NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

François Hollande menacé de mort par des djihadistes

Par AFP - 12/03/2014

En représailles à l'intervention militaire française au mali et en Centrafrique

 

Selon une information publiée par l’AFP, des djihadistes auraient lancé des menaces de mort contre le président François Hollande en riposte à l'intervention française au Mali et en Centrafrique, dans un texte mis en ligne sur un site islamiste. «A nos loups solitaires en France, exécutez la tête de l'athéisme et de la criminalité. Terrorisez son maudit gouvernement, faites les exploser et faites leur vivre l'horreur», indique le document posté sur «La plateforme médiatique des Moujahldine», proche d'AI-Qaïda. «Ni Hollande, ni ses soldats ne connaîtront la paix en France à moins que les musulmans du Mali et de la Centrafrique ne la vivent concrètement chez eux», ajoutent les djihadistes, dans des termes similaires à ceux du fondateur d'AlQaïda Oussama ben Laden quand il s'était adressé à Israël et aux Etats-Unis après les attentats du 11 septembre 2001.

 


© africatime.com
Image d'illustration
Accusant la France de mener et de soutenir le nettoyage ethnique et les croisades meurtriers les musulmans en Centrafrique les djihadistes interpellent leurs partisans en France pour qu'ils «retracent le chemin de Mohamed Merah et déclenchent la guerre en France jusqu'à l'arrêt total de ses agressions au Mali et en Centrafrique». Mohamed Merah est un djihadiste d'origine algérienne, qui avait assassiné en mars 2012 trois militaires puis trois enfants et un enseignant juifs, dans le sud-ouest de la France.

«Nous n'allons pas nous taire promettent les auteurs du texte en menaçant de provoquer des explosions et (de perpétrer) des assassinats» sur le territoire français. La France est intervenue l'an dernier en Centrafrique qui avait basculé dans le chaos après le renversement en mars 2013 du régime de François Bozizé par la coalition rebelle à dominante musulmane de la Séléka. Elle mène aussi au Mali une opération militaire, baptisée «Serval», déclenchée le 11 janvier 2013 pour mettre un terme à l'occupation du nord du pays par des groupes islamistes armés liés à Al-Qaïda qui menaçaient d'avancer vers le Sud et Bamako, la capitale.

 

 
MOTS CLES :

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

No comment?

Par Kibiznucleaire

13/03/2014 15:32

Voilà qui nous fait rêver ce message, nous aussi sont prêt à leur donné un coup de main et surtout chez en RCA, si les Anti-Balaka peuvent nous dire que nous ne sommes pas des Centrafricains, nous qui on pour pères et mères Centrafricains et seulement parceque nous sommes musulmans, l'heure de la vengeance va sonner et nous allons nous sacrifier pour défendre notre identité et ce, par n'importe voie, Alquaida est la bienvenue pour nous aider, nous les attendons avec joie car la France nous a trahi, elle va payer le prix y compris les Anti-Balaka, nous n'allons pas pardonner ces actes de barbaries, au lieu de s'en prendre aux commanditaires de ces crimes (Seleka) ou les mercenaires Tchado-Soudanais, ils se sont permisent de tuer tout les musulmans sans distinctions aucune et cette barbarie ne restera pas impunie, la vengeance est imminente, nous allons nous sacrifier quelqu'en soit le prix, nous n'avons plus rien a perdre car nous avons tout perdu,nous allons nous venger certes. À bon attendeurs salut

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués