SOCIéTé  |    

Bangui: les religieux enlevés par des ex Séléka ont été libérés

Par rjdhrca - 17/04/2014

L’évêque de diocèse de la ville de Bossangoa (nord), Nestor Nongo Azagbia qui avait été enlevé hier soir à Batangafo avec trois autres prêtres et son chauffeur, ont été libérés ce 17 avril matin

 

Leur libération a été confirmée par le Vicaire de l’Archidiocèse de Bangui, Abbé Jésus Martial Démélet. Des éléments de l’ex-Séléka sont accusés d’avoir enlevé ces 5 personnes. «Ils sont pour le moment en train de se rendre vers la paroisse Notre Dame des Anges à Kabo. Ils sont escortés par la Misca», a confirmé une source humanitaire de Kabo, jointe ce matin par le RJDH.

 


© AED/ACN
Image d'illustration
Francis Ché, porte-parole de la Misca a fait savoir que des éléments du contingent de la Misca de la RDC qui sécurisent une partie de la région nord de la Centrafrique ont été alertés de l’enlèvement de ces religieux, avant d’intercepter le convoi au niveau de la ville de Kabo, ce mercredi vers 20 heures. La Misca a alors libéré les otages des mains de leurs ravisseurs, présumés être des ex-Séléka. Joint par la rédaction de RJDH ce jeudi à la mi-journée, le général Moussa Mohamed, président par intérim de la Séléka a déclaré avoir demandé à ses hommes de tout faire pour faire libérer les otages.

«Dès que j’ai été informé de l’enlèvement à 18h, j’ai demandé aux Officiers de la Séléka de se renseigner sur les auteurs de cet acte et faire en sorte que les otages soient libérés. C’est ce qui a été fait quelques heures après dans la ville de Kabo», a précisé le général Moussa Mohamed. Il a ajouté avoir informé l’Archevêque de Bangui qui aurait à son tour informé le Vatican. D’après le porte-parole de la Misca, «les otages se portent bien ce matin. Ils ont passé la nuit à la base de la Misca à Kabo».

C’est hier en début de soirée que l’évêque de Bossangoa et trois autres abbés qui étaient en tournée pastorale, ont été enlevés à l’entrée de la ville de Batangafo, et conduits dans la ville de Kabo où ils se trouvaient encore en fin de matinée de ce jeudi, 17 avril.

 

 
MOTS CLES :

10 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

A l'allure où les choses vont, il ne faut pas critiquer les personnalités centrafricaines !

Par Ngarra

17/04/2014 18:56

Dans un précédent commentaire, j'ai salué la vérité qui a été dite par Monseigneur Nestor Aziagbia à l'occasion de la célébration du 55e anniversaire du décès de Boganda. Dans l'homélie qu'il avait prononcée, il a courageusement critiqué le régime en place et la façon dont la politique sécuritaire du pays est menée.

D'apprendre qu'il a été enlevé avec 4 autres prêtres, cela ne m'a pas beaucoup étonné ! Quelle bassesse de la part de ceux qui ont agi de la sorte ! On ne peut plus dire la vérité dans ce pays ?

Aussi bien les sélékas que les anti-balles à K ( du moins les pro-bozizé ) ne veulent pas ou n'admettent pas que l'on dise des choses sur leurs actions nuisibles à la paix. Moi Ngarra, je leur dis qu'il faut savoir terminer une guerre. Qu'ils regardent la réalité en face et qu'ils arrêtent leurs agissements. Sinon, ils continueront à être manipulés jusqu'à la partition de notre beau et riche pays.

Le peuple centrafricain a trop souffert. Maintenant que les soldats tchadiens ont quitté le territoire national ( cela reste néanmoins à vérifier ), il est temps d'arrêter les hostilités et d'essayer de reconstruire ou plutôt de construire le pays. Y en a marre de ce désordre !!!

Pourquoi ce bandit criminel Daffhane se fait appelre Général ?

Par abou

18/04/2014 01:19

Vivement la fin de la PR Séléka pour que tous ces bandits criminels répondent de leurs crimes contre l'humanité. La place des conspirateurs, dont Daffhane, est à la CPI et non dans les faubourgs de Bangui.Honte à la PR Séléka qui déclare vouloir arrêter Bozizé et laisse circulet et jouir de leurs actes crimnels les Djotodia, ses parents et sa galaxie. Le jour vient déjà où les pendules seront remises à l'heure de la JUSTCE.

@ abou, je souscris totalement à votre point de vue;

Par sorokaté

18/04/2014 10:52

C'est bien la question qui me ronge tous les jours. La seleka est morte par un décret signé par son patron machin. Mais pourquoi continue t-on a les appeler Commandants, capitaines, colonels et généraux? non sérions sérieux.

C'est une cacophonie. c'est de la démagogie. Quantà à la CPI on ne comprend plus pourquoi ces mercenaires seleka connus de tous par leurs criminalités en Centrafrique malheureusement ceux ci sont libres et continuent de parler de la partition. Finalement à quoi joue t-on? où est le sérieux. La CPI, le TPI, l'ONU, la France.... attendent jusqu'à quand pour inquiéter ces gens là?

J'ai raison de dire que l'ONU, la France la CPI, le TPI, l'UE, l'UA, ne sont que des instruments du néo colonialisme. Visionner jusqu'à FIN ce qui suit.
http://vimeo.com/17967852
http://vimeopro.com/pharesbalises/france-and-africa/video/29470778

Merci,
Sorokaté Alias Domzan-Bène

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués