SOCIéTé  |    

Le château des Bokassa vendu aux enchères

Par journaldebangui.com/leparisien.fr - 12/01/2011

Un acquéreur privé a enlevé la mise à hauteur de 915.000€

 

Le château de la famille Bokassa, dans les Yvelines, a été adjugé 915.000€ lors d'une vente par adjudication, mercredi matin. L'avocate mandatée par une famille a emporté la mise. L'identité des acquéreurs qui compte en faire de la propriété une résidence secondaire reste confidentielle. La ville d’Hardricourt était intéressée pour en faire une maison de retraite. Le tribunal de grande instance de Versailles avait décidé de cette vente afin de permettre à l'Etat français de recouvrer une petite partie des sommes que l'ex-souverain de République Centrafricaine, Jean-Bedel Bokassa, décédé en 1996, devait au fisc. La famille dispersée était en désaccord sur l'héritage.

Une mise à prix de 735000 €
Ainsi, ce 12 janvier, ce château de 547,78 m2 avec une maison de gardien de 95,49 m2, le tout sur 1 ha de terrain, a été mis en vente aux enchères publiques au prix de 735000 €, à moins qu’un des héritiers ne s’y oppose. Le château était habité occasionnellement par «un frère, militaire de carrière, qui y logeait lors de ses permissions», précise Marie-France, était vide la majeure partie du temps. S’il semble que la plupart des héritiers aient fait une croix sur cet héritage trop lourd, Georges, le fils aîné, ancien ministre de la Défense de son père, ne compte pas laisser faire: Les avocats, l’Etat français, ils veulent nous spolier, mais je ne les laisserai pas faire, conclut-il.

 


© Leparisien.fr
Le château de la famille Bokassa dans les Yvelines
En froid avec de nombreux membres de sa famille, il espère pourtant mener son combat jusqu’au bout, pour sauver l’héritage des Bokassa. «Ce serait possible», selon un spécialiste, qui explique que Georges présent lors de la vente aux enchères, a bien la possibilité de faire annuler la vente, mais que cela ne fera qu’aggraver la situation, puisque tous les frais engagés s’ajouteront à la lourde note que doit déjà la famille, conclut le magistrat. Selon, Marie-France, son frère aîné serait surtout inquiet, car le château de Mézy-sur-Seine, dans lequel Georges est domicilié, risque de connaître le même sort un jour ou l’autre. J’ai parlé à plusieurs membres de la famille, et même si cela ne nous enchante pas, nous ne nous opposerons pas à cette vente, précise-t-elle, avant de conclure. La vente sera considérée comme définitive après dix jours s'il n'y a pas de surenchère.

Condamné, puis gracié, Jean Bédel Bokassa est décédé d’une crise cardiaque en 1996, laissant 36 héritiers dispersés à travers le monde. Nous sommes nombreux, et c’est vrai que nous n’avons jamais réussi à nous mettre d’accord sur l’héritage, confirme Marie-France Bokassa, une des héritières, domiciliée à Hardricourt. La famille ainsi dispersée a laissé le temps passer, et la note des droits de succession grimper. Selon le cabinet chargé de la vente, c’est l’administrateur de biens, mis en place au décès de Jean Bédel Bokassa, qui a décidé de la vente, pour permettre à l’Etat français de recouvrir son dû, dont le montant n’a toutefois pas été révélé: Cela fait assez longtemps que l’administrateur essaie de trouver des solutions et il est temps désormais de clore ce dossier, conclut un membre du cabinet.

 

 
MOTS CLES :  Bokassa   Vente Enchères   Spoliation   Versailles   Yvelines   Georges 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués