèvent contre les mauvaises conditions de vie de nos militaires et s’inquiètent de la vétusté des moyens militaires. Le bourbier n’est-il pas désormais en vue ?

Pour la première fois depuis le déclenchement de la crise, fin 2012, un hôpital de MSF, à Nanga-Boguila, a été attaqué, pillé avec un bilan dramatique de 22 tués dont trois membres de MSF-NL. En ce 26 avril, les rebelles, probablement des ex-Séléka bien installés dans cette région du Nord-Ouest, ont donc franchi un nouveau palier dans leur politique de terre brûlée.

En l’absence d’Etat, les ONG humanitaires pourront-elles continuer leur indispensable aide à une population, de plus en plus livrée à elle-même ? Si leur départ devient inéluctable, la « somalisation » aura fait un grand pas et les pays voisins devront s’apprêter à accueillir une nouvelle vague de réfugiés, au risque de les déstabiliser davantage.

Sans avoir l’aval des autorités centrafricaines et contre l’avis de la force Sangaris, le Haut commissariat des réfugiés et l’Office international des migrations ont décidé, le 27 avril, de délocaliser les ressortissants centrafricains de confession musulmane, assiégés dans leur ghetto du PK 12 de Bangui. Les 1300 personnes furent ainsi transférées, dans des conditions inhumaines et non sans danger, vers la frontière du Tchad, sous la protection de la Misca (Mission internationale de soutien à la Centrafrique).


 


© Droits réservés
Comment éviter la partition ?

Faisant suite aux autres évacuations des milliers de musulmans des villes de l’Ouest, cette décision du HCR et de l’OIM donne une réalité à l’expression « épuration ethnico-religieuse » employée par le Secrétaire général de l’ONU. La Centrafrique pourra-t-elle encore éviter la partition alors qu’une composante de sa population a été dépossédée de ses biens et contrainte de fuir la vindicte publique pour se réfugier dans une zone où l’islam est prépondérant ?

Dans ce contexte calamiteux, les préparatifs de les élections présidentielles et législatives restent à l’ordre du jour. Des dizaines de personnalités se découvrent une vocation de Président et ne pensent qu’à ces échéances. Des experts en élections offrent leurs services et des sociétés spécialisées en matériels électoraux et en cartes individuelles sécurisées ont déjà lancé leurs actions de lobbying qu’il serait plus judicieux d’appeler de corruption.

Ne serait-il pas plus urgent d’amender la Charte constitutionnelle du 18 juillet 2013, ne correspondant plus au contexte actuel, de reconsidérer la composition du législatif et de l’exécutif de la transition, trop représentatifs de la présidence Djotodia et du cartel de l’ex-Séléka qui n’a plus d’existence juridique depuis sa dissolution le 13 septembre 2013, de proposer une feuille de route, avec des projets de développement économique et social, notamment dans le cadre des pôles régionaux de développement et de remédier à l’impunité des criminels, de redonner des perspectives à une jeunesse avec des projets à haute intensité de main-d’œuvre et de faire appel aux sapeurs du génie militaire des forces internationales pour reconstruire les infrastructures urbaines et les voies de communication.

La recherche de la paix, la reconstruction de l’Etat, l’arrêt du processus de partition du pays et la réapparition de l’état de droit seront certainement à ce prix.
 
MOTS CLES :

2 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Ce journal est écrit par un médias charognard du néo colonialisme français en RCA ,je comprends pourquoi il y a eu cette manie relative à la censure non justifiée de notre habituel Journaldebangui.com

Par sorokaté

06/05/2014 04:38

Pour ma part les malheureuses incidences qui ont coûté la vie à nos 15 chefs de villages et certains personnels du MSF d'origine centrafricaine est une stratégie de la France afin de quitter les lieux permettant aux seleka de procéder à la partition du pays.

Qu'est-ce qui le prouve?
Il y a des signes précurseurs qui attestent ce que je dis:
1- La question de partition vient des mercenaires seleka étrangers à la Centrafrique
2- Ces Mercenaires ont trouvé refuge vers le Nord-Est le cas d'un général Soudanais qui s'était rétiré bien avant l'arrivée de sangaris vers Birao avec ses élements.
3- Tous les Colonels Commandants Généraux seleka ont quitté Bangui avec la complicité de l'armée Française et la Misca
4- Tous les éléments seleka qui occupaient toutes les 16 préfectures et Sous-Préfectures de la RCA se sont régroupés vers le Nord de la RCA
5-Le retrait des troupes Tchadiennes en RCA n'était pas du goût du pyromane Idriss Déby , d'abord ces troupes n'étaient pas escortées par les forces internationales(sangaris& Misca) jusqu'à la Frontière avec la RCA, ces troupes ont volontairement fait escale de près d'une semaine dans une ville du Nord: Des contacts avec les seleka aussi avec des musulmans Tchadiens ont eu lieu .. qu'est-ce que cela cache?

5- On nous annonce que toutes les troupes sont rentrées au Tchad qu'est-ce qui l'atteste? je suis persuadé que bon nombres se sont convertis en musulmans Centrafricains(seleka)
6- Pourquoi signale t-on la Présence de Baba-Ladé un mercenaire Tchadien en territoire Centrafricain? Pourquoi les Misca basées à Paoua n'ont pas essayé d'anéantir les bandits Tchadiens qui massacrent les civils dans les villages environnants de Paoua? c'est quand même bizarre non!!!
7- Pourquoi relocaliser les sujets Musulmans vers le Nordd-Est, s'acchant que les seleka y sont déjà et parlent de la partition du pays à partir du Nord-Est?

8- Pourquoi a t-on attendu le jour de la réunion des chefs des villages avec le MSF pour que des gens armés viennent les massacrer? et curieusement les victimes ne sont que des Centrafricains ? c'est aussi suspect non!!!

9- Une fois que les chefs des villages furent massacrés le MSF et les ONG néocolonialistes ont quitté les lieux, tout le Nord-Est est abandonné aux Mercenaires seleka!!! C'est encore un fait surprenant!!!

Tous ces humanitaires et ONG néo colonialistes ont décidé de ne plus continuer à travailler dans la partie Nord-Est sous l'occupation des seleka...

N'est-ce pas un scénario de la partition du pays mis en oeuvre par la France alliée du Tchadien Idriss Déby?
Si Notre malheur nous vient du coté Tchadien pourquoi la Sangaris n'a t-elle pas pris soin de sécuriser nos deux frontières puisque note armée est disqualifiée volontairement par la France via l'ONU? Pourquoi nos Frontières avec le Tchad sont abandonnées par la sangaris?

Quelque chose a attiré mon attention, le mandat de l'Eufor est de 6 Mois et majoritairement Français. Voyons un mandat de six non renouvelable ce qui veut dire l'Eufor est en Centrafrique pour couvrir les élections décidées par la France en 2015, une que que la nouvelle marionnette est imposée cette force néo colonialiste pourra se retirer pour une autre croisade cependant la Sangaris va se fondre parmi les casques bleus pour mieux protéger la marionnette.

Bonjour le pillage de la RCA: Areva, Bolloré, Total, Cfa, cellule Africaine de l'Elysée...l'instauration d'une base de l'armée Française en Centrafrique pour empêcher la Chine d'aider ce pays dit pauvre à avoir son pétrole synonyme d'indépendance économique...

En claire, ce sont là le scénario qui atteste la question de la partition de la RCA voulue par la France. N'ayant pas empêché la barbarie des troupes Tchadiennes qui entrent et sortent sur le territoire centrafricain, n'ayant pas désarmer de gré ou de force les seleka et autres milices en RCA malgré le mandat de l'ONU en son résolution 2127, la France n'est pas crédible et n'est pas en mesure d'inquiéter mon analyse. Ainsi la France un pays criminel... la France pays génocidaire comme l'était au Rwanda en Cote d'Ivoire et en Phase en Centrafrique.

Qui a été séquestré l'ex président Ivoirien dans sa résidence? c'était l'armée Française, des vidéos existent encore!!! Qui a organisé le génocide au Rwanda? c'était bien la France et ces mercenaires génocidaires vivent sous la protection de l'état Français en France.
Qui a assassiné Barthélemy Boganda? qui a assassiné Thomas Sankara? qui a pris l'initiative d'assassiner le guide Kadhafi? Comment Bokassa, Kolingba, Bozizé, Dondoja, madame Mballa sont arrivés au pouvoir? C'est la France encore la France toujours la France pays des droits de l'Homme. La honte!!!

Tout se paie ici bas, Qui sème le vent récolte la tempête...
Qui vivra verra!!! Nous vaincrons par tous les moyens!!!
Sorokaté Alias Domzan-Bène.





Reaction

Par Kibiz

07/05/2014 15:40

Juste pour réagir a la question que ce Mr se pose, il a oublié que dans ces déclarations, il ne cesse de dénoncer les musulmans comme étant des sujets Etrangers, maintenant il commence par changer de ton vu que la situation sur le terrain évolue et parle de temps en temps de partition du pays,alors que pense t'il de cette situation? commence t'il a se réveiller? Y'a t'il des musulmans Centrafricains? Moi je dis ceci, si les deux communautés ne peuvent vivre ensemble, vaut mieux une partition du pays car la haine entre Chrétiens et Musulmans a atteint un niveau de non retour, difficile pour ces deux communauté de vivre l'un a cote de l'autre, Les Chrétiens (ANTI-BALAKA) ne peuvent accepter la présence d'un Musulman comme voisin, comment résoudre ce problème au cas ou il y'a cohabitation? Je me dis cela ne sera pas facile, les Anti-Balaka ont montré la haine qu'ils ont contre les musulmans tout comme la majorité des Centrafricains n'aime pas des Musulmans Centrafricains et alors comment faire? Ou peut on allé nous les musulmans Centrafricains nous qui avons la terre de nos aïeux en centrafrique? Qu'on nous dise, c'est seulement comme ca que nous seront convaincu que nous ne sommes pas des Centrafricains.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués