NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Droits de l’Homme: la commission veut un nouveau départ pour la RCA

Par journaldebangui.com - 13/03/2014

La déclaration a été faite par le président, Muna, de la Commission internationale chargée d'enquêter sur les violations des droits de l'homme en République centrafricaine

 

Conduite par son président, Bernard Acho Muna, du Cameroun, les membres de l’équipe sont déjà présents dans la capitale centrafricaine. Ladite Commission comprend en plus deux autres experts de haut niveau, Jorge Castañeda, du Mexique, et Mme Fatimata M'Baye, de la Mauritanie, ainsi que le coordonnateur de son secrétariat, Roland Amoussouga, du Togo. «Notre but est de mener des enquêtes dont les résultats seront présentés dans un rapport au Conseil de sécurité des Nations Unies. Nous sommes donc venus pour rencontrer et écouter toute personne qui a quelque chose à dire», a dit le président de la Commission internationale à son arrivée, soulignant que «la population centrafricaine doit désormais savoir qu’il n’y aura pas de réconciliation sans la justice, et que toute personne impliquée dans des actes de violence et des violations des droits de l’homme ne peut faire partie d’un gouvernement de réconciliation, ni échapper à la justice. Nous voulons un nouveau départ, avec un processus de réconciliation qui prend en considération les victimes».

 


© flickr.com/photos/information_binuca
Les membres de la commission à l'aéroport de Bangui, Mpoko
Sur place, la Commission internationale d’enquête, dont la période d’investigation s’étend du 1er janvier 2013 jusqu’à aujourd’hui, rencontrera les autorités de la Transition et les autres principaux acteurs: les leaders politiques et religieux, la société civile, les représentations diplomatiques et internationales, ainsi que les Forces internationales, MISCA et Sangaris. Ont également été prévues des visites de terrain, notamment les sites de personnes déplacées. Il convient de rappeler que le président de la Commission internationale chargée d'enquêter sur les violations des droits de l'homme en RCA avait effectué, du 26 Février au 1er mars, sa première visite dans le pays afin d’établir des contacts formels avec les principaux acteurs du pays.

Interrogations autour du départ de Jorge Castaneda
La commission chargée par le Conseil de sécurité des Nations unies d’enquêter sur les violations des droits de l'homme en Centrafrique a seulement deux semaines pour mener à bien sa mission, qu’elle entame par un couac. Selon RFI, l’un des trois experts a quitté précipitamment la Centrafrique. Les raisons de ce départ restent floues. Avec les deux autres experts, la Mauritanienne Fatimata Mbaye, vice-présidente de la FIDH, et Jorge Castaneda, l'ancien ministre mexicain des Affaires étrangères, le président Muna doit rendre leur rapport au mois de juin. Mais la mission à peine commencée mardi soir à Bangui, Jorge Castaneda, a pris l'avion dès mercredi 12 mars dans l'autre sens. «Il a fait un scandale quant à ses conditions d'hébergement et a décidé de repartir», a confié à RFI une source onusienne. Au sein de la commission d'experts, on indique que l'ancien ministre mexicain a du quitter la Centrafrique en urgence «pour régler un problème personnel».

 


© flickr.com/photos/information_binuca
Mme Fatimata M'Baye, de la Mauritanie (g) seule femme de l'équipe
Créée par le Conseil de sécurité le 5 décembre 2013 (Résolution 2127) pour une période initiale d'un an, la Commission internationale a pour mandat d’enquêter sur les violations du droit international humanitaire et du droit international des droits de l’homme, ainsi que les atteintes aux droits de l’homme perpétrées en RCA depuis le 1er janvier 2013. Elle est également chargée de collecter et évaluer des informations pouvant aider à identifier les auteurs de ces violations et abus, et à déterminer leur responsabilité pour une éventuelle poursuite en justice.
 
MOTS CLES :

5 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

La France seule coupable dans la crise en Centrafrique

Par Principe Actif

13/03/2014 19:12

Nous dénonçons que seule la France qui est l'unique coupable, cible potentielle et directe dans cette crise en Centrafrique.

Seule la France investigateur qui est le moteur, promoteur, activateur et improvisateur de cette tension de la violence en RCA juste pour sa vision de prolongement de son entrepris d'enrichissement gratuit sur les richesses de sous-sols Centrafricains.

Seule, la France ne peut être responsable parce que c'est lui l'excitateur de ces actes odieux, de la boucherie et de la barbarie en RCA et ne pourrait répondre à ces actes devant la CPI.

Seule, la France pourrait être dénoncer et comparaître devant la CPI, si jamais réellement, il aurait une démarche d'enquête sur ces atrocités en RCA parce que c'est la France qui est le commanditaire.

La France est la seule l'élément déstabilisateur actuellement et précédemment dans l’enjeu de la paix en RCA,

si jamais elle serait épargner et isoler devant la CPI, nous dirons que votre démarche d'enquête ne sont que des utopies pour mystifier le sens de la réalité au profit des faibles.



Si c'est n'est pas la France transcriptrice, la Centrafrique est loin de parvenir à ce stade de la boucherie et de la barbarie.

Si c'est n'est la France l'excitateur actif que les Centrafricains ne pourront être des participants passivement n’a qu'après dans ses jeux.

Selon-moi, s'il y a une personne à dénoncer pour qu'on la poursuivre devant la CPI,

cette personne, c'est seulement la France et les restes des agitateurs potiches ne sont que participants et des exécuteurs de son ordre!

seule! la France ne peut commettre un crime génocidaire et une épuration ethnique PAR CE QUE ces faits c'est l'une de sa methode de parvenir directement son but. Et il est temps de la poursuivre devant la CPI.

Tant qu'elle ne serait jamais poursuivre, la RCA est loin de sortir dans ses traquenard de la déstabilisateur.

Vive la Centrafrique unie et nous dénonçons la culpabilité de la France en tant le promoteur directe dans ces atrocités odieuse, ignoble de la boucherie et de la barbarie commises en RCA.

LE COUPABLE C'EST LA FRANCE

Par STAN

14/03/2014 15:51

CE N'EST PLUS UN SECRET DE POLICHINELLE,LISEZ JEUNE INDEPENDANT.NET VOUS ALLEZ AVOIR LA CONFIRMATION DE LA CULPABILITE DE LA FRANCE DANS LE MASSACRE ET LA DESTRUCTION DE LA CENTRAFRIQUE.AU LIEU DE DEMANDER LE DEPART DE NOS FRERES BURUNDAIS ET TCHADIENS,DEMANDER PLUTOT LE DEPART DE LA FRANCE C'EST LE PRIX DE LA RECONCILIATION ET LE RETOUR DE LA PAIX EN RCA.

Tout se qui se passe en afrique francophone,lafrance ne peut l'ignorer

Par AMEN

14/03/2014 17:23

La comedie,sincèrement si vous vous etes activé en force,tous ces Etats qui jugent aujoiurd'hui, Séléka n'aurait pas laissé tant d'hecatombes.Le centrafricain,le noir ne vaut rien,meme un chien est mieux défendu,regardez l'histoire du chat jetté patte cassée et la réaction rapide,Nous séléka tuait ça n'interessait personne. On aurait du prler deschiens que séléka abattait quand ils les rencontraient aboyant rentrant des concessions pour piller ,peut etre que des assosciations des animaux auraient pousserleurs etats à agir? Mais aujourd'hui que le Qatar et Déb ont changé de stratégie d'anéantissement de leurs ennemis ou de ceux qui empechent la réalisation de leur objectifs,la methode est la corruption au sommet de tous ces gens au discours formatés que vous entendez aujourd'hui:on tue des musulmans,tout tourne autour des musulmans comme si en 10 mois il se souciait de quelque chose en centrafrique. La manipulation ne mordra pas car tout le monde en centrafrique connait la vérité. La france n'est pas innoncente dans tout ce quiest arrivé,le tchad plutoit Déby non plus et le soudan. faites des enquetes pour chercher par qui et comment ceci est rriver et après on suivra pour le reste.
Aujord'hui on parle de soldats de baba ladé au nord de centrafrique. Cet opposant tchadien avait errédans nos brouuses faisant des dégats.Bozizé l'a renvoyé chez déby,alors pourquoi le president Déby ne compose pas ou ne laisse pas une place suffisante de liberté à ses opposants? Et voilà les opposants etouffés de ce dictateur qui prennent des armes et pertubent chez nous avec quelques limités à qui ils inculquent l'esprit sauvage et belliqueux du tchad. Que l'onu et la communauté internationale disent à ce dictateur et ce peuple belliqueux que la democratie c'est autre chose que ce que deby montre et que ses cousins guerriers montre. voila une des causes de ce qui arrive en centrafrique. La dictature extreme de déby qui accouche de rebellions. Faites l'enquête et de savoir si la presence chinoise derange les centrafricains,pourquoi la france secomporte encore comme ci le petrole centrafricain lui appartient et nous dire si il y a independance ou non et quelle conclusion pour l'onu pour tout cela.Quant aux autres ong dont on connais leur role de relias néfaste en afrique,la question des droits de l'homme,ils n'ont pas faitleur boulot en mars avril 2013.ils viennent en 2014,nosproches sont sous terre et sont encore cible de seleka et on nous distrait avec du n'importe quoi. Nous on a qu'un pays,et une maison a construire difficilement,les autres n'ont vraiment d'attaches de lieu,aujourd'hui on dit qu'il y a un gisement de ,ou de bonnes mines de diamant au congo ou malawi,demain ils s'installeront sans problème au congo ou malawi,ainsi de suite. Nous on a une histoire avec la terre de nos ancetres et pour aucune raison du monde,nous allons faire le tour du monde pour changer de face comme des cameleons. On restera centrafricain et n'oublierons jamais le village de nos ancetres. Nous sommes attachés aux gens ,pas aux biens qui font courir les frontières certains et qui ont d'attaches nulle part sinon celles du gain. alors qu'onne nous abuse pas,nous le savons tous

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués