CINéMA & THéâTRE  |     LIVRES  |     MUSIQUE   |     ARTS  |    

Linga-Téré, poumon culturel de Centrafrique

Par Source: Le Point.fr - 12/03/2014

La pièce «Songo la rencontre», jouée en région parisienne, raconte à la fois l'histoire d'un lieu mythique de Bangui et celle du théâtre centrafricain

 

Le rite de Ganza
Elle témoigne dans l'histoire du théâtre en Centrafrique de la rencontre entre les chants et les danses issus de la tradition de plusieurs ethnies du pays avec un texte écrit à partir d'un conte universel aussi connu en Centrafrique qu'au Portugal, qu'on appelle ici Les Deux Bossus et les Esprits de la forêt et là Les Deux Bossus et la Lune". L'argument est celui de deux fonctionnaires (les bossus) chargés d'annoncer aux populations des forêts la politique de déforestation décidée par l'État, autrement dit la destruction de leur univers...Mais le séjour en forêt va profondément transformer les deux chargés de mission, initiés à leur propre culture...

 


© Benoit Fortrye / Benoit Fortrye
"Songo la rencontre", sur la scène du Grand Parquet à Paris
Hurel Régis Beninga, auteur d'une thèse sur «le théâtre en Centrafrique, de la théâtralité des rituels aux pratiques actuelles» et qui travaille justement avec ses étudiants de Paris III-Sorbonne nouvelle sur la pièce Songo la rencontre, explique comment la création artistique s'y nourrit de la tradition de son pays natal : «Il existe un rituel centrafricain d'initiation très connu, le rite de Ganza, qui correspond au moment où les initiés rendent compte en chants et en danses, sur la place publique, de ce qu'ils ont appris en forêt au cours de leur initiation. On retrouve justement dans la pièce des pas de danse et des chants issus de ce rituel fort répandu dans le pays, et d'autres éléments venus de différentes localités comme les chants des Pygmées. On est au cœur de cette inter culturalité du théâtre centrafricain, caractéristique de ce qui a suivi la période coloniale, le théâtre occidental, et qui se retrouve dans certaines compagnies qui se sont montées à la même époque en Centrafrique.»

L'interview de Rassidi Zacharia et les extraits de la pièce:
<div align="center"><object id="flashObj" width="630" height="478" classid="clsid:D27CDB6E-AE6D-11cf-96B8-444553540000" codebase="http://download.macromedia.com/pub/shockwave/cabs/flash/swflash.cab#version=9,0,47,0"><param name="movie" value="http://c.brightcove.com/services/viewer/federated_f9?isVid=1" /><param name="bgcolor" value="#FFFFFF" /><param name="flashVars" value="videoId=3325299059001&linkBaseURL=http%3A%2F%2Fwww.lepoint.fr%2Fafrique%2Fculture%2Fvideo-linga-tere-poumon-culturel-de-centrafrique-12-03-2014-1799844_2032.php&playerID=115361533001&playerKey=AQ~~,AAAAFL9RKKk~,jIpoBgF-25IbBZm7_pmQXR-5KZ_Aj8ds&domain=embed&dynamicStreaming=true" /><param name="base" value="http://admin.brightcove.com" /><param name="seamlesstabbing" value="false" /><param name="allowFullScreen" value="true" /><param name="swLiveConnect" value="true" /><param name="allowScriptAccess" value="always" /><embed src="http://c.brightcove.com/services/viewer/federated_f9?isVid=1" bgcolor="#FFFFFF" flashVars="videoId=3325299059001&linkBaseURL=http%3A%2F%2Fwww.lepoint.fr%2Fafrique%2Fculture%2Fvideo-linga-tere-poumon-culturel-de-centrafrique-12-03-2014-1799844_2032.php&playerID=115361533001&playerKey=AQ~~,AAAAFL9RKKk~,jIpoBgF-25IbBZm7_pmQXR-5KZ_Aj8ds&domain=embed&dynamicStreaming=true" base="http://admin.brightcove.com" name="flashObj" width="630" height="478" seamlesstabbing="false" type="application/x-shockwave-flash" allowFullScreen="true" swLiveConnect="true" allowScriptAccess="always" pluginspage="http://www.macromedia.com/shockwave/download/index.cgi?P1_Prod_Version=ShockwaveFlash"></embed></object></div>

 

 
MOTS CLES :

2 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Merci les artistes centrafricains.

Par sorokaté

12/03/2014 20:35

Mes gratitudes à monsieur Vincent MAMBA-CHAKA.

poumon culturel ou vivier pour VCM?

Par martin

20/03/2014 15:47

Gratitude à qui? A ce grand Escroc? le groupe avait du talent certes mais à la tête c'est un escroc, et une chanson à son nom sur cette nature berçait les radios à bangui. Pour moi ,ça tombe bien pour lui de détourner ces copains artistes pompiers en retard sur la question centrafricaine de changer le titre de leur mobilisation pour solidarité pour sauver l'espace ligatéré,ca c'est du grand art

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués