SOCIéTé  |    

Paix: les leaders religieux centrafricains sur VOA

Par Source: VOA - 21/03/2014

Les trois hommes espèrent que très vite qu’une opération onusienne de maintien de la paix se déploiera dans leur pays

 

Dieudonné Nzapalainga, Nicolas Guérékoyame Gbangou et Omar Kobine Layama sont revenus sur leur visite dans la capitale américaine washingtown. Alors que la Centrafrique reste en proie aux violences, les trois hommes espèrent que très vite une opération onusienne de maintien de la paix se déploiera en RCA. Jusqu’à ce vendredi, 21 mars les trois hommes devaient rencontrer, en autre, des membres du Congrès, du Département d’Etat et du Conseil National de Sécurité. Et avant de retourner en Europe, pour poursuivre leur sensibilisation sur la situation en Centrafrique, les leaders religieux centrafricains ont expliqué avoir reçu «des promesses et engagements pour accompagner le processus de pacification du pays», selon l'imam Layama. «Le conflit n'est pas religieux mais militaro-politique», a quant à lui expliqué le révérend Gbangou. «La situation dans notre pays mérite une attention particulière comme la Syrie et l'Ukraine. Nous devons être au centre de l’intérêt américain.»

 


© VOA
Dieudonné Nzapalainga, Nicolas Guérékoyame Gbangou et Omar Kobine Layama à Washington, le 18 mars 2014
Alors que l'Onu estime que près de 2,5 millions de Centrafricains ont besoin d'assistance, les religieux affirme que le vivre ensemble est toujours possible à Bangui. «Actuellement en Centrafrique, l'Etat est impuissant, inexistant. L'Etat n'a pas les moyens pour assurer ses obligations», selon Mgr Nzapalainga. La démocratie américaine reste un modèle pour une Centrafrique à la dérive selon l’archevêque de Bangui, Dieudonné Nzapalainga : «l'union fait la force. Les Etats Unis d'Amérique sont unis et si nous le sommes, notre combat aura du sens. Nous portons la voix des Centrafricains qui aspirent à la dignité, l'unité et au relèvement.» Concernant la crainte d'une partition du pays, «la crainte est encore là. Tous les musulmans en Centrafrique ne sont pas des étrangers», estime Nicolas Gbangou.

«Le Tchad ne peut pas prétendre aider le pays et l'enfoncer dans la détresse. La collaboration avec ce pays frère doit connaître un nouvel essor. Intégrer le Tchad au sein de la Misca n'est qu'une manière de tromper le peuple centrafricain. L'Union africaine devrait demander la suspension de cette participation tchadienne à cette force jusqu'à ce que la collaboration bilatérale entre nos deux pays soit revue», selon lui.

La saison des pluies qui s'annonce est aussi une source d'inquiétude. «[i Nous venons de faire une tournée à l'intérieur du pays et certains villages ont été entièrement brûlés. Les populations dorment sous les arbres. Des femmes, des enfants, des vieillards qui ne pourront pas se protéger des pluies et des maladies. Il faut une action humanitaire d'urgence», insiste l'imam Layama. L'archevêque de Bangui estime que la Centrafrique est revenue à l’âge de pierre en matière d'agriculture.

Dans ce contexte, la tenue des élections d'ici février 2015 semble impossible, constatent les trois leaders religieux. Mais malgré le chaos, l'espoir demeure. «Quelle que soit la durée de la nuit, le jour nouveau finira par se lever. Musulmans, Chrétiens, ensemble, se tiendront la main pour construire la Centrafrique. Tôt ou tard, ce message retentira dans le cœur des Centrafricains», affirme Mgr Nzapalainga. Les trois hommes ne rentreront dans leur pays que début avril après avoir achevé une nouvelle tournée en Europe.

 

 
MOTS CLES :

2 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Pourquoi comptons nous tjrs sur les autres? hein!!!

Par sorokaté

23/03/2014 23:48

Et nos FACA? huumm!!!
Dites moi, les casques bleus se sacrifieront pour nos beaux yeux à la place de nos FACA?

Je vous conjure: Il y a des volontaires au sein de notre société qui veulent bien qu'on leur engage pour DÉFENDRE la SOUVERAINETÉ de notre territoire pourvu qu'il y ait une réelle volonté politique en RCA.
Si nos FACA ont répondu au grand rapport au nombre de 6000 têtes c'est déjà suffisant il suffit de faire un tri parmi les anti-Balles AK et notre armée est remise en condition. Mais dommage qui ferait cela? quel leader politique centrafricain pourra relever ce défi madame Mballa? mr Nzapa yéké? mr Ziguélé? mr Démafouth? Mrs Ndouba? Ngérékata? Qui? qui donc!!! huuum!!! nos politicards actuels s'amusent avec le feu sur un toi en paille.

NB: Au lieu d'insister sur la question de doter nos FACA, ils préfèrent que notre souveraineté territoriale soit assurée par les étrangers(sangaris-casques bleus, casques jaunes, casques violets, casques blancs....)

J'ai comme l'impression que tout ce qui nous arrive nous n'avons pas encore tiré des leçons: La ligne rouge de DAMARA était sous surveillance de quelle force? quelle a été la réaction de la seleka face à ludique ligne rouge de DAMARA?
" Même les plantes ont développé des stratégies pour se défendre contre toute agression extérieure,exemple du piment avec sa saveur PIQUANTE." il y a également certaines plantes dites à puce( herbe à puce) au moindre contact avec ces plantes apparaissent des réactions phytodermatites ...

Un pays digne du nom a comme première institution de souveraineté son 'ARMÉE NATIONALE or, en RCA c'est bien le contraire. NE DORMONS PAS AVEC LES YEUX OUVERTS.

Chers hommes de Dieu de Centrafrique même l'éternel on l'appelait : L’ÉTERNEL Dieu DES ARMÉES "

L'avenir nous le dira...
Sorokaté Alias Domzan-Bene.

aux leaders religieux

Par badassinga

24/03/2014 17:21

Messieurs , votre rôle n'est pas de prendre une partie prise , soyez justes. vous faites la pression sur les anti- balaka alors que les ex séléka circulent librement avec leurs armes font de forfaits sur la population centrafricaine chrétienne , s'ajoute a cela les menaces de Mme Samba Panza qu'elle va faire la guerre contre les anti-balaka.
Je vous rappelle que grâce aux anti balaka les centrafricains se sentent protèger , ils défendent la patrie , votre copain l'imam de Bangui savait que des imams sont venus du tchad et soudan pour imposer la chariat en Centrafrique , il savait déjà que la partition du pays allait se faire . De qui se moque t on ? messieurs les religieux , est ce que vous savait le frère de djotodia voulait quitter le pays avec une mallette pleine de l'or de diamant et de billet de banque qui ont été saisis par les sangaris à l'aéroport de Bangui ,même cas pour la fille de Mme Samba Panza qui a volait 35000 euros pour venir en France , heureusement cette somme a été saisie à l'aéroport de Bangui par les Sangaris . Il lui reste 11 mois , mais en attendant elle et sa famille vont appauvrir davantage notre pays . Défendez encore le diable

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués