SOCIéTé  |    

Dékoa: déjà 37 morts dans les affrontements entre ex-Séléka et anti-Balakas

Par Lucie Nkouka avec agences - 11/04/2014

La MISCA chargée d'aider à restaurer la paix et la sécurité dans le pays, saisie sur les affrontements a juste promis de se prononcer sur la question, après la compilation des informations

 

Il y a quelques jours des initiatives de réconciliation entre les deux milices armées ont été annoncées. Malheureusement, c’est à ce moment-là que des éléments de ces deux groupes ont décidé de s’invectiver. Le bilan selon la Croix rouge centrafricaine est d’au moins 37 personnes ont été tuées depuis mercredi, 9 avril à Dékoa une localité du Centre de la Centrafrique. Selon un responsable de la Croix-Rouge à Dékoa, les miliciens anti-Balakas ont attaqué une position des ex-rebelles de la Séléka, provoquant ainsi une contre-offensive. «Pour le moment, nous avons enregistré 37 corps et inhumé déjà 10. L'insécurité ne nous permet pas de poursuivre le ramassage des corps», a déclaré cette source couvert d'anonymat.

 


© autre médias
Le ramassage des corps par la Croix rouge
Dans la ville de Dékoa, la situation est restée confuse jusqu'à la mi-journée du jeudi, 10 avril. Une partie de la population s'est réfugiée de la brousse et une autre à la paroisse de le l'Eglise catholique de la localité. «Je suis obligé de déplacer l'équipe chez les religieux», a confié le responsable de la Croix-Rouge. Selon Youssouf Adam, un des officiers des ex-rebelles de la Séléka présent dans cette ville, ses éléments tiennent la localité sous leur contrôle. «Nous voulons juste répondre aux provocations des anti-Balakas, alors que nous étions cantonnés», a-t-il déclaré à Xinhua au téléphone.

Des combats similaires ont été signalés sur deux fronts à 75 km de la ville sur la route menant vers Bossangoa (nord) et à 10 km sur l'axe Bozoum-Bouar. «Il y a des combats intenses dans ces deux localités. Le bilan n'est pas encore connu, alors qu'il y a la présence des soldats de la MISCA dans la ville de Bozoum», a rapporté Barthélémy Mondene, secrétaire général de la préfecture. La Mission internationale de soutien à la Centrafrique (MISCA), force africaine chargée d'aider à restaurer la paix et la sécurité dans le pays, saisie sur les affrontements à Dékoa et à Bozoum, a juste promis de se prononcer sur la question, après la compilation des informations.

Ces attaques interviennent au moment où les anti-Balakas et ex- Séléka se sont engagés à mettre un terme à leurs hostilités afin de permettre un retour à la paix à Bangui et d'autres villes du pays. C'est dans la dynamique dans laquelle sont notamment inscrits les principaux responsables de l'ex-coalition rebelle réunis au sein du Comité militaire de crise piloté par Aubin Issa Issaka, ancien directeur général de la sécurité présidentielle de Michel Djotodia. «La coalition Séléka est résolument engagée pour la paix et l'unité nationale», a déclaré jeudi à Xinhua le général Aubin Issa Issaka. Aux dernières nouvelles, au moins 15 véhicules militaires des ex-rebelels seraient venus de Kaga-Bandoro pour renforcer leurs compagnons d'armes dans la ville de Dékoa.

 

 
MOTS CLES :  Dékoa   Bozoum   Misca   Croix-rouge   Affrontements   Séléka   Anti-balaka 

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Où en sommes nous avec les enquêtes sur les Charniers découverts dans les anciennes occupations des seleka?

Par sorokaté

11/04/2014 18:25

Il y a eu des massacres massifs par les sleka, plusieurs corps repêchés sur l'Oubangui, dans M'poko, des corps ramassés dans des charniers tous signés seleka sont demeurés sans suite judiciaire.

Le procureur de la RCA est devenu spécialiste en matière d'ouverture d’enquêtes fictives. Combien d'enquêtes sont encore ouvertes en RCA? et où en sommes nous?

C'est vraiment dommage. En plus on continue de payer ces soient disant Procureur et auxiliaire de Justice en Centrafrique. Oui s'il ont la volonté de faire le travail dont ils ont prêtés serment mieux vaux qu'ils démissionnent.

Si on veut me faire autre chose que mon travail je refuse.. si possible je démissionne.
Voilà que des massacres continuent...

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués