ECONOMIE ET BUSINESS  |    

Centrafrique: Bangui sans carburant depuis 5 jours

Par journaldebangui.com avec agences - 14/04/2014

Les personnels de la SOCASP affirment qu’ils lèveront le blocus au niveau des dépôts une fois leur salaire sera versé

 

La majorité des stations-services sont fermées
Une pénurie d’essence sévit à Bangui, la capitale centrafricaine depuis plusieurs jours en raison d’une grève du personnel de la société centrafricaine de stockage de produits pétroliers. Une file interminable de véhicules dont la plupart sont des taxis s’est dressée devant les trois stations de la capitale. «Nous sommes là depuis plus de 72 heures», a expliqué un des usagers qui attendent sur les lieux d’approvisionnement depuis plusieurs jours.

 


© storage.canalblog.com
La station Total du PK0 à Bangui
La pénurie est à sa cinquième journée.
«Nous subissons de plein fouet les conséquences de la grève du personnel de la SOCASP, la société centrafricaine de stockage de produits pétroliers», a expliqué René Pierre Sokambi, délégué des conducteurs des taxis et bus. Il a ajouté que ceux qui gèrent le dépôt de Kolongo sont en grève parce qu’ils n’ont pas perçu leurs salaires, ils ont érigé des barricades empêchant les camions d’entrer et de sortir avec du carburant». «Il faut deux jours dans une station d’essence pour avoir 20 litres, et 20 litres, vous savez, c’est la consommation minimale d’un taxi par jour, donc ça joue pleinement sur le chiffres d’affaires» a expliqué un conducteur de taxi dans la queue à la pompe. «Nous sommes bouleversés, il n’ya pas de circulation» s’est plaint un autre l'air découragé. Les conducteurs ne sont pas les seuls à se plaindre de la situation.
Les usagers aussi car qui dit pénurie d’essence, dit rareté de voitures et donc difficultés de transport.

Les tarifs connaissent une sérieuse inflation rapide
Le correspondant de la BBC décrit des scènes de bousculade. Contacté par téléphone, l’un des délégués du personnel de la SOCASP affirme qu’ils lèveront le blocus au niveau des dépôts une fois leur salaire versé. Du côté du ministère des mines, on affirme que l’état de salaires du personnel de cette société paraétatique se trouve déjà depuis quelques jours sur la table du Premier Ministre. Conformément à un décret de la présidente de transition, le chef du gouvernement doit d’abord marquer son accord avant toute sortie de fonds au trésor.

 

 
MOTS CLES :

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

peuple ne vous laisser avoir par ces idiots qui ne creent pas une societe pour le citoyen avec leur faux niveau,

Par jeanprosper

15/04/2014 13:58

ils gardent les sous pour leur maquillage. Il radient de la fonction publique,mettent les gens en retraite anticipée alors que nous sommes un pays où l' éducation a été baclée depuis les années 80 et les quelques centrafricains qui tiennent la route sont ceux dont l'éducation scolaire de bases avait été commencée avant les années 80 et rentrent dans la cinquante et plus aujourd'hui et c'est cette generation que ces idiots pénalisent pour une generation a recycler. Ailleurs,les pays corrects maintiennent en actrivité ceux qui servent et sont utiles au pays et prolongent l'age de la retraite,chez nous stupiditement on pousse les gens dehors,parce que tous ces politicards n'ont rien de sérieux dans leur logique de ce qu'est une administration. Le nombre des fonctionnaires sont bas comme ecrit dans une remarque et ce pays n'arrive pas à payer alors qu'elle pouvait le faire. Centrafrique est l'un des rares pays africains a mal payé les fonctionnaires mais quand vous voyez leurs salaires,ils sont genereux pour eux memes et ils ne s'aplliquent pas l'age de retraite. Alors le syndicat doit discuter de ces départs arbitraires et selectifs à la retraite. L' etat n'a qu'à créer les emplois en l'exigeant des entreprises à qui ils donnent des licences et qui ne font rien en matière d'embauche et chaque fois ces cons sont à licencier les fonctionnaires pour embaucher là où tous ces entreprises ou commerces n'embauches pas.un pays normal a des contraites d'emploi, Pour vivre sainement ,il faut refuser déjà les contraintes de la colonisation.
il faut un syndicat moins corrompu pour s'occuper de cette manière stupide de se priver des cometences dans le fleur de l'age car la duree de vie augmente meme en afrique,pourquoi envoyer des gens brutalement sans les preparer juste brusquement par des décrets?
Ces sociétés parapublique utilisent Centrafrique comme une vache a lait, la partie perte et autres la part etrangère laisse supporter par l'etat,tout ce la est la betise de l'acceptation encore à ce jour de nos faux intellectuels des accords de l'independance. c'est comme air afrique qui était en fait associé a air France, et quand air afrique était en faillite air France n' a rien subi. Si elle pense gagner 10 millions par an,elle prend ses 10 millions et meme si ca fait un trou,la part du trou c'est renvoyé à la partie africaine d'où discours de perte ou trou etc et ces entreprises para publiques fonctionnent comme cela;Normalement une entreprise a une reserve d'argent pour des cas comme cela,et encore une entreprise du petrole qui marche meme en temps de guerre? On se fout des employes chez nous,si déjà un etat ne resoecte pas ses fonctionnaires.
Ces patrons qui font l'école pour leur ventre,un cas c'est la clinique choueb,pendant x mois le personnel n'est pas payé mais lakoué se sert bien,quand le personnel s'est mis en grève pour reclamer ses droits,il brandit la menace de licencement et les obligent à travailler sans sous,comment peut-on motiver un personnel en agissant ainsi? C'est ainsi que commence le système de corruption et de vol et demain vont-ils se plaindre. et dire des gens comme Lakoué se pretende chef de parti et veulent diriger un pays avec un tel mepris du peuple comme la femme du secrétaire general de ce faux parti,mme samba panza qui dit qu elle est aux affaire depuis deux mois et ne paye que ces mois là. vraiment comment peut-on juger du sérieux de nos diplomes,quand une femme comme la samba panza qu'on presente comme juriste et qui ne sait pas voir que ce que vit Centrafrique relève du droit international par rapport à l'ETAT centrafricain dans son essence comme l ont dit d'autres avant moi et veut nous detourner vers des futilités,ou que en parlant de ses deux mois de service a prendre en compte,on se demande du sérieux de l'apprentissage de son droit:la continuité du service public.Cette femme là,j'espère qu'elle ne s'en sortira pas comme cela,c'est une traite à la nation et ennemie du peuple.Elle est là pour gerer une transition,placcer des institutions pour que les gens décident de leurs destins avec des gens de leur choix,elle commence avec la meme folie que djotodia à nommer à outrance,à détruire la fonction publique avec le genre qu'elle a mis en tete tous des aigris des anciens regimes decriés et un kougnounou parent a elle nommé inspecteur general pour faire le sale boulot.or elle est là pour appuyer les résolutions des nations unies et dire a sangaris et misca de desarmer de gré ou de force,ce qu'elle ne fait pas et on lit sangaris ,misca jouent à l'appaisement avec les seleka. Vraiment,ces selekas ils autient pu les desarmer simplement à Bangui,pourquoi les laisser à bria base choisie pour sa famille le voleur de diamant,neveu de djotodia ex ministre des mines et ministre d'etat et protégé de madame samba panza.
il y a un nouveau site centrafricain, je vous mets le lien,il y a à lire
http://www.lesplumesderca.com/

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués