NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Bangui: l’appel des fonctionnaires commence lundi, 24 mars

Par journaldebangui.com - 22/03/2014

L’inspection générale veut tenter de réduire la masse salariale de l’Etat centrafricain

 

Dès lundi, 24 mars 2014, le gouvernement centrafricain veut procéder à un contrôle physique dans tous les départements ministériels, en vue de dénicher les fonctionnaires fictifs et réduire la masse salariale qui est passée de 3 à 5 milliards de FCFA par mois. Pour la réussite de ce contrôle prévu jusqu'au 27 mars, l’inspection générale d’état en Centrafrique demande à chaque fonctionnaire ou agent de l'Etat de se munir de sa pièce d'identité ou de son passeport en cours de validité, plus un bon de caisse du mois de septembre ou octobre de l'année 2013. «'L'augmentation de la masse salariale en Centrafrique est due non seulement aux différents grades de colonel et des généraux les éléments de la coalition séléka après le 24 mars mais aussi aux créations et nomination à des postes de complaisance non budgétisés», a expliqué une source proche de l'inspection générale d'état.

 


© journaldebangui.com
Ainsi, il a dénoncé «la création du Comité Extraordinaire de la Défense des Acquis Démocratique (CEDAD) placé sous un directeur général, le général Mahamat Adam Nouredine, avec rang et prérogative du Ministre d'état». Profitant de l'accalmie et du retour à la normale des services de l'Etat, après les crises récurrentes qui ont secoué le Centrafrique éparpillant l'ensemble du personnel de l'Etat sur des sites des déplacés internes, en exil et occasionnant des décès, il est opportun dit l'inspecteur général d'état, Jean Edouard Koyambounou, que «l'Etat puisse connaître l'effectif réel de son personnel en activité».

Pour M Koyambounou, le choix de la capitale pour le début de l'opération est crucial parce que la quasi-totalité des fonctionnaires civils fuyant les exactions dans les provinces est en ce moment à Bangui. «Nous retenons Bangui comme une zone pilote pour cette première opération pour contrôler la présence physique du personnel civil de la fonction publique et nettoyer le fichier individuel de ces fonctionnaires pour retrouver le vrai chiffre de ceux qui sont en activité», a-t-il souligné. «Ça, c'est encore de la poudre aux yeux. Nous, fonctionnaires avons connu en 2004 le contrôle FURCA (Fichier unique de référence en Centrafrique). Qu'est ce que cela a amené de concret ? Nous souffrons toujours de ce problème de versement à terme échu de salaire», proteste ce fonctionnaire, avant d'ajouter: «aujourd'hui ce qui est primordial c'est le paiement de nos salaires. Nous avons déjà 5 mois d'arriérés de salaires».

 

 
MOTS CLES :

5 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

contrôle physique?

Par toresdembimba

22/03/2014 21:27

le contrôle va se dérouler comment? il y a des centrafricains à l’extérieur de la RCA, en brousse, d'autres épargnés par-ci par-là dans les quartiers de Bangui et province, alors Monsieur le Ministre dites nous comment cela va se procéder pour ne pas punir les innocents injustement. Laissez tomber les A SAUTE MOUTON et aller au pas car notre gouvernement à laisser passer beaucoup de temps inutile et ça désorganise au fur et à mesure l'état. Penser d’abord au processus réel de la paix en suite la reprise effective des travailleurs pour enfin procéder au contrôle physique de fonctionnaires

Très bonne initiative, mais il faut agir avec circonspection.

Par Ngarra

23/03/2014 08:13

Je trouve que c'est une bonne initiative car depuis de nombreuses années la plupart des fonctionnaires sont animés par la culture de la paresse ou ne sont présents à leurs lieux de travail que pour quelques minutes, on va dire. Ce n'est pas sérieux !

Cependant, avec la situation de crise, de peur et aussi de manque de moyen financier pour survivre, il faut examiner les situations au cas par cas. Mais il faut le faire régulièrement à partir du moment où on recommencera à les payer normalement. Toute peine mérite un salaire, dit le dicton. C'est aussi l'occasion de punir sévèrement les fonctionnaires qui exigent ouvertement, ou de manière détournée, des pots-de-vin, des dessous-de-table pour un service public rendu.

C'est inadmissible qu'à l'hôpital par exemple, la règle est désormais établie de " glisser à chaque fois 1000 francs CFA " aux infirmiers et infirmières qui soignent ( injections, pansements... ) un malade, alors qu'ils perçoivent un salaire ! Il n y a pas que là : toute l'administration centrafricaine est corrompue. C'est honteux ! Commencez par les hauts responsables... Il y a du boulot.

Oui aux contrôles non à la diversion

Par Nomzamo

23/03/2014 12:05

Que les nouvelles autorités assurent d'abord la sécurité à tous les Centrafricains qui pour certains sont encore déplacés à l'intérieur et à l'extérieur du pays avant de nous parler de contrôle.

Mon petit doigt me dit que les nouvelles marionnettes ont choisi cette date anniversaire (24 mars 2014) de l'invasion de la RCA par leurs alliés SELEKAS pour empêcher les Centrafricains qui sont fonctionnaires à manifester ce jour comme c'est prévu par la société civile.

Que l'Etat paye régulièrement les fonctionnaires pour être en mesure de lutter sans faille contre les fonctionnaires fantômes et la corruption.

La lutte contre la corruption passe obligatoirement par le paiement régulier à date fixe des salaires.

Ces marionnettes feraient mieux de commencer à lancer des mandats d'arrêts contre les criminels sélékas afin de rendre justice au peuple Centrafricain.

Les informations venant du pays font état de la reprise des hostilités au km5 pris en otage par les musulmans. Les anti balakas sont décidés à libérer le km5.

La sécurité est la première condition pour un retour à un fonctionnement normal du pays.

La lutte contre la corruption doit être faite à tous les niveaux en commençant par ceux qui ont la prétention de diriger le pays.
L'exemple doit venir d'en haut.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués