SOCIéTé  |    

RCA: les déplacés invités à regagner leurs domiciles à cause des pluies

Par journaldebangui.com avec agences - 16/04/2014

Sur 69 sites de déplacés répertoriés en février, 43 sites restent occupés par les populations qui hésitent à regagner leurs domiciles à cause de l'insécurité

 

Lors d'une rencontre tenue à Bangui avec les délégués des déplacés internes en présence des organisations humanitaires, Mme Samba-Panza a déclaré craindre que la saison des pluies, qui a commencé en mars, vient compliquer davantage les conditions de vie des populations, qui ont déserté leurs maisons pour fuir les violences persistantes en Centrafrique, plus d'un an après la prise du pouvoir des ex-rebelles de la Séléka et plus de trois mois après la démission forcée de leur leader Michel Djotodia des fonctions de chef de l'Etat par intérim. «Je crains qu'avec les pluies, le cortège de maladies s'en mêle» , a déclaré la présidente de transition. C’est la raison pour laquelle, Mme Catherine Samba-Panza a invité mercredi les personnes déplacées à regagner progressivement leurs domiciles. En cause, la saison des pluies qui pourrait provoquer d'autres crises sanitaires.

 


© flickr.com/photos
(Image d'illustration) Mme Catherine Samba-Panza
Contre près d'un million en décembre 2013, environ 625.000 Centrafricains vivent aujourd'hui dans des camps de déplacés à Bangui et d'autres villes du pays, suite aux violences perpétrées par des groupes armés dont les ex-rebelles de la Séléka et surtout les milices d'autodéfense anti-Balakas (anti-machettes) déclarées «ennemi de la paix» par la Mission internationale de soutien à la Centrafrique sous autorité africaine (MISCA), une force déployée par l'Union africaine (UA) en vue d'aider à restaurer la paix et la stabilité. La Croix-Rouge centrafricaine a dénombre environ 1.400 victimes de ces violences et 960 blessés depuis décembre jusqu'en mars dernier.

Sur 69 sites de déplacés répertoriés en février, 43 sites restent occupés par les populations qui hésitent à regagner leurs domiciles à cause de l'insécurité. Certains parmi eux disent n'avoir pas où aller, après la destruction de leurs maisons par les groupes armés. «La situation de l'eau fait que l'accès humanitaire devient difficile. Nous avons identifié des sites alternatifs pour les déplacés et des sites proches de chez eux , a indiqué Andrew Cusack, chargé de la gestion des sites au Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR). Sous des tentes de fortune, des milliers de personnes dorment à même le sol, sur des nattes, des morceaux de carton, avec la possibilité de voir le vent emporter les toitures et les eaux de pluie inonder leurs habitations.

 

 
MOTS CLES :

2 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Traître madame Mballa.... le peuple aura raison de toi d'ailleurs les journalistes centrafricains sont mis aux arrêts pour avoir dire des vérités...

Par sorokaté

16/04/2014 19:00

Madame Mballa à chaque fois vous parlez de votre élection mais dites moi quelle élection faites vous allusion? quand est-ce que le peuple Centrafricain vous a élu comme présidente?

Le CNT ne Représente pas le peuple Centrafricain car c'est une institution mise en place par Dondoja tout comme votre présence à la tête de la mairie de Bangui. Madame vous n'êtes pas crédible et légitime. Vous n'êtes que légitime aux yeux des dirigeants Français et Tchadiens mais pas pour le peuple Centrafricain.

La présidence est rempli de vos proches, de vos amis de l'école, des gens issus de la régions de votre" mari" de vos belles familles.

Votre fille est nommée à la présidence pour dans le but de vider le trésor publique. La preuve elle s'est fait attrapée main dans le sac avec un pactole de 35.000 euro en France. Voyez vous comment vous volez le peuple Centrafricain...

Si vous demandez aux déplacés de rentrer chez eux mais madame Mballa:
Ces déplacés certains n'ont plus de maisons, leurs biens matériels sont tous pillés par ceux qui vous ont nommé maire de la ville de Bangui et voté à la tête de la RCA.

Leur demander de rentrer pour habiter où? je crois vous leur demandez de rentrer par ce qua la ministre de l'éducation est partie dire à Idriss Déby que les déplacés sont rentrés pour mieux les assassiner.

Oui, c'est pour que le Tchad envoi encore des mercenaires venir les massacrer comme des mouches.
Madame Mballa vous n'avez pas le minimum de protéger ces déplacés et vous leur demandez de rentrer ...

Quels moyens sécuritaires disposez vous pour assurer la sécurité de ces déplacés? n'est-ce pour les bombarder tous?
Votre appel, corrobore bien au voyage de la ministre virtuelle de l'éducation au Tchad. Le peule veut qu'on rompt toute relation diplomatique avec le Tchad cependant vous, vous courez après nos bourreaux.

A Paoua, à Bouca, à Bambari, à Dékoua, à Bozoum, à Grimari les populations sont tuées, brûlées, leurs maisons incendiées, des villages brûlés par des seleka et Tchadiens mais vous madame Mballa votre préoccupation c'est le retour de ces déplacés dans leurs villages rasés, incendiés. Viendront-ils dormir sous les manguiers?

Franchement, moi à votre place je ne parlerai même pas d'élection. Madame vous êtes là par la seule volonté impérialiste Français via Idris Déby. Vous êtes la continuité de Dondoja seleka.

Honte à vous. Bria, Bangassou, Ndélé sont pillés par les sangaris et certains proches et parents des ministres Français.
Je vous rappel que vous n'avez pas la légitimité de signer des accords politiques et économiques à qui que ce soit. Cela relève d'une légitimité d'un régime élu par le peuple puisque ce dernier agira au nom du peuple qui l'a élu or, votre cas est bien ILLÉGITIME.

Ni le CNT, ni la présidence et le Gouvernement actuels ne sont LÉGITIMES ce sont tous des mercenaires seleka.
Tous contre le PEUPLE Centrafricain. Nous vaincrons par tous les moyens même si cela prendra du temps.

Madame Mballa vous êtes née à N'Djamena d'un père Camerounais et d'une hypothétique mère Centrafricaine, vous par la suite devenez Centrafricaine à l'âge de 18 Ans. Depuis France votre quatrième patrie vos soutiens aux seleka vous ont permis d’accéder à la mairie de Bangui suite logique de votre présence aujourd'hui à la tête de la RCA.

Vous ne représentez pas le peuple CENTRAFRICAIN. C'est la France qui vous dicte TOUT ce qui fait de vous une marionnette. En voici une preuve.

Mali, Centrafrique : Le Drian veut faire accélérer la réconciliation

Publié le 06.04.2014, 13h58 | Mise à jour : 14h42
Envoyer
ARCHIVES. Jean-Yves Le Drian, resté ministre de la Défense dans le gouvernement Valls, souhaite que la réconciliation nationale s'accélère au Mali, mais aussi en centrafrique. ARCHIVES. Jean-Yves Le Drian, resté ministre de la Défense dans le gouvernement Valls, souhaite que la réconciliation nationale s'accélère au Mali, mais aussi en centrafrique. | LP/Philippe de Poulpiquet
Zoom
1/2 7 réactionsRéagirAgrandir le texte Diminuer le texte Imprimer l'article Tout leParisien.fr sur votre mobile Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, considère que le processus de réconciliation nationale n'est pas assez rapide au Mali, où la France est engagée militairement depuis quinze mois pour combattre des groupes jihadistes.

S'exprimant dans une interview à l'hebdomadaire Jeune Afrique paru ce dimanche, le ministre de la Défense insiste : «Je le dis très clairement.
SUR LE MÊME SUJET
Centrafrique : déploiement des premières troupes de la mission européenne à Bangui Centrafrique : déploiement des premières troupes de la mission européenne à Bangui RCA: le Conseil de sécurité autorise le déploiement de 12.000 Casques bleus RCA: le Conseil de sécurité autorise le déploiement de 12.000 Casques bleus Je pense que l'heure est venue (...) le processus de réconciliation est impérieusement nécessaire pour garantir l'intégrité du Mali, la paix et le développement».

Le ministre avoir fait part de son opinion au chef de l'Etat malien, Ibrahim Boubacar Keïta, à Bamako, en janvier dernier.

Jean-Yves Le Drian réfute le terme de Françafrique

Dans la même interview, le ministre appelle également à une accélération du dialogue politique en Centrafrique, où la France est également engagée dans une opération de maintien de la paix.

Il récuse le terme de «Françafrique militaire», affirmant qu'«appliquer les résolutions des Nations unies et faire respecter le droit international, cela n'a rien à voir avec la Françafrique».

En janvier 2013, la France était intervenue dans le cadre de l'opération Serval pour venir en aide au Mali, ravagé par des combats entre l'armée malienne et rebelles islamistes.

Sorokaté Alias Domzan-Bène.


A visionner vite pour mieux comprendre ce dont souffre toute l'Afrique.

Par sorokaté

17/04/2014 17:23

http://vimeo.com/17967852

très intéressant je vous le dis visionnez jusqu'à la FIN.
Bonne reception.
Sorokaté Alias Domzan-Bène.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués