DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

Bangui: OMCA et UJCA derrière les journalistes arrêtés

Par rjdhrca - 18/04/2014

Ces instances corporatives vont engager des négociations avec les autorités pour obtenir la libération des deux confrères aux arrêts

 

Alors que le Directeur de Publication du journal Le peuple Patrick Stéphane Akibata interpellé hier, a été auditionné à la gendarmerie, l’Union des Journalistes de Centrafrique (UJCA) et l’Observatoire des Médias en Centrafrique vont engager des négociations avec les autorités pour obtenir la libération des deux journalistes arrêtés. Le président de l’OMCA, Pierre Débato II, reconnaît que les faits qui ont été reprochés aux deux journalistes, Patrick Akibata et Régis Zoumiri, sont graves. Il indique vouloir mettre en avant la négociation: «je pense que la seule option pour nous aujourd’hui est de négocier avec le procureur et la ministre de la Justice afin de trouver une solution qui puisse arranger tout le monde».

 


© journaldebangui.com
Défendre les journalistes
Parallèlement à cette démarche, le président de l’OMCA envisage convoquer une séance du tribunal des pairs pour traiter le cas du Directeur de Publication du journal Le Peuple. «Il me parait important que le tribunal des pairs puisse se saisir du dossier Akibata. Je crois que dans les jours avenir, une séance publique sera convoquée pour examiner les faits qui lui sont reprochés comme nous l’avons fait pour Régis Zoumiri. D’ailleurs, il s’agit d’abord des questions qui touchent à l’éthique et à la déontologie. Donc cela rentre dans les prérogatives de l’OMCA».

Macka Gbossokotto, président de l’UJCA, s’est dit favorable au dialogue mais ce dernier souhaite avoir certains éléments de la procédure. «Nous sommes prêts à engager des discussions avec le parquet et la présidence mais il faut que nous ayons certaines précisions surtout concernant le cas Régis Zoumiri qui a été jugé par l’OMCA, entendu par la gendarmerie ensuite par le doyen des juges. Je suis prêt à négocier parce que c’est la vie privée d’une personnalité qui a été étalée au grand public mais il faut que la procédure soit correcte».

Un vice de forme ou de procédure
Patrick Stéphane Akibata, a été arrêté mardi 15 avril et maintenu à la gendarmerie pour être auditionné, alors que Régis Zoumiri, Directeur de Publication du Journal Le Palmarès», a été transféré à la maison carcérale de Ngaragba. Le directeur de publication du quotidien Le Peuple, Patrick Akibata est accusé d’outrage, de diffamation et d’incitation à la révolte populaire à la présidente de transition Catherine Samba-Panza. Maître Timoléon Kokongo est le conseil du journaliste. Le journaliste a été arrêté au moment où il rendait visite à un autre journaliste à la gendarmerie. Selon l’avocat, aucune plainte n’est déposée contre son client. «En matière de délit de diffamation, outrage, la victime doit déposer plainte. Je n’ai pas vu de plainte, donc M. Akibata jusque-là n’est pas arrêté comme tel; il est en garde à vue. Normalement, la loi prévoit 48h qu’on peut prolonger une fois», a-t-il relevé.

Au fond il est reproché au directeur de publication du journal Le Peuple tout comme celui du Démocrate, de reproduire dans leur parution un article publié en ligne par Gabon Libre sans pour autant mentionner la source. Ce que regrette, Maître Kokongo qui souligne que c’est une faute professionnelle qui ne relève pas du pénal.

«S’il y a une faute en fait ni le journal «Le Peuple» ni «Le Démocrate» n’ont pris la précaution de dire que c’est un article lu pour le public. Ce n’est pas une faute pénale, c’est une faute déontologique. Une faute déontologique, ce n’est pas au pénal qu’on doit la traiter», a conclu Maître Kokongo.

 

 
MOTS CLES :

3 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

kaokokokorobo

Par merlin

18/04/2014 16:58

Etre mannequin rend susceptible.

Rien que ça!

Par alphonse

18/04/2014 17:11

Ce ça les motifs? On pensait à un attentat. vous rigolez ou quoi? Avez vous porté plainte contre gabon libre et même pourquoi, est ce une attitude. On confond tout,quand on est pas capable de recevoir de propos durss,on ne se mele de la politique,on vit sa vie privée; Un conseil que j'ai vu sur ce site par un intervenant,heureusement j'enregistre tout :méditez cela pour le week pascal

Le respect d’un chef d’Etat (heureusement seulement chef d’Etat c’est à dire d’un pouvoi,évidemment pour le cas centraricain actuel qui ne se limite qu’à son bureau à bangui , capitale d’un pays où les populations ne se reconnaissent pas dans sa représentation et ne la supporte pas) vient du public par les actes posés par le pouvoir,alors qu la cheftaine de ce pouvoir n’est que ce que ce peuple lui rend.
Le respect de soi qui s’impose aux autres c’est de se mettre au dessus de la mêlée et laisser les gens dire. Ne dit-on pas,les chiens aboient ,la caraavane passe,mais pour que la caravane passe sans réaction épidermique,il faut qu’elle soit nette pour qu’elle n’ait pas à se battre contre ceux qui refusent son passage dans leur zone. On pose librement sa candidature pour un poste public,il faut savoir accepter les inconvénients ou admettre qu’on devient un personnage public et être personnage public c’est avoir la maitrise de soi et ne pas aller solliciter un parent procureur d’une republique bannière pour réveiller les vieux souvenirs des temps de dictature. Obama et sa femme quelles diffamations n’ont-ils pas soufferts,meme allant jusqu’à dans leur vie privée,la plus récente c’est le mensonge sur michelle en afrique du sud décès MANDELA à propos d’une autre femme,qu’est ce qui s’était passé,ils les ont tellement ignorés que mis devant leur betise ,ils se sont pliés tous en excuse,tous ces grands médias qui ont repris,alors les concernés ne leur demandaient rien. Tous les jours, les journaux normaux voire les extrêmes en mettent sur la politique et couple obama,même certains journalistes français qui déforment systématiquement les propos ou subtance des projets de obama,qui les arretent. ? ou les poursuive ? Les bush,chaque jour des foules avec des insultes aux fenêtres de la maison blanche,qui a arrete qui ? Même Hollande que nous n’aimons pas mais, voir comment les journalistes français sont méchants à son égard et en exagèrent des fois quant à leur politique interieure ,meme internationale,qui est poursuivi ? La chose commune que partage tous ces gens c’est qu’ils sont élus et connaissent la valeur de la démocratie et savent les coups que permettent leurs fonctions . Personne n’ a porté atteinte à la vie du mannequin national catherine samba panza et elle vient nous sortir un manque de respect. A-t-elle de la considération pour son peuple ,de la compassion pour leurs souffrances quand elle pleure leurs bourreaux et ne fait rien pour qu’ils sentent une chaleur leur venir d’elle? Il n’ y a que la vérité qui blesse.
Un procureur de la république ne peut-il jamais sortir d’une ethnie autre que celle de la région d’un chef au pouvoir ? Le droit aide à l’émancipation mais pour vous c’est pour manger avec le pouvoir et perpetuer les mauvaises habitudes,et vous faisant grassir jusqu’à ce que vos boutons de chemises pètent. S’il y avait des juristes dans ce pays,centrafrique n’aurait pas attendu l’appel de la baule pour rentrer dans une parodie de démocratie qu’on nous a imposée depuis.
Quelqu’un a dit vrai,pour connaitre la vraie nature d’un homme ,donne lui le pouvoir et tu le connaitras. Cette madame catherine samba panza n’ a même pas l’humilité d’une personne transitoire qui devrait être là pour trouver une solution d’apaisement et faire que ce peuple retrouve un minimum permettant de fonctionner,mais catherine ne voit pas les choses de cette façon,c’est comme si elle a fait un coup d’Etat comme tous ces chefs qui ont fait qu’elle soit sortie de l’ombre et commence à placer ses hommes,à vouloir ça,à signer ça,mais pas loin de nous au gabon ,on avait eu une dame, madame Rogombéqui avait assumé la présidence de transition après le déces de omar bongo,on n’ a pas entendu cette dame ou une autre au burundi aussi presidente par intérim péter les plombs comme elle.Elles ont fait leur boulot et ne se prennent pas pour et savent les limites de leur exercice. Pour un an ,elle nous sert cette dictature,si on avait à la supporter pour un mandat électif de 5 ans, que deviendra ce peuple ?
Quelqu’un avait dit,qu’elle n’a rien de commun avec ce peuple dans les moments d honneur que les populations ont vécus ? Rien de commun. Pendant le plein régime Séléka,elle et sa maison étaient protégées par les séléka , alors que séléka dépouillaient et imposaient des sommes astronaumiques pour leur veille,aujourd’hui elle est protégée par les militaires rwandais alors seleka sévit dans les quartiers,son domicile etant devenu un bunker pour des proches en insécurité. Elle ne voit pas la même chose que le peuple.Le peuple ,il a quoi ,il n’ a que les églises ou cette proximité avec sangaris vers l’aéroport pour espérer un semblant de protection. Qu’ a-t-elle fait de concret pour pousser au respect,à part reproduire ce que font les regimes d’avant en ne nommant que des parents ,amis ,bourreaux et corrompus décriés de tous les régimes. On nous parle d’armée nationale à construire,mais si la nationale est celle de la vision de mme samba panza,pas la peine. Il faut un pouvoir élu prochainement en centrafrique et que le peuple débatte et conçoive un Etat, ; on ne peut sacrifier l’avenir d’un pays aux esprits étriqués qui n’ont que faire d’un pays ou d’une population. On s’affiche juriste,mais de juristes de forme. Tout le monde est juriste là bas et s’en gargarise ,quoi d’élogieux venir de ces juristes ? Le peuple attend toujours ,à tel point qu’il faut se cacher juriste là-bas,car tous les points juridiques importants à valoir pour traiter le problème centrafricain,madame samba panza et son cousin et beau frère grézenguet ne voient pas,mais le respect pour madame oui. Ca n’honore personne de ce corps de métiers et la réputation des juristes centrafricains en prend un coup.
Restez à vous gaver et trouver à pénaliser ce peuple et un micro pour d’autres blablas,à tel point que ces maitres à penser occidentaux commencent à s’en lasser et de dire qu’elle reste là comme un sac de mais et attend que tout lui atterrise sur un plateau. Faites tourner vos méninges madame et sortir quelque chose d’original et de juste pour ce pays,que d’attendre les mauvaises solutions que votre statut de traite vous pousse à penser que c’est la meilleure attitude à adopter

LNC le grand plagieur donne des leçons à nos journalistes

Par pierre

23/04/2014 19:47

Il y a lnc qui se permet de cracher sur les journalistes disant que ils ont pris comme à leur habitude etc,ce qu'elle oublie c'est qu'elle est une championne de prendre des traductions des anglophones pour une presse francophone et sans gène mettre de leur correspondant ou partenaire pour épater la galerie. c'est meme courant,les journalistes français sont dans des plagiats permanents. Tout ce qui est traduit au nord amerique,certains ne se genent pas copie mot pour mot et ne mettent pas leurs sources.Quant au journal radio,ecoutez les repeter afp.Tout le monde dit faire des efforts surtout celui là qui n' a que des faux correspondants au lieu annoncé,alors un peu d'humilité

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués