NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Libreville: Mme Catherine Samba-Panza reçue en audience

Par Source: gaboneco.com - 19/03/2014

La présidente centrafricaine de la Transition a tenu à faire le point sur la crise que traverse son pays et remercier le président gabonais de son implication dans l’effort de maintien de la paix

 

L'ordre du jour de la rencontre entre les deux personnalités, portait essentiellement sur la situation sécuritaire, économique et politique de la Centrafrique. Reçue en audience par le Chef de l'Etat, Ali Bongo Ondimba, la présidente centrafricaine a tenu à faire le point sur la crise que traverse son pays et remercier le président gabonais de son implication dans l’effort de maintien de la paix en Centrafrique. "Cette visite fraternelle est un symbole de remerciement car le Gabon s'est toujours impliqué dans la crise centrafricaine, depuis l'époque d'Omar Bongo Ondimba, à son successeur Ali Bongo Ondimba, le Gabon a toujours su donner son coup de main pour aider à une sortie de crise. C'est une visite consultative aussi, car je viens prendre des conseils auprès de mon frère" a déclaré Catherine Samba-Panza à sa sortie d'audience.

 


© gaboneco.com
Mme Catherine Samba-Panza reçue en audience par Ali Bongo Ondimba à Libreville au Gabon
Pour Ali Bongo Ondimba, la présence à Libreville de son homologue de la Centrafrique est un signal encourageant dans l'action à mener. "Nous sommes impliqués car il s'agit de nos frères et nos soeurs. Il faut tirer des leçons du passé et agir de manière pragmatique. Personne ne gagnera ce conflit par les armes. Il faut bien voir que ceux qui ont voulu régner par les armes n'ont jamais atteint un objectif positif. Il faut s'asseoir pour faire taire cette énième crise. La communication est le seul moyen de sortie de crise, il faut donc discuter et mettre en place des fondements pour une paix durable. A l’heure actuelle il faut chercher à mettre en place une administration pour que la Centrafrique se réveille", a souligné à son tour Ali Bongo Ondimba. Les échanges entre les deux chefs d'Etats se sont déroulés en présence d'une délégation centrafricaine, du Premier minister gabonais Daniel Ona Ondo, d’Etienne Massard, secrétaire général de la présidence et du ministre de la Défense Ernest Mpouoh.

 

 
MOTS CLES :

7 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Les marionnettes se retrouvent....

Par sorokaté

19/03/2014 13:08

Mais dans cette condition comment l'AFRIQUE Francophone connaîtra le développement?
Au Gabon un président a passé 40 ans au pouvoir seule la mort l'a emporté, son fils s'auto proclame sous un masque d'élection présidentielle Ali BONGO devient président. Ce que j'appelle une dynastie.

Au Cameroun un autre président a passé plus de 30 ans au pouvoir..
Au Tchad Un autre Dictateur(Idriss Déby) arrive au pouvoir par soutien du colon qui, aujourd'hui dévient une allié pour la FranceAfrique. En Centrafrique Boganda est assassiné, son neveux Dacko arrive selon la volonté du colon, BOKASSA arrive suite à l'opération BARRACUDA (France) Kolingba fera son entrée au palais de la RCA par soutien de la France ( colon). SEULEMENT monsieur A.F.PATASSE a été le seul et unique choix du peuple CENTRAFRICAIN ce qui sera éphémère car le colon est défié.

PUfffff Par la puissance du feu des canons de la France monsieur BOZIZE renverse le seule et unique président élu par le peuple Centrafricain PATASE le 15 Mars 2003 encore sous le mandat du peuple RCA. Monsieur Bozizé va tout de suite commettre du pêché en voulant creuser à plus de 50m en profondeur du sous-sol de la RCA.

Les BABA-Ladé , KONY, les Zaraguina.... ont essayé en vain de décourager les CHINOIS. Le colon s'est appuyé sur la TCHAD pour réussir le 24 Mars 2013.
Un inconnu du peuple mais connu du colon va s'auto proclamer président DONDOJA.puuuuuuuuufffffffffff. le peupel centrafricain va vivre l'enfer ici bas.

Le colon a trouvé une stratégie , démettre ce dernier puis le remplacer par madame Mballa dite PANZA qui était nommée maire de la ville de Bangui par monsieur DONDOJA. Simple changement de tête mais rien de nouveau. Même Système.

Au Mali même Scénario de" terroriste" le colon place un autre président marionnette. En Cote d'Ivoire même Chose chose.
En Libye n'en parlons pas. Partout en AFRIQUE Francophone c'est la HONTE. A quand la vraie INDÉPENDANCE?

Je ne comprends pas pourquoi Les Syriens ne sont pas secourus par la France? En Ukraine que des sanctions économiques contre les proches collaborateurs de POUTINE président RUSSE.
NB: la France et les USA n'ont pas pris de sanctions contre POUTINE mais contre ses proches collaborateurs hahahahaha.

En Syrie POUTINE a dit niet règne un silence radio. Bachar Al ASSAD continue de bombarder les Djihadistes soutenus par la France...

En ce qui concerne les présidents des pays Africains Francophone: Paul BIYA, Déby, Sassou, Ali Bongo, Allasane Ouatara, IBK au Mali, en Libye..... en RCA madame Mbala PANZA tout ce monde, personne n'a été choisie par le peuple.

NB: Un président est comme le cerveau humain et le peuple est comme le reste du corps, ainsi le cerveau a comme mission de piloter le corps et les deux doivent être en symbiose....or, en Afrique Francophone le cerveau est en bagarre continuelle avec le reste du corps. hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii le corps n'est pas en convergence avec le cerveau. C'est un monde des FOUS. l'Afrique Francophone souffre il lui faut un psychiatre, un psycho loque...

Pour ma part je n'attends rien de la part de ces marionnettes à la tête de mon pays. Comment comprendre que le peuple Centrafricain trouve la FRANCE comme épicentre de son malheur cependant la " présidente" de transition en RCA déclare avoir besoin du soutien Français pour aider la RCA à se développer. Le cerveau et le reste du corps en perpétuel conflit= Folie.

Mon pays va mal, l'Afrique Francophone va mal.
L'ONU? L'UA,? l'UE?, les droits de l'HOMME? la CPI?, le TPI?, la déclaration Universelle des droits de l'HOMME? que des vains mots. des VAINS MOTS.

Sorokaté Alias Domzan-Bene.

STOP STOP STOP !!

Par Kongowara3

19/03/2014 15:12

Madame la Presidente de transition,
Vous voyagez bcp trop - Je me demande si votre interim se devait d'etre 'ambulante' aussi. Serait ce là votre maniere de d'utiliser les maigres fonds de caisse de notre patrie deja en lambeaux?

Votre terrain c'est Bangui, matin au soir, 24h/24 !!
Pas envie de vous voir aussi jouer les pigeons voyageurs, encore moins de continuer à demander de l'argent aux autres qui ont leurs propres problemes ou sont determinés à voir la RCA tomber..

Rentrez chez vous et commencez par mieux gerer le peu qu'on vous a deja accordé (faire ses preuves), rappeler les 35 000 euros liquides sortis par votre fille (cela peut payer nos infirmiers), puis créer de l'argent autour de nos propres richesses en utilisant les ressources minieres/forestieres dont le pays est doté...

Je vous retrouve dc à la maison

heuh pendant que vous voyagez les mercenaires brûlent tous les villages sur leur passage dans les provinces centrafricaines.....

Par sorokaté

19/03/2014 16:57

RCA: des ex-rebelles Séléka et du FPR de Baba Ladé dans la région de Bossangoa
RNL, 18/03/2014 11h44

Des éléments de l’ex-Séléka et des combattants du chef rebelle Tchadien Baba Ladé ont investi le week end dernier le village Koki, situé à 80 km au nord de Bossangoa. Selon le maire de ce village, ces hommes armés ont commis des exactions sur la population civile et la plupart a fui la localité. Selon la même source, tout a commencé le 28 février dernier lorsque des éléments de la Séléka venus de Batangafo ont attaqué le village Koki. Repoussés par les Antibalaka, ils sont partis en direction de Boguila, où quatre véhicules pick-up ont été emportés. Une personne a aussi été tuée au cours des affrontements.

Le témoin poursuit qu’en quête de renfort, ces éléments ont été aussitôt rejoints par une bande en provenance de Koki, Nana Bakassa, Boguila et les zones sous contrôle des hommes de Baba Ladé. Le 12 mars 2014, ils ont attaqué le village Koki, brûlé des maisons, pillé des biens de la population, et vandalisé l’église catholique. Pour se mettre à l’abri des exactions, les habitants du village se sont dirigés, certains vers Nana Bakassa, d’autres vers Bossangoa.

Ce vendredi, 14 mars plus de 262 personnes ont été enregistrées par la Caritas de Bossangoa. Ce nombre pourra être revu à la hausse vu l’afflux des habitants de ce village. Les ravisseurs, selon les témoins, seraient repartis vers la frontière tchadienne où se seraient évaporés dans la nature.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués