NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

La plate-forme des religieux se déplace pour les Etats-Unis

Par Sylvestre Sokambi-bêafrika Sango - 07/03/2014

Il s’agit des actions de grande envergure axées sur la paix et le plaidoyer en faveur de la République Centrafricaine

 

La plateforme des leaders religieux, au-devant de la scène, depuis le début de la crise centrafricaine a repris ses actions de terrain. C’est ainsi que L’archevêque de Bangui, Mgr. Dieudonné Nzapalaïnga et l’Imam de Bangui, Kobine Layama ont pris le chemin de l’Ouham et Ouham Pendé, le pasteur Grékoyamé arrive en l’Arabie Saoudite. Les trois leaders religieux se rencontreront cette fin de semaine aux Etats-Unis. Il s’agit des actions de grande envergure axées sur la paix et le plaidoyer en faveur de la République Centrafricaine.

Artisans de paix
La plate-forme est entrain d’achever une mission de quatre jours dans les deux provinces septentrionales pour sensibiliser la population sur la nécessité de la paix. L’équipe conduite par Mgr Dieudonné Nzapalïnga et l’Imam Kobine Layama a sillonné les villes de Bossangoa et de Bozoum pour délivrer des messages de paix et de réconciliation en faveur des populations qui continuent de traverser des moments difficiles caractérisés par l’existence de tension réelle entre les deux communautés. Avant le début de cette mission, l’archevêque de Bangui et l’Imam se sont rendus lundi 03 mars dans la ville de Bangassou toujours pour prôner la paix et la réconciliation entre les communautés.

 


© journaldebangui.com
Mgr Dieudonné Nzapalaïnga (d) l’Imam de Bangui, Kobine Layama (milieu) et le révérend pasteur Nicolas Grékoyamé (g)
Le révérend pasteur Nicolas Grékoyamé quand à lui a préparé son voyage en Arabie Saoudite afin de faire un plaidoyer en faveur de la Centrafrique. Ce déplacement s’inscrit dans le cadre des actions de plaidoyer que les trois leaders religieux font afin d’attirer et de maintenir l’attention de la communauté internationale sur la crise qui prévaut en République Centrafricaine. Cette crise a besoin d’être portée à la connaissance de l’opinion internationale qui n’a pas une lecture assez claire et correcte de la situation réelle sur le terrain. C’est ce qui, le plus souvent, favorise et facilite les contrevérités sur la situation centrafricaine. D’où la nécessité de mener des plaidoyers auprès des partenaires afin de leur permettre d’intervenir de manière efficace. De telles démarches permettent de maintenir l’attention de la communauté internationale sur la crise centrafricaine car, aujourd’hui, avec le déclenchement de plusieurs foyers de tension à travers le monde, il y a risque que celle de la République Centrafricaine tombe dans les oubliettes.

D’ici samedi, 08 mars Mgr Dieudonné Nzapalaïnga et l’Imam de Bangui, Kobine Layama prendront le vol pour les Etats-Unis où ils seront rejoints par le pasteur Nicolas Grékoyame. Ces trois personnalités religieuses voudraient plaider la cause centrafricaine auprès des décideurs américains comme ils l’avaient fait en Europe. Selon les informations disponibles, des rencontres avec des parlementaires, sénateurs et autres grands décideurs sont au programme. Il s’agit d’attirer l’attention du continent américain et de susciter sa réaction, mais aussi lever les barrières au financement de l’intervention des troupes onusiennes en Centrafrique. Ces plaidoyers des leaders religieux interviennent à un moment où l’idée de remplacement de la Mission Internationale de Soutien à la Centrafrique (Misca) par une opération de maintien de la paix sous mandat onusien se fait de plus en plus pressante.

 

 
MOTS CLES :

2 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

La plate-forme des religieux se déplace pour les Etats-Unis

Par sorokaté

10/03/2014 13:07

Hummmmmmmmm!!!! l’appétit vient en mangeant. Monsieur François Hollande dès son retour des USA a près un "dîner" d'état avec son patron Obama a convoqué son staff néo-colon entre autres la présence de monsieur Idiss Déby.

Qu'est-ce qu'on a constaté les opérations sangaris avaient pour cible de nuire aux Anti-Balles AK. Madame Catherien Mbala a également changé de langage.
Je me demande: Résoudre le problème actuel en RCA nécessite des déplacements à l'étrangers ou bien méritent des actions d'urgences sur le territoire Centrafricain?

Si une maison prend feu, qu'est ce qu'il faut faire?
Lisez ce qui suit:

Enchères record d’ivoire d’éléphant à Cannes (maison de vente)
Publié: 10 mars 2014 dans AFRIQUE CENTRALE
0
African_elephant_warning_raised_trunk
Des trophées d’éléphants tirés avant 1976 -dont la vente est donc légale- sont partis samedi à des "prix record pour la France", notamment un lot de 120 kg emporté par un riche Qatari pour 125.000 euros, a indiqué à l’AFP Alexandre Debussy, directeur associé de la maison de vente Cannes Enchères.

Ce lot exceptionnel, "tiré en 1966 par un chasseur italien au Kenya, était composé de deux défenses de 260 et 237 cm", a-t-il précisé

Un autre lot de 69 kg (des défenses de 230 et 232 cm), issu d’un éléphant tiré en Centrafrique dans les années 1960, est parti à 68.750 euros, acheté par un collectionneur arménien présent dans la salle.

Enfin, 3e lot record: une paire de 229 et 225 cm de Centrafrique vendue à 62.500 euros à un courtier chinois, également présent dans la salle.

"Le prix de vente au kg tournait pour ces lots autour de 800 à 1.000 euros le kg, alors qu’ils étaient estimés entre 300 et 500 euros le kg", s’est félicité M. Debussy.

Au total, 600 kg d’ivoire, soit 47 défenses séparées en 27 lots, ont été dispersés sous le marteau, pour un montant total de 520.000 euros.

"Enormément d’acheteurs chinois", très friands de ce genre d’objets -car "en Chine, c’est un signe extérieur de richesse"-, et "de courtiers venus de l’Europe entière ont assisté à la vente", a-t-il souligné.

Beaucoup de retraités ayant vécu en Afrique et revenus sur la Côte d’Azur pour passer leurs vieux jours se séparent, "du fait de la faiblesse de leur pension et de la cherté de la vie, de ces défenses, souvenirs de leur vie là-bas auxquels ils sont souvent très attachés", explique Alexandre Debussy, spécialiste de ce genre de vente.

Un moratoire sur les ventes d’ivoire à l’international a été décrété en 1989 mais, pour des objets importés avant 1976, des dérogations au règlement de la Convention internationale sur le commerce des espèces protégées (Cites ou Convention de Washington), très encadrées, sont possibles, notamment au sein de l’Union européenne (UE).

La vente de défenses ou d’objets en ivoire dont il est possible de prouver qu’ils sont entrés dans l’UE avant 1990, date d’entrée en vigueur du moratoire, est également légale.

AFP

Merci aux imbéci... euh aux fidèles !

Par Alpha

11/03/2014 23:24

Merci pour les vacances de ces messieurs ! Grace à votre stupidité, ils voyagent partout et s'offrent de belles vacances, loin de votre trou perdu et misérable !

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués