NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Centrafrique : le cas Ngaïssona sème la pagaille

Par Jeune Afrique - 02/05/2014

Le leader anti-balaka a été interpellé par la Misca au sortir d'un entretien avec Samba-Panza.

 

Le leader anti-balaka a été interpellé par la Misca au sortir d'un entretien avec Samba-Panza. Problème : cette dernière, qui n'en avait pas été avertie, négociait avec lui le désarmement de ses milices.

Le manque de clarté : c'est l'un des principaux reproches fait aux autorités de la transition. Et la gestion du cas Patrice-Édouard Ngaïssona en est un nouvel exemple. Le 17 avril en début d'après-midi, le coordinateur politique autoproclamé des milices anti-balaka est reçu au palais de la Renaissance par la présidente Catherine Samba-Panza. À la sortie de l'entretien, il est interpellé par des hommes de la gendarmerie et de la Misca (la force africaine) en possession d'un mandat d'arrêt signé par le procureur de la République, Ghislain Gresenguet.

Une stratégie d'apaisement

Problème : Samba-Panza n'a pas eu vent de cette opération. Informée par un proche du leader anti-balaka, elle fait immédiatement part de sa désapprobation au général Jean-Marie Michel Mokoko puis au général Martin Tumenta Chomu, respectivement chef et commandant des troupes de la Misca. Elle a, explique-t-elle, choisi une stratégie d'apaisement peu compatible avec cette arrestation.


 


© Droits réservés
Finalement, Ngaïssona, qui selon une source sécuritaire "est resté très serein" lors de cette interpellation théâtrale, est déféré devant le procureur. Après plusieurs heures d'interrogatoire, celui-ci décide de le placer en liberté provisoire avec obligation de pointer à la gendarmerie chaque semaine, le mardi et le vendredi.

Le leader anti-balaka, qui redoute d'être inscrit par l'ONU sur une liste de personnalités à sanctionner, tente de se racheter une conduite. "N'oublions pas [qu'il est aussi un chef d'entreprise qui détient] des marchés publics en Centrafrique et des sociétés au Cameroun qu'il doit protéger", note un diplomate de l'Union africaine. Lors de son entretien avec la présidente de la transition, il aurait promis son aide pour faire progresser le processus de réconciliation et désarmer les anti-balaka qu'il contrôle, principalement dans les 3e, 5e et 8e arrondissements de la capitale.

Des partisans des anti-balakas infiltrés au sommet de l'État

L'interventionnisme de Catherine Samba-Panza n'a pas plu à tout le monde. "Nous respectons le choix de la présidente, mais nous estimons que Ngaïssona aurait dû être placé en détention", affirme un diplomate de la Communauté économique des États de l'Afrique centrale (CEEAC), pour qui "le gouvernement joue un double jeu. Tout n'est pas limpide. Il y a des partisans des anti-balaka infiltrés au sommet de l'État".
 
MOTS CLES :

3 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Ngaissona est un courageux inoffensif....

Par kakabandoro

03/05/2014 02:55

qui donne l'insomnie a ces incapables qui, au lieu d'organiser le nettoyage des zones dangereuses de la republique, flanent a Bangui ou ils ne maitrisent rien. Ce procureur s'amuse avec le feu, en prenant ses instructions tous les matins chez Deby!
Qu'ils continuent de jouer avec le feu qui brule les centrafricains depuis que leur malades mentaux de la SELEKA ont envahi ce pays, et cela leur petera tres bientot dans la gueule comme une bombe a retardement.
Mballa alias Mbana est au bord d'une profonde deprime et ses parrains ne le comprennent pas encore. Elle chialle tous les jours comme un gamin, s'essuie les joues et se remet de la poudre, se farde pour se donner en spectacle. Le compte a rebours a commence car ses parrains lui cherchent deja un remplacant, et elle suivra Dondotiadja a Cotonou.

le chantage tchadien et leur parrain francais qui utilise l,onu

Par famoundjou

03/05/2014 11:52

aujourd,hui LA FRANCE le protecteur de leader tchadien qui se prend pour un petit PHARAON EGYPTIEN tente de montrer qu,il est incontournable dans le dossier centrafricain FAUX,LA FRANCE tente a travers la presse audiovisuelle de supporter les frasques de son PION EN AFRIQUE CENTRALE.car DEBY ENVOIE ses voyous tchadiens et criminels tuer en RCA parceque l,armee centrafricaine existe mais sans ARSENAL donc le leadership en place qui n,a aucune autorite sur les evenements pourra lui faire appel,NON A CETTE BLACMAIL ou CHANTAGE.LE TCHAD N,A T-Il PAS SIGNER les accords internationals concernant les frontieres?c,est une invasion savamment orchestree par LA FRANCE,LE TCHAD,LE SOUDAN ET LE QUATAR,pour utiliser les musulmans et L,ISLAM comme une ARME pour prendre les richesses de la rca par la force.les NGAISSIONA ET AUTRES SONT DES CENTRAFRICAINS ET LES LINGES SALES SE LAVENT EN FAMILLE,le peuple centrafricain et la justice libre verra la responsablite de chacun.


la RCA reste un pays occupe par les mercenaires qui volent les richesses et tuent en toute impunite.voila la ou le debat devrait etre et non tromper l,opinion nationale et internationale sur d,autres sujets.monsieur SORIANO est venue s,enrichir car ILS ONT NEGOTIER LEUR ENTREE DANS BRIA LA RESOLUTION 2127 est clair desarmer par la FORCE,NOUS NE SOMMES PAS DUPE.DANS BANGUI LES SANGARIS ET LES MISCA SONT INCAPABLE D,EMMENER LA PAIX MAIS LE GENERAL SORIANO S,ETAIT EMPRESSER DE DELOCALISER LES MUSULMANS AU NORD_EST,nous sommes loin d,etre des idiots LA FRANCE PAYS CATHOLIQUE ET SES LEADERS SONT LES GRANDS AMIS DES MONARCHIES DU GOLFE ,QUATAR ET ARABIE SAOUDITE,ET LE CONSEIL ISLAMIQUE qui a parrainer cette guerre injuste pour prendre par la force les richesses d,un pays souverain.le retard sur le plan economique et politique de la RCA sont l,oeuvre du colon francais et les marrionettes placees par l,ex puissance coloniale,le peuple centrafricain n,a connue que des calamites depuis plus d,un siecle,les filles et fils de ce pays doivent se lever comme un seul homme et mettre fin a cette colonisation sans fin car la RCA EST TRES RICHE EN RESSOURCES MINIERES ET PETROLIERES.


je suis tres optimiste car la rca a vaincue beaucoup de regime totalitariste et tyranique imposee par le colon francais NDOTOZABOLO est un exemple palpable.nous voulons la fin a cette hecatombe organise par les ennemies de la nation centrafricaine.cette humiliation prendra fin un jour,car la nuit est suivit du jour qui se leve sur le peuple centrafricain,toute tentative pour imposer une marrionette tournera au fiasco,car le peuple est debout.le TCHAD POUR LES TCHADIEN ET LA RCA POUR LES CENTRAFRICAIN.HAND OFF DEBY FOR CAR.YOU WILL BE THE GREAT LOSER.CIAO.

A l'encontre de la Communauté économique des États de l'Afrique centrale (CEEAC),

Par sorokaté

03/05/2014 19:45

Qui sont ceux là? Moussa Daffane, Erix Nerssi, Ziguélé, Tiangaye, Dndoja, Mahamat Abasséne, Nourredine, Adam, Abdelkader, Idriss Déby, Baba-Ladé, Des Mercenaires Soudanais et Tchadiens.... Où sont-ils?

Combien de seleka sont à la maison d'arrêt de Ngaragba?
Hypocrite.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués