DOSSIERS  |     DOSSIERS+  |     FORUM BRAZZAVILLE  |    

RCA: les forces internationales jouent l’apaisement à Bria

Par Source: RFI - 14/04/2014

Situation toujours très tendue à Bria après des affrontements entre des ex-Seleka et les forces internationales Misca et Sangaris

 

Après des manifestations hostiles à la présence des troupes internationales, deux soldats de la force africaine ont été blessés jeudi, 10 avril lors d'une embuscade des rebelles près de l'hôpital. Vendredi 11 avril, il n'y a pas eu de violences et une tentative de dialogue a été amorcée : une délégation de haut niveau s'est rendue sur place. A Bria, les ex-Seleka se divisent désormais en deux camps. Certains sont prêts au compromis et à déposer les armes. Mais d'autres refusent la présence des forces Misca et Sangaris. «Avec un groupe, ça se passe mal et la situation est très tendue», explique le général Issa Issaka.

 


© acap-cf.info
Image d'illustration
Ce haut responsable de l'ancienne rébellion, le général Soriano, patron de la force française Sangaris et le ministre de l'Administration du territoire Aristide Sokambi, ont réuni durant plusieurs heures des médiateurs, des sages, des notables, des administratifs et quelques officiers rebelles pour tenter de calmer les esprits. «Ils leur ont réexpliqué la mission des troupes internationales et dit que ça ne servait à rien de les rejeter parce qu'elles ont un mandat de l'ONU», confie une source. Mais les rebelles, qui seraient plusieurs centaines en ville, ne sont pas tous prêts à rentrer dans le rang.

«Des voyous...»
«Il y a un groupe dissident, mené par un général, qui refuse l'apaisement. Ils considèrent Bria comme leur territoire et se comportent en voyous», indique un cadre administratif, qui accuse ces hommes de manipuler les populations. En ville, des barricades tenues par des civils, parfois très jeunes, sont encore visibles. Et des ex-Seleka lourdement armés tiennent toujours des positions. «La population vit dans la psychose. Certains rebelles promettent de s'en prendre à nous si Misca et Sangaris partent», confie un habitant.

 

 
MOTS CLES :

6 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

A quel jeu jouent les forces internationales ?

Par Ngarra

14/04/2014 18:40

Avec les sélékas qui ne veulent pas entendre parler de paix, derrière leur chef bien connu, Abakar Sabone, ce soudano-éthhiopien qui se prend pour un Centrafricain, les forces internationales jouent à l'apaisement. En plus Abakar Sabone maintient son idée de sécession. Les anti-balles à K qui luttent contre la partition du pays sont traités de terroristes, comme des ennemis de la paix. A quel jeu jouent ces forces internationales ? Ce n'est pas du tout sérieux.

il faut desarmer les seleka

Par Nathan

14/04/2014 19:10

malgre le mandat des nations unies les forces internationales negocient avec les seleka ce qui n'est pas le cas avec les anti balaka qui sont des vrais centrafricalns,il faut les desarmer conformement aux resolutions des nations unies

Le Jugement

Par paul

14/04/2014 19:52

Les SELEKA(s) ne sont que des bandits. Ils doivent être condamnés aux travaux forcés à vie pour réparer une partie de ce qu'ils ont détruit et cassé.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués