NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

La Centrafrique «regrette» la décision de retrait du contingent tchadien

Par journaldebangui.com - AFP - 04/04/2014

Le ministre centrafricain des Affaires étrangères, en escale à Paris après le sommet UE-Afrique de Bruxelles, souligne que cette décision survient après la mise en cause de soldats tchadiens

 

Les autorités centrafricaines ont fait part vendredi de leur «regret», après l'annonce du retrait du contingent tchadien de la force de l'Union africaine en Centrafrique (Misca), dans un communiqué publié à Paris. «Nous venons d'apprendre avec beaucoup de regret l'annonce (...) du retrait de la République centrafricaine des troupes tchadiennes de la Misca», a déclaré le ministre centrafricain des Affaires étrangères Toussaint Kongo-Doudou dans un communiqué transmis par l'ambassade de RCA à Paris. Le ministre centrafricain, en escale à Paris après le sommet UE-Afrique qui se tenait mercredi et jeudi à Bruxelles, souligne que cette décision, qui survient après la mise en cause de soldats tchadiens dans la mort de civils à Bangui, «a été prise en toute souveraineté par le gouvernement tchadien».

 


© diplomatie.gov
Le ministre centrafricain des Affaires étrangères lors d'une récente visite à Paris avec son homologue français Laurent Fabuis
Acteur-clé de la crise centrafricaine et incontournable puissance régionale, le Tchad, l'un des principaux fournisseurs de la Misca, a annoncé jeudi le retrait de ses 850 soldats de Centrafrique, dénonçant une «campagne malveillante» à leur encontre. Cette annonce survient après la mort d'au moins 24 civils à Bangui le week-end dernier, tués par des soldats tchadiens. Il s'agit de l'incident le plus grave impliquant des troupes étrangères en Centrafrique depuis le renversement, en mars 2013, du président François Bozizé par la Séléka, une coalition à dominante musulmane appuyée par le Tchad.

<div align="center"><iframe width="560" height="315" src="//www.youtube.com/embed/L8g-NEMKyxE" frameborder="0" allowfullscreen></iframe></div>

 

Les soldats tchadiens ont été accusés à plusieurs reprises depuis l'arrivée au pouvoir de la Séléka de passivité face à leurs exactions, voire de connivence - certains étaient Tchadiens. N'Djamena a toujours démenti avec force et reçu le soutien appuyé de l'UA et de la France pour son engagement en Centrafrique. Le Tchad est «un pays frère qui a entretenu et continue d'entretenir des liens d'amitié et de fraternité avec la République centrafricaine et qui nous a fortement accompagnés et a payé un lourd tribut dans ce processus», a souligné vendredi M. Kongo-Doudou. «Nous sommes rassurés que le Tchad continuera à accompagner (la Centrafrique) en tant que partenaire dans le processus de la promotion de la paix et de la stabilité», a-t-il ajouté. «Partageant une longue frontière commune, nous formulons l'espoir que ces relations continueront à se renforcer davantage, dans le respect mutuel et dans l'intérêt de nos populations respectives», a-t-il noté.

<div align="center">
<iframe frameborder="0" width="480" height="270" src="http://www.dailymotion.com/embed/video/x1lnky8" allowfullscreen></iframe><br /><a href="http://www.dailymotion.com/video/x1lnky8_journal-de-l-afrique-centrafrique-pourquoi-les-soldats-tchadiens-claquent-la-porte_news" target="_blank">JOURNAL DE L'AFRIQUE - Centrafrique : pourquoi...</a> <i>par <a href="http://www.dailymotion.com/france24" target="_blank">france24</a></i></div>
 
MOTS CLES :

20 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Etre traite est un honneur pour les nuls

Par xavier

04/04/2014 16:12

Voici ces traites de la Nation,alors que le peuple demande le retrait des soldats tchadiens,celle qui se dit presidente de transition pousse Déby à continuer à accomplir son plan macabre sur les centrafricains comme l’article de Tfi avec colle titre « Le tchad se retire de la Misca et qui écrit : Il l’a d’ailleurs clairement exprimé à Bruxelles à Catherine Samba-Panza lors d’un tête-à-tête où la présidente de la transition centrafricaine avait cru l’avoir convaincu de ne pas mettre ses menaces à exécution. Nous n’avons que des traites dont le souci n’est pas le peuple ni le vœu du peuple,préoccupés par la lèche et leur ventre et Ca donne une république bananière « dont tout le cirque du Conseil National de la Transition, un substitut parlementaire trompe l’oeil, car sans caution populaire, et ses conséquences ubuesques menant à avoir une présidente de la république élue par 75 individus auto-déclarés se prétendant représentants de ce peuple oublié. » a reconnu et écrit un site pourtant acquis à la cause séléka.
Effectivement ce qui nous est rappelé de la conversation outre atlantique d’une compatriote rapportée dans une interview,c’est ce qu’on voit et en plein dedans et l’interlocuteur a triplement raison de lui dire que « On appelle cela de façon polie des hommes de Confiance,mais en réalité ce sont des gens que la fortune réduit à servir leurs égaux ,ni plus ni moins un valet. De tels personnages prêts à tout atterrissent au pouvoir par une voie détournée .Leur but est de s'enrichir,voler au plus vite et ne rien entreprendre. » ils sont,c’est au peuple de se prendre en mains,depuis des mois vous pleurnichez qui vous entend,même ceux qui se prétendre être vos compatriotes essaient de pousser le sanguinaire à rester vous piétiner alors qu’ils sont censés écouter un peuple. Le Masque tombe, meme avec tout ce gouvernement de traite

Que d'agir en homme,vous etes toujours là vouloir servir de paillasson

Par xavier

04/04/2014 16:18

Maintenat que Deby est parti,il faut etre très vigilant comme l'a dit un journaliste ou expert européen,car il est capable de fourberies ,il pue le mal. Maintenant qu'il a pourri misca,il serait sage de changer toute l'équipe sils devaient rester car ce déby est l'incarnation du diable sur terre. est ce quelqu'un de normal,il n'a même pas le bon sens de reconnaitre les fautes de ses soldats,il ne voit que son plan mis à l'épreuve d'où sa réaction épidermique. Pense-t-il que tout le peuple centrafricain est pro bozizé? Si tout le monde à travers centrafrique les hait c'est qu'il y a une bonne raison,c'est difficile à comprendre pour sa cervelle pourri,il ne voit que sa vangeance ou son bras de fer avec bozizé.
Le alpha ou le tchadien qu'ils ont la franchise de reconnaitre que les belles vaches c'est l'art des sudistes,leurs troupeaux constitués de recel et vol,vous les baladez et les volent au rythme de vos déplacements et les trajets,le manque d'eau les rendent maigres ou la chair non tendre,alors arrêtez. on avait des cheptels sous bokassa,ce sont les autres qui ont fait le con.Et l'un des premiers actes de séléka etait de voler tout le cheptel des centrafricains et de nos bororos.
les centrafricains doivent s'y mettre et pour un acte civique n'achetez pas le pétrole tchadien,achetez ceux d'autres compagnies meme si c'est cher,les européens et américains le font en cas de représailles à un pays,c'est acte patriotique. Deby veut qu'on n'exploite pas notre pétrole pour que notre pays reste un marché pour lui,on verra il va l'écouler,il finira par le boire lui meme. Boycott E¨t meme de tout on verra où il va déverser ses choses et se faire de l'argent

@ mon compatriote Xavier

Par Nomzamo

04/04/2014 17:57

Je partage vos craintes concernant le criminel débyle, l'incarnation du mal sur la terre. Lisez ce qui suit pour comprendre la folie de grandeur de débyle. Cet assassin de débyle, n'a pas prévu la goute d'eau de ses soldatesques le 29 mars précipitant le départ du tchad de la RCA.

"Les Brèves de N’djaména: Deby, la revanche en RCA! »
http://www.tchadactuel.com/?p=10462

Publié le 2 avr, 2014
Pour tous ceux qui ont cru ou croiraient que Deby laisserait passer la gifle de Bangui sans réagir, ne connaissent pas la psychologie pathologique de l’individu. En effet, depuis un quart de siècle qu’il occupe le Palais de Djambal Ngato, le despote tchadien n’a été physiquement et moralement atteint que deux fois. La première fois c’était le 2 Février quand il avait fui en catastrophe devant les forces coalisées de CMU et l’un de ses poursuivants criait à tue-tête au Tokay « mon cousin, le soi-disant téméraire a fui et c’est moi qui le poursuis !! » Ce jour-là il avait eu la peur au ventre, car il s’est déjà vu entre les mains des petits rebelles qui le traiteraient comme un jouet. La deuxième fois c’était la destitution de Mr Michel Djotodia qui a été installé au pouvoir à Bangui par toute une nébuleuse visible et invisible dont Deby constituait la partie visible de l’iceberg. C’était une gifle magistrale qui lui avait été administrée par la France soutenue fortement par tous les Bantous de l’Afrique centrale. C’était une énorme humiliation dont les stigmates lui resteront collés pour très longtemps.
Cette destitution a eu deux conséquences directes ; d’abord après avoir constaté l’incapacité notoire de son protégé à gérer l’Etat et le comportement obscurantiste des hordes des ramassis conglomérées autour de SELEKA, Deby aurait pu trouver très rapidement une solution de juste milieu en concertation avec la classe politique et la société civile centrafricaine dont beaucoup des ténors entretenaient des relations maffieuses avec le tchadien ; non , sans prendre aucune pincette et surtout sans se référer à ses anciens partenaires (particulièrement les soudanais), Deby répond au quart de tour aux injonctions parrains en destituant manu militari le premier Président musulman de l’histoire de la RCA lequel a été savamment installé avec le concours des plusieurs mains invisibles ! Ce qui a eu pour conséquences immédiates le massacre à grande échelle des tchadiens d’une manière générale et des musulmans en particulier. Naturellement Mr Deby a été pointé du doigt dans tous les pays musulmans et les organes officieux de ces pays avaient largement vilipendé le comportement irresponsable « du leader tchadien qui a sacrifié les frères musulmans pour faire plaire aux mécréants occidentaux » (sic).
Effectivement des images abjectes et désolantes relayées par des chaines satellitaires, en provenances de la RCA, ont choqué plus d’un tchadien, et a créé en même temps des rancœurs tenaces contre Deby qui a jeté en pâture des milliers de concitoyens qui vivaient en toute quiétude depuis des années en RCA. Autant l’opinion occidentale lui lançait des fleurs en le qualifiant de l’homme incontournable dont l’armée est l’une des plus grandes armées aguerries capables des prouesses insurmontables, autant l’opinion tchadienne voyait en son Président un simple soldat aux ordres de qui paie le mieux, prompt à sacrifier ses compatriotes sans demander la note ! C’est cette dernière appréciation qui touche directement Deby dans son égo profond.
Pour reprendre la main et laver l’affront, le despote tchadien a d’abord laisser les choses s’entasser et pousser les anti Balaka à la faute vis-à-vis de l’opinion internationale, ensuite revoir l’incontournable Soudan pour établir un plan d’action global et général pour toute la sous- région.
Les nombreuses visites entrecroisées des deux Président depuis deux mois ont été l’occasion d’aborder amplement ce dossier concomitamment avec d’autres partenaires intéressés par le dossier. Les dernières retrouvailles d’Am Djeress avec l’apparition surprise d’un Tourabi, majestueux, réconcilié avec ses anciens acolytes, n’augurent en rien de bon pour la sous-région. Selon nos informations, l’éminence grise du mouvement islamiste soudanais a reproché aux deux présidents leur manque de stratégie concernant le dossier centrafricain tant sur le plan conceptuel et que sur celui pratique ; il faudrait, leur aurait-il martelé, reprendre les choses autrement en escomptant la mauvaise impression qu’ont laissée les milices chrétiennes vis-à-vis de l’opinion occidentale surtout auprès du Conseil de Sécurité des N.U .
Encore et encore une fois de plus, Deby qui est particulièrement remonté contre ses frères de l’Afrique centrale qui l’ont fait échouer sur toutes les lignes, reprend le flambeau de la revanche : le monarque de N’djamena fulmine contre les bantous qui ont poussé son homme (Djotodia) à la démission, ensuite ces mêmes bantou avaient manigancé pour que la Présidente et le PM ne soient plus de l’obédience d’IDI et enfin le Commandement de la force africaine a aussi échappé au despote de N’Djamena. En somme, les deux compères (Deby et Al Béchir) ont mordu de la poussière dans leurs manœuvres qui consistaient pour le soudanais à installer un premier président musulman en RCA et pour le tchadien d’avoir un protectorat qui lui servirait de porte d’entrée vers les forêts équatoriales !
Après des nombreuses conciliabules, la décision a été prise pour passer à l‘acte en évitant autant que peut se faire de rééditer les erreurs passées. Pour ce faire, il n’est plus question de propulser un musulman fut-il de souche à la tête de la RCA. Le prochain lauréat serait donc un homme politique chrétien connu pour son patriotisme issu d’une des plus grandes communautés du pays ; par contre le volet militaire devrait être entièrement confié à Deby. Celui a décidé d’abord de monter une rébellion avec les réfugiés centrafricains ; ensuite chercher à fédérer tous les groupuscules autour d’un seul vocable d’où le nom du mouvement le « Retour » en Sango, or il semble que l’opération prendrait beaucoup de temps, alors il décide de relancer la SELEKA et ce, malgré son passif désastreux. Les grandes manifestations anti françaises rentrent en réalité dans ce cadre. De même Noureddine Adam, un des Chefs de guerre de la SELAKA est exfiltré de Cotonou où il séjournait auprès de Djotodia. Noureddine a été reçu longuement par Deby et selon nos sources, il serait reparti en RCA avec la ferme mission de déstabiliser le régime de Bangui. Preuve de cette volonté, Deby vient d’envoyer une forte unité dirigée le CEMGA/Adjoint Tahir Youssouf Boy et le Chef d’Etat Major de l’Armée de Terre (CEMAT), Ismaël Hour, deux proches parents d’IDI, pour appuyer aux besoins, Noureddine Adam. Comme il a l’habitude de faire, s’il veut prendre de grandes décisions, Deby a annoncé à ses bouffons qu’il a la ferme intention de « régler le compte aux anti Balaka et aux Bantou et laver son honneur et le sang des tchadiens versés gratuitement sur le sol centrafricain ».
Les malheurs du peuple centrafricains sont loin d’être terminés.
Correspondance particulière (Am Djeress)"

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués