NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

1.300 musulmans, menacés, fuient Bangui, escortés par la force africaine

Par AFP - 28/04/2014

Quelque 1.300 musulmans qui se terraient en périphérie de Bangui, fréquemment attaqués par des milices à majorité chrétienne, sont enfin partis dimanche dans un imposant convoi

 

Quelque 1.300 musulmans qui se terraient en périphérie de Bangui, fréquemment attaqués par des milices à majorité chrétienne, sont enfin partis dimanche dans un imposant convoi, escortés par la force africaine Misca à destination du nord de la Centrafrique.

Le gouvernement a dénoncé dans la soirée une opération "unilatérale" menée "à (son) insu et contre (son) gré" par ses partenaires humanitaires, dont il questionne "la neutralité et l'objectivité".

Dix-huit camions chargés à plein se sont mis en branle vers 12H00 locale (11H00 GMT). Les déplacés étaient assis sur leurs ballots, planches de bois, motos, frigos... Des centaines de bidons multicolores ornaient les flancs du convoi.


 


© Droits reservés
Un imposant dispositif de la Misca était mobilisé pour assurer la sécurité des partants. La sortie de Bangui et la traversée des villes de Sibut et de Dékoa, dans le centre du pays, constituent notamment les points chauds de l'opération, a expliqué un cadre de la mission africaine.

La mise en route, attendue depuis des semaines, s'est faite finalement sans heurts. Les déplacés, juchés dans sur remorques depuis de longues heures, lèvent les bras en signe de victoire à mesure que leurs véhicules prennent de la vitesse.

Au sol, des dizaines, puis des centaines de chrétiens, aux anges, s'affairent à dépecer méthodiquement tout ce que les précédents occupants des lieux ont abandonné. Bouts de bois, chambranles de portes, tôles de toiture, vêtements...

Hormis un cercueil abandonné devant la mosquée, tout ou presque disparaît en un petit quart d'heure.

L'allégresse générale est à la mesure du soulagement pour les deux communautés, après cinq mois d'une infernale pression enserrant le PK-12, Point kilométrique 12, sorte d'étroit corridor en proche périphérie de Bangui, sur la route menant au nord du pays.

Les 1.300 déplacés, qui avaient déjà fui leurs domiciles pour occuper le PK-12, s'y étaient retrouvés piégés alors qu'ils souhaitaient déjà monter dans des convois humanitaires à destination du Tchad.

Ils étaient depuis lors régulièrement victimes d'attaques d'anti-balaka (milices majoritairement chrétiennes).

"Merci Dieu pour ce beau dimanche"

Ces groupes de jeunes s'en prennent surtout aux musulmans pour, disent-ils, venger les chrétiens, majoritaires dans le pays (environ 80%), des graves exactions infligées par l'ex-rébellion Séléka, à dominante musulmane, lorsqu'elle était au pouvoir de mars 2013 à janvier 2014.

Au PK-12, 18 personnes sont ainsi mortes par balle, grenade ou machette depuis décembre et les blessés sont nombreux, affirme la population musulmane. De nombreux monticules de terre marquant des tombes récemment creusées semblent confirmer leurs dires.

Les exactions commises par anti-balaka et Séléka illustrent les difficultés qu'ont désormais les deux communautés à vivre ensemble, alors qu'elles ont coexisté en harmonie pendant des décennies.

"Je veux détruire tout ça", lance une adolescente à la volée en désignant la mosquée, dont certains chrétiens volent les câbles électriques. Des éléments de la Misca, restés sur place, établissent un cordon autour du bâtiment pour éviter qu'il ne soit anéanti.

"Merci Dieu pour ce beau dimanche. Les musulmans sont enfin partis !", hurle une trentenaire, extatique, tout en dansant dans la rue.

"Nous, on leur a tout laissé. S'ils gardent, c'est bon. S'il ne gardent pas, tout dépend d'eux", remarque Ibrahim Dodi, qui se dit "très content" de partir après avoir eu "très peur" durant son temps au PK-12. "Devant moi, il y a eu des gens fauchés par des grenades", raconte-t-il.

M. Dodi affirme que dix de ses douze enfants ont été tués par des anti-balaka à Bossembelé (centre ouest), attaques qui l'ont amené à se réfugier au PK-12.

Les musulmans n'ont toutefois pas hésité à piéger la mosquée du PK-12 avant de quitter les lieux, selon un militaire de la Misca, qui mentionne trois charges. Depuis le début des violences, à chaque fuite des musulmans de leurs quartiers, les mosquées sont détruites par des pillards.

Deux charges ont été placées dans l'escalier menant au minaret, barré d'un mince cordon rouge. Un fil sort d'un sac en plastique contenant une sorte de brique, apparemment du "C4", un explosif, explique ce soldat. Un autre charge a été placée à l'étage, poursuit-il.

A l'extérieur du bâtiment, un bidon jaune est entouré de pierres. "Il est piégé. Cela explosera si on le touche ou si on bouge les pierres", explique un autre soldat.

La question d'un déplacement massif de la communauté musulmane avait provoqué cette semaine un intense débat politico-humanitaire en Centrafrique.

Une ministre avait dénoncé une opération qui accentue la partition religieuse du pays et met à mal la réconciliation. Le monde humanitaire affirme que ces populations ne pouvaient rester davantage, leurs vies étant menacées.

"Nous sommes heureux que ce mouvement, qui se tient pour la protection de la communauté de PK-12, ait pu se tenir", s'est réjouie Sandra Black, une porte-parole de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Les déplacés iront vivre à proximité de la frontière tchadienne. Quelques milliers de musulmans survivent au PK-5 de Bangui, un quartier anciennement reconnu pour sa mixité, désormais protégé par les soldats burundais de la Misca.
 
MOTS CLES :

5 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Les commanditaires de cette pagaille doivent être ravis !

Par Ngarra

28/04/2014 19:30

La paix est quelque chose de très fragile.

Les commanditaires de cette pagaille, qui se reconnaissent ou qui se reconnaîtront, doivent être contents des résultats chaotiques de leur décision ou de leur action. Les complices aussi doivent être ravis de la situation : un peuple en souffrance grave, un esprit de vengeance qui ne va pas s'atténuer de sitôt. Bref ! C'est lamentable !! Mais tout se paie ici-bas.

1300 musulmans

Par camerounais

28/04/2014 20:19

Le président Déby a chaud, il ne parvient meme pas à nourrir ces milliers de centrafricains d'origine tchadienne qui sont rentrés au tchad, et voilà que d'autres s'appretent à affluer à nouveau au tchad. Il croyait qu'il a de l'argent. Cet argent est passé où? Lorsqu'un pauvre devient subitement riche, c'est très dangereux, car il se croit tout permis.

Ce n'est que le commencement de la fin.

Par Ngarra

29/04/2014 07:59

Ce n'est que le commencement de la fin pour Déby. Oui, camerounais, " lorsqu'un pauvre devient subitement riche, c'est très dangereux, car il se croit tout permis ". En effet, Déby, ce pauvre caravanier du désert, catapulté à la tête du Tchad voilà bientôt 24 ans, était chétif, laid, les " dents en avant " ( j'ai vu des images de lui, rentrant avec ses troupes dans N'Djaména pour prendre le pouvoir en 1990, et ses premiers discours... Ce sont à peu près les mêmes images que l'on a revues avec le coup d'Etat de Djotodia en Centrafrique : des gens enturbannés, dans des 4/4, armés jusqu'aux dents, terrorisant la population ). Depuis qu'il s'est remplumé, qu'on lui a redressé les dents et qu'il présente un aspect à peu près correct, il se la pète. Se prenant pour un raïs, il veut dominer toute l'Afrique centrale.

Au lieu de consacrer une bonne partie des revenus pétroliers tchadiens dont sa famille et lui en sont les principaux bénéficiaires pour développer son pays, il s'en sert pour acheter des armes, pour faire la guerre aux Centrafricains. Alors que jusque là, les Centrafricains et la plupart des Tchadiens vivaient en paix, Déby, manipulé par l'extérieur, a semé la zizanie entre ces deux communautés. Etant donné que les conseillers ne sont pas les payeurs, il va devoir assumer seul les effets de sa politique désastreuse.

De nombreux Tchadiens installés en Centrafrique sont contraints de rentrer dans leur pays d'origine qu'ils ne connaissent même pas des fois. Leur prise en charge pose déjà beaucoup de problèmes. Les 1300 musulmans dont on parle ont été acheminés dans le Nord de la Centrafrique, à la frontière tchadienne. Pourquoi n'ont-ils pas été directement conduits au Tchad ? Déby va, à nouveau, les armer pour qu'ils commettent encore des massacres en Centrafrique, tellement qu'ils ont l'esprit vindicatif.

Cette politique va faire boule de neige et va fatalement entraîner la chute imminente de Déby. Qu'il continue de faire le beau, demain il va devoir quitter précipitamment le Tchad pour un exil en Europe ou ailleurs. Qui touille la merde finit par en subir l'odeur. Le processus est enclenché, il ne va pas s'arrêter là... A bon entendeur salut.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués