SOCIéTé  |    

UNFPA-Centrafrique: vaste distribution de dons en faveur des femmes

Par Alain-Patrick Mamadou / Acap - 14/04/2014

D’une valeur de 250 millions de francs CFA, ils serviront à améliorer la santé de reproduction, de même que la santé maternelle et infantile sur les sites des déplacés internes

 

La représentante a.i. du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), Mme Victoria Akyeampong, a procédé à une vaste campagne de distribution de dons constitués d’équipements médicaux destinés aux structures de santé de la République Centrafricaine au bénéfice des femmes victimes des violences sexuelles ou séjournant sur des sites de déplacés internes tant à Bangui qu’à l’intérieur de la Centrafrique. Ces dons, d’une valeur de 250 millions de francs CFA et qui ont transité par des organisations nationales et internationales, serviront à améliorer la santé de reproduction, de même que la santé maternelle et infantile sur les sites des déplacés internes et où l’accès aux soins est compromis.

 


© binuca
M. Abdou Dieng, (d) Coordonnateur humanitaire remet les dons
Les personnalités ayant réceptionné ces dons au nom de leurs organisations sont : l’Abbé Elysée Nguédjandé, responsable de la Caritas Centrafrique ; Mme Sarah Terlouw, directrice pays de IRC (International Rescue Commitiee ; Dr Alphonse Un Book, Représentant régional Afrique centrale de la Fondation FAIR MED ; Mme Glawdys Téni Atinga, représentant le Bureau Intégré des Nations Unies en Centrafrique (BINUCA), enfin, Mme Pagonéndji Ndakala de la Coalition des Femmes pour la Paix.

 


© binuca
La représentante a.i. du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), Mme Victoria Akyeampong regarde les dons
Avec les différentes crises que la République Centrafricaine a connues, a souligné M. Abdou Dieng, Coordonnateur humanitaire, «le système de santé dans tout le pays s’est complètement détérioré. Et la santé maternelle et infantile, une des priorités de l’UNFPA, est sérieusement touchée. Ce qui fait que les femmes accouchent dans des conditions difficiles sur les sites des déplacés internes ou en brousse, notamment dans des localités intérieures où l’accès aux structures de santé est rare». En l’absence des structures de santé, soient détruites soient abandonnés par le personnel de santé, les ONG ont pris la relève, parfois en établissant des cliniques mobiles.

 


© binuca
Départ des dons vers les bénéficiaires
Caritas Centrafrique intervient dans neuf formations sanitaires des coordinations diocésaines de santé que sont Bangui, Mbaïki, Berbérati, Bouar, Bossangoa, Kaga Bandoro, Bambari, Alindao et Bangassou. IRC est présente à Bocaranga, Kaga Bandoro et Bangui très récemment. FAIR MED, une Fondation suisse, s’attèle à la santé communautaire, en courant derrière les personnes qui ont besoin des soins. Quant au BINUCA, il voudrait bien doter les femmes de Ndélé, là où se situe son bureau régional, en kits de dignité. Ces kits permettront aux femmes de faire face dignement à leur toilette, comme par exemple se brosser les dents, se laver avec du savon de toilette, se mettre de la vaseline sur le corps, se chausser.

 


© binuca
Il est à noter que le Fonds des Nations Unies pour la Populations est avant tout le partenaire du gouvernement de la République Centrafricaine. Partant, les dons qui sont offerts sont destinés aux populations de la République Centrafricaine. Caritas Centrafrique, IRC, la Fondation FAIR MED, le BINUCA et la Coalition des Femmes pour la Paix sont des partenaires, par qui ces dons ont transité, pour atteindre les populations bénéficiaires.
 
MOTS CLES :

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

je suis contre l'assistanat....

Par sorokaté

15/04/2014 14:19

Apprendre à quelqu'un comment pêcher du poisson c'est faire de lui indépendant, capable d'avoir du poison à manger durant le restant de sa vie. Si on avait empêché ce coup d'état monté de toute pièce par l'ONU via la France en RCA on aura pas besoin des ces bagatelles dons des fonds de Nations Unies.

L'ONU via la France laissé pourrir la situation en Centrafrique avec les conséquences actuelles, les voilà avec des dons ironiques à l'endroit des femmes Centrafricaines...

Mon pays n'a pas besoin de ce genre d'aides: Lassez la RCA exploiter son sous sol pour permettre à ces femmes violées, leurs enfants et maris d'avoir un niveau de vie humaine. Vos aides ne résoudront pas les conditions atroces du peuple Centrafricain.

La RCA est confronté à plusieurs défis, pour ce la il faut une économie solide: Urgence de l'état Centrafricain à rétablir la sécurité sur son territoire Nationale par biais de son Armée. Reconstruire le pays, rendre justice et réparations.

Il faut que les Cinq verbes de BOGANDA soient une réalité pour le peuple Centrafricain.
Avec l'argent issu des exploitations de notre sous sol ne permettra de nous prendre en charge.

Mme Victoria Akyeampong représente du fonds des nations Unies pour la famille ,vos dons sont en fait l'expression d'une simple démagogie. C'est comme un pompier qui arrive après l'incendie.

Sorokaté Alias Domzan-Bène.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués