DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

RCA: le pied de nez des anti-balaka à la communauté internationale

Par Pousdem Pickou — Le pays - 02/04/2014

Les forces françaises de l’opération Sangaris et les forces africaines de la MISCA doivent mutualiser leurs énergies pour résoudre l’équation que leur pose la nébuleuse anti-balaka

 

Encore les anti-balaka, toujours les anti-balaka, est-on tenté de dire au regard des exactions que cette milice commet au quotidien sur les populations civiles musulmanes et ses actes de défiance répétés vis-à-vis de l’autorité de Catherine Samba-Panza et des forces étrangères présentes en RCA. A titre d’illustration, elle a eu l’outrecuidance, le 29 mars dernier, de s’en prendre à des soldats tchadiens, venus de leur pays pour rapatrier leurs compatriotes qui désirent quitter la Centrafrique. Au-delà de cet accrochage qui a laissé plus de 10 morts sur le carreau et qui a fait plusieurs blessés, se pose l’impérieuse nécessité de neutraliser les anti-balaka. En effet, aujourd’hui plus que jamais, les forces françaises de l’opération Sangaris et les forces africaines de la MISCA doivent mutualiser leurs énergies pour résoudre au plus vite l’équation à plusieurs inconnues que leur pose la nébuleuse anti-balaka, si elles veulent un retour à la normalité en RCA. Mais cette tâche pourrait être ardue au regard des considérations suivantes.

 


© Droits réservés
Les anti-balaka semblent avoir troqué les armes blanches contre des armes de guerre
D’abord, les anti-balaka donnent l’impression de ne pas répondre à un commandement unique et unifié. Si, originellement, l’on savait que cette milice avait été suscitée par le régime agonisant de François Bozizé pour servir de forces supplétives à l’armée centrafricaine en difficulté devant l’avancée de l’ex-Séléka de Michel Djotodia, aujourd’hui, les anti-balaka semblent devenus un corps acéphale qui sévit dans presque toutes les localités du pays et principalement à Bangui où il se signale régulièrement par des actes systématiques de violence dirigés contre les populations musulmanes, coupables à ses yeux d’avoir accordé gîte et couvert à l’ex-Séléka pendant l’éphémère régime de Djotodia.

Ensuite, les anti-balaka semblent avoir troqué les armes blanches dont ils se servaient pour opérer leurs dragonnades, contre des armes de guerre qui les rendent aujourd’hui capables de défier les armées professionnelles étrangères accourues au chevet de la RCA. Cette mutation des anti-balaka pourrait même laisser croire que derrière cette milice se cachent en réalité des éléments des Forces armées centrafricaines (FACA). En tout cas, la puissance de feu des anti-balaka peut laisser entrevoir, dans les jours à venir, un équilibre de la terreur, susceptible d’installer la RCA dans un enlisement qui rappelle la guerre des tranchées de 1914-1918. En cela, il faut saluer le déploiement prochain de la force européenne baptisée Eufor RCA, qui viendra en appui aux forces de Sangaris et de la MISCA pour une durée de six mois en attendant l’éventuelle arrivée sur le terrain d’une mission de paix et de sécurité des Nations unies. Il faut espérer que l’avènement de cette force européenne permettra, avec l’appui des forces internationales déjà présentes de mettre hors d’état de nuire les anti-balaka. Cela d’autant que le commandant en chef des forces africaines de la MISCA, entend désormais traiter les anti-balaka comme des ennemis. Au fait, la situation est devenue telle que toute initiative allant dans le sens de la paix en RCA doit d’abord et avant tout passer par un anéantissement des capacités de nuisance des anti-balaka.

Les anti-balaka sont en train de réunir tous les ingrédients pour comparaître un jour devant la CPI
Dans cette perspective, la France qui vient de communiquer à l’ONU une liste de personnalités centrafricaines censées soutenir l’effort de guerre des anti-balaka, semble appréhender le problème centrafricain par le bon bout. Cette initiative pourrait être salutaire pour la RCA. A ce propos, l’on peut dire que la France, qui est la puissance tutélaire de la RCA et qui a toujours fait la pluie et le beau temps au pays de Barthelémy Boganda, a certainement des éléments de preuve à fournir à l’ONU, à l’appui de cette liste, qui pourraient dissuader bien des apprentis sorciers. Déjà, l’ex-président François Bozizé, accusé à tort ou à raison d’être le parrain des anti-balaka, vient de sortir du bois, pour nier toute connivence avec eux.

Cette sortie ne peut pour autant blanchir le général Bozizé, connu pour avoir été la personne qui a porté sur les fonts baptismaux cette force négative qui, aujourd’hui, a tous les attributs d’un monstre qui se nourrit du sang de tous ceux qui ont le malheur de porter en RCA un patronyme à consonance musulmane. En réalité, les anti-balaka sont en train de réunir tous les ingrédients pour comparaître un jour devant la CPI, pour génocide. Face à cette tragédie que les populations civiles sont en train de payer au prix fort, François Bozizé, qui devrait avoir une posture de contrition, nourrit plutôt le rêve de revenir au pouvoir. Pour une indécence, c’en est une. La nouvelle Centrafrique en gestation actuellement ne doit plus s’accommoder d’hommes politiques de l’acabit de François Bozizé ou de Michel Djotodia. Elle ne peut pas non plus tolérer des agissements de milices de la trempe de l’ex-séléka et des anti-balaka. Au sujet de cette dernière, l’on peut d’ailleurs se poser la question de savoir ce que font encore ses représentants dans le gouvernement de Catherine Samba-Panza, puisque chaque jour que Dieu fait, elle s’illustre par des actes de défiance vis-à-vis des autorités de la transition et de la communauté internationale.

 

 
MOTS CLES :

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Tous les centrfaricains non musulmans sont des anti-balakas !

Par abou

04/04/2014 01:03

Arrter de grandir Bozizé qui a fui comme un lapin de Bangui. Tiangaye disait à raison ne pas croire Bozizé capable de monter une rébellion. En réalité les exactions des sélékas ont réveillé en pays gbaya et ensuite dans les autres tribus le nationalisme enfoui, en gestation depuis l'assasinat de Boganda en 1959. La guerre de Kongo-Wara qui a vu la défaite du colon francais était une révolte spontanée populaire, comme les bantous en ont le génie. Point besoin d'un leader pour déclencher une guerre ou une fête, les bantous ont ce génie là. C'est vrai qu'en afrique de l'ouest on du mal a croire en un mouvement spontanné sans leader. Bozizé a cherché et cherche simplement a tirer parti de ce mouvement qui ne répond aucunement de lui. La RCA compte à peine 2 % de vrais musulmans centrafricains, mais plus de 200 milles musulmans venus de toutes les contrées d'afrique, qui ont eu le malheur de faire cause commune avec les Sélékas. Ni la France ni les Nations Unies ne pourront les imposer aux centrafricains, qui les rejettent passionément au nom de leurs trahisons suite au pacte avec les diables sélékas. Les crimes des sélékas pendnat 12 mois sont SANS MESURE comparés aux actes criminels des anti-balakas. Je suis musulman centrfaricain, nous sommes hélas victimes de cette nouvelle perception du musulman par le centrafricain non musulman. Éviter de charger Bozizé, de relativiser les crimes massifs des sélékas de Djotodia, sinon la radicalisation du peuple centrafricain sera sans FIN, et malheureusement BOZIZÉ sera progressivement réhabilité comme un grand leader parce que détesté par la France et les pays musulmans d'afrique. Déjà le Tchad vient de subir une claque militaire et diplomatique en RCA, si la France continue elle quittera aussi la RCA parce que DÉTESTÉE par les populations. Elle en prend clairement le chemin en se faisant le porte-voix des crimes contre les musulmans alors qu'on l'a peu entendu pendant 12 nois de massacres en règle des Sélékas, allant jusqu'à s'opposer à des sanctions contre Djotodia et ses lieutenants, tout cela le peuple le sait. Et aujourd'hui elle s'acharne sur Bozizé, que le peuple ne considère nullement comme son tortionnaire. Le journal Le Pays devra bien se ressourcer pour croire des articles de négation des crimes des sélékas. Cela expose davantage les musulmans coincés en RCA. Attention de ne pas continuer à souffler sur les braises encores ardentes de la COLERE des centrafricains non musulmans.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journaldebangui.com
  • Journaldebangui.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués