DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

RCA: crise de confiance entre les partenaires et les dirigeants de la transition?

Par Bêafrika Sango - 07/03/2014

Depuis plus d’une décennie, les partenaires au développement ne font plus confiance aux dirigeants centrafricains qui gèrent dans l’opacité des ressources financières et naturelles du pays

 

Dès qu’il y a des financements extérieurs, les partenaires mettent en place des structures pouvant les gérer dans l’intérêt des bénéficiaires. Cette crise de confiance s’est accentuée durant les dernières crises avec la prolifération des organisations non gouvernementales humanitaires et de développement afin d’améliorer les conditions d’existence des déplacés internes, et des réfugiés ou de bien d’autres personnes vulnérables.

 


© flickr.com/photos/information_binuca
Travaux de curage au Pk 0 à Bangui
A titre d’exemple le projet intitulé ‘’ Projection et Résilience Communautaire’’ dont le coût de réalisation se chiffre à 25 millions de dollars américains qui doit couvrir Bangui et Bossangoa et qui est piloté par le PNUD. Ce projet devait être sous tutelle des ministères techniques si nos dirigeants avaient un sens élevé du patriotisme et de l’intérêt général. De même, nous avons appris que la BAD, la BM, la CEEAC etc. veulent créer un fonds destiné à accompagner la République centrafricaine pendant ces moments difficiles.

Par ailleurs, au lieu de faire la politique de leurs moyens en instaurant une gestion rigoureuse des ressources mises à leurs dispositions, les princes du pouvoir, par complaisance, partagent le gâteau entre parents, amis, beaux-parents, etc. Cette situation ne contribue qu’à augmenter la masse salariale. C’est ainsi que de 4,5 milliards de Fcfa de masse salariale mensuelle, le gouvernement est passé à 4,7 milliards de Fcfa. Les pensions se sont augmentées de 1,2 milliards à 1,6 milliards de Fcfa. En principe, les dirigeants ne devaient pas se livrer à cœur joie aux nominations des retraités qui, promus, perçoivent les salaires et pensions. Ce qui grève les ressources de l’Etat qui n’existent pas.

Dans l’armée, en plus de nouvelles recrues, nous assistons à la réintégration des soldats admis à faire valoir leurs droits à la retraite à un moment où notre pays dépend de l’aide extérieure. Et pourtant, les pays amis tels que la France, les Etats-Unis et la Chine sont prêtes pour former les soldats centrafricains. L’avenir du Centrafrique est compromis avec cette vision de la gestion des affaires publiques.

 

 
MOTS CLES :

2 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

toujours du pareil

Par kotoko Sembona

10/03/2014 02:33

Rien n'a change dans la tete des dirigeants centrafricains lorsqu'il s'agit de gerer les biens du pays dans l'interet general. Et ce n'est pas avec Mme Samba Panza que les choses vont aller mieux. Comment a-t-elle pu emboiter les pas a ses predecesseurs en formant un gouvernement sur une base regionale et ethnique? Pourtant elle avait promis un gouvernement de technocrates, mais c'est le contraire que l'on voit! Comment le peuple puisse lui faire confiance quand ce peuple voit qu'elle a mis en place un regime qui favorise la discrimination fondee sur le clanisme, l'ethnie, le regionalisme? Ainsi la justice centrafricaine est faite comme par le passe au profit des vainqueurs: comme les Seleka sont vainqueurs, ces derniers sont epargnes par des poursuites judiciaires en cours alors que les heros du peuple, les Anti-Balakas sont traques jours et nuits. D'ailleurs Mme Samba Panza a vite fait de traiter ces heros du peuple d'ennemis de la paix! Or le peuple aurait prefere recevoir de celle -la qui pretendait etre la mere de tous les enfants de Centrafrique un appel a la paix marque par une retenue dans ses propos. Dommage que Mme la Presidente a plutot fait echo des declarations de ceux qui ont amene Seleka au pouvoir, nommement le gouvernement francais et le Tchad dissimule derriere les forces de la Misca. Les manifestations de la justice populaire actuelles dont sont victimes les civils musulmans sont la consequence directe de toutes ces manipulations polico-militaires contre le peuple centrafricain. Mais ce peuple-la n'est pas bete. Il est eclaire contrairement a ce les vrais ennemis de la RCA puissent penser. La paix ne reviendra dans le pays que si la France accepte de reconnaitre que les Anti-Balaka ne sont pas des ennemis de la paix. Ce sont plutot les Seleka qu'il faut traquer car ce sont eux les vrais ennemis de la paix. Tandis que la France est preoccupee par la chasse a Bozize, Ndjotodia se livre tranquillement aux recrutements et envois des djiadistes au front pour mener sa guerre de division du territoire centrafricain en deux, avec une partie formee d'un tiers de la superficie du pays pour les musulmans. Que pense donc la France de cette catastrophe qu'elle a inutilement provoquee? Les ndjiadistes de Ndjotodia attendent ses troupes au nord-est (Birao, ndele, sam-Wandja, etc.)Si nous mettons la France en cause dans cette crise sans precedent dans le pays de Boganda, c'est la France qui a cautionne le regime de Ndjotodia et continue de cautionner ce regime de Samba Panza qui est a vue d'oeil semblable aux autres regimes destructeurs qu'a connus le pays. Affaire a suivre.

Nos gouvernants sont des pilleurs, ils nous prennent pour des cobayes.

Par sorokaté

10/03/2014 14:07

Toute aide financière, tout argent octroyé au nom du peuple Centrafricain ne sont en réalité un partage de gâteaux entre nos gouvernants. Les marigots vont aux rivières font des fleuves qui, à leur tour se jettent des les mers pour devenir des océans.

Nos gouvernants ne sont que des braqueurs, des dévergondés voleurs. Des salauds.

CENTRAFRIQUE : LE CONGO-BRAZZAVILLE ENTEND L’APPEL DE SAMBA PANZA ET ACCORDE UNE AIDE DE 5 MILLIARDS DE FCFA
Publié: 10 mars 2014 dans AFRIQUE CENTRALE

billets-de-fcfa

Le gouvernement de la république du Congo va porter un coup de main à la république centrafricaine (RCA). C’est ce qu’indique un communiqué de presse du ministère de l’Économie et des Finances rendu public le mercredi 06 mars 20
LE CONGO-BRAZZAVILLE ENTEND L’APPEL DE SAMBA PANZA ET ACCORDE UNE AIDE DE 5 MILLIARDS DE FCFA.
Le gouvernement de la république du Congo va porter un coup de main à la république centrafricaine (RCA). C’est ce qu’indique un communiqué de presse du ministère de l’Économie et des Finances rendu public le mercredi 06 mars 2014.

Des billets de FCFA.

Il s’agit d’une aide budgétaire de cinq milliards FCFA au pays de la présidente de la transition, Catherine Samba Panza. Cette aide n’est pas la première du genre que le Congo Brazzaville accorde à la Centrafrique. En effet, un précédent prêt de 25 milliards FCFA avait été accordé à ce pays, en proie à d’énormes difficultés financières et humanitaires. La somme était destinée au paiement de quatre mois d’arriérés de salaires des fonctionnaires

Le soutien financier du Congo vis-à-vis de la Centrafrique s’inscrit dans le cadre de l’appel à l’appui lancé par la nouvelle présidente de transition, Catherine Samba-Panza, à ses pairs d’Afrique centrale. Il intègre l’initiative de solidarité de la « CEEAC » qui s’engageait, lors du dernier sommet de l’Union africaine, de disposer 50 milliards FCFA d’aide à la Centrafrique.

En effet, Catherine Samba-Panza, la présidente de transition de la République centrafricaine n’en peut plus de diriger un pays sans moyens. Elle estime que la situation dans son pays s’était « énormément améliorée » et a demandé en début de semaine l’accompagnement promis par la communauté internationale pour la stabilisation de son pays.

Mme Samba-Panza qui a été élue en janvier dernier à la tête d’une RCA complètement déchirée par les conflits interreligieux entre Chrétiens et musulmans a lancé cet appel à la « Communauté internationale » en pleine visite à Kinshasa, la capitale congolaise en marge du « Forum des femmes francophones ». Elle a appelé à un soutien massif et un accompagnement de la communauté internationale pour la stabilisation de son pays et le retour de l’ordre constitutionnel.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journaldebangui.com
  • Journaldebangui.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués