NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Centrafrique: François Bozizé dans le collimateur de la France

Par Sur Le Monde - 05/03/2014

Selon des sources militaires françaises, François Bozizé et des membres de sa famille manipulent les groupes qui font la chasse aux musulmans

 

«Bozizé et ses fils jouent un rôle insupportable», estime le ministère français de la défense. Avant le déclenchement de l'opération « Sangaris », le 5 décembre 2013, diplomates et militaires français jugeaient l'implication de l'ex-président centrafricain derrière les milices anti-balaka négligeable. Celui-ci, disaient-ils, tentait tout au plus de récupérer le mouvement. Mais cette analyse a changé.Après son renversement, en mars 2013, par les rebelles de la Séléka, François Bozizé a circulé entre le Cameroun, la France, le Kenya, l'Ouganda et le Soudan du Sud. Selon des sources concordantes, il est actuellement installé à Kampala, où il bénéficie de la bienveillance des autorités ougandaises. Le chef de l'Etat déchu a toujours nié être derrière les anti-balaka, se limitant à les considérer comme des «résistants». Mais un enregistrement audio circulant depuis plusieurs jours sur Internet confirme ses liens avec des commandants de cette milice.

 


© autre médias
L'ex-président centrafricain, François Bozizé devient nuisible
Selon des sources militaires françaises, François Bozizé et des membres de sa famille manipulent les groupes qui font la chasse aux musulmans. «Ils méritent la Cour pénale internationale», avance un haut responsable français. Le bureau du procureur de la CPI a ouvert le 7 février un examen préliminaire, étape préalable à une enquête officielle, sur les crimes commis en Centrafrique depuis septembre 2012.

Gel des avoirs
Paris travaille actuellement au Conseil de sécurité de l'ONU pour geler les avoirs et à interdire de voyage huit personnalités centrafricaines, dont François Bozizé et son fils Jean-Francis, un ancien ministre de la défense qui était encore en janvier en France. Selon une source proche des services de renseignement, la famille Bozizé aurait placé au moins 156 millions d'euros sur des comptes en Suisse, au Luxembourg et dans les îles anglo-normandes de Jersey et Guernesey. Des fonds auraient aussi été placés en Afrique du Sud.

Un autre personnage est aussi dans le collimateur de la France: Noureddine Adam, l'ex-chef des services de renseignement du président déchu Djotodia (issu de la Séléka), considéré par Paris comme le principal acteur agissant pour une partition du pays. Après s'être réfugié au Bénin, il serait, selon une source gouvernementale française, passé au Nigeria.

 

 
MOTS CLES :

13 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Bozizé, mauvais perdant !

Par Ngarra

05/03/2014 21:02

Bozizé, chassé du pouvoir en mars 2013 va être poursuivi par la CPI. Laissez-moi un peu rigoler.

Ceux qui l'ont placé au pouvoir en 2003 savaient bien qui il était ! Tout ce qu'il faisait était su ; mais tant qu'il était encore utile, on le gardait, on le bichonnait, jusqu'au jour où subitement il est devenu mauvais et bon à jeter. Eh ben, le Bozizé, c'est un mauvais perdant et il a tout fait pour nuire à ceux qui l'ont chassé du pouvoir.

C'est maintenant qu'on nous dévoile qu'il a planqué 156 millions d'euros en Suisse, au Luxembourg et dans les îles anglo-normandes de Jersey et Guernesey, une certaine somme d'argent en Afrique du Sud... Bref ! Ce n'est que la face visible de l'iceberg. De toutes façons, les caisses de l'Etat centrafricain ont toujours appartenu à ses dirigeants qui peuvent en faire ce qu'ils veulent. Malgré le changement de personnes à la tête du pays, les mêmes pratiques continuent. Bozizé piochait à sa guise dans les caisses de l'Etat pour acheter en cachette des armes qu'il refusait volontairement de mettre à la disposition de l'armée nationale. A leur arrivée, les sélékas s'en sont bien servi pour terroriser le peuple centrafricain. Il en a planqué une bonne partie, paraît-il, ainsi que des malles remplies de billets de banque, quelque part en Centrafrique. Sa volonté de reconquérir coûte que coûte son pouvoir perdu s'explique...

Voilà un chef d'Etat comme on en veut pour l'Afrique noire, et en particulier pour la Centrafrique : celui qui se moque éperdument du développement de son pays mais qui, au contraire, le siphonne jusqu'à la moelle... Les routes sont farcies de nids de poule, les principaux ponts de la capitale ont été emportés par les eaux et ne sont toujours pas refaits, les hôpitaux ne sont que des mouroirs, l'électricité produite en faible quantité n'est distribuée en priorité qu'à quelques personnes du pouvoir, tandis que le reste de la population subit de longs délestages quotidiens, bref ! La liste est longue...

Entretemps, on nous a parlé d'un mandat d'arrêt international contre lui. Cependant il court toujours, faisant même un séjour en France. C'est sûr qu'il a manipulé les résistants anti-balles à K qui sont devenus depuis, pour la plupart, des terroristes anti-musulmans. Quant à l'enregistrement audio dont on nous parle, qui n'est pas au courant que toutes les communications intérieures ou extérieures en RCA sont suivies...Quand j'ai entendu cet enregistrement sur internet, je me suis dit que Bozizé va avoir chaud car on prépare déjà l'opinion publique à sa poursuite. De la pure manipulation... Je me permets de dire que ce n'est pas la CPI qu'il lui faut, c'est trop luxueux ! Il faut l'emprisonner à Bossembélé ( Guatanamo ) pour qu'il découvre les conditions de détention de ses ex-opposants. C'est pareil pour Djotodia ( dont le nom n'est pas cité dans cet article ), Nourredine, Moussa Assimeh et les autres sanguinaires.

A la lumière de tout ce qui est dit précédemment, j'espère que les décideurs ne vont plus imposer un autre dictateur aux Centrafricains en février 2015.Les mêmes causes produisent les mêmes effets. Laissez les Centrafricains choisir librement leurs dirigeants. A bons entendeurs, salut.

Presqu'entièrement d'accord avec Ngarra

Par Alpha

05/03/2014 21:39

Sauf sur les élections !
Ca me fait marrer quand je lis "laissez les centrafs choisir librement..."

Mais peut on faire des élections dans un pays ou 3/4 de la population ne sait pas lire ni écrire? Ou personne n'est en mesure de savoir ce qu'est la démocratie, un programme etc.

Dans un pays où il est dur d'avori 500 balles dans la poche, et que le moindre paysan n'hésitera pas à vendre sa voix pour une billet brun... Et encore il sera content de la vendre et non qu'on la lui vole !

Alors des élections pour qui et par qui?

La démocratie ici est un vieux leurre qu'on vous vend, il ne peut y avoir de démocratie dans la pauvreté. Les mêmes vautours viendront roder sur vos élections et se les approprieront, car il n'y a aucune base éducative ici.

Et ca durera encore longtemps tant que personne ne voudra éduquer la population

Oui, la démocratie est possible en RCA !

Par Ngarra

06/03/2014 00:37

La démocratie n'est pas l'apanage des pays dits riches. C'est un système qui a toujours existé en Afrique sauf qu'il se faisait à petite échelle, au niveau de la communauté, du village. Quand les gens prennent des décisions sous l'arbre à palabre pour gérer les affaires du village, n'est-ce pas la démocratie ?

Evidemment si on veut organiser les élections comme en Occident, tout sera faussé car l'argent et différents biens matériels sans grande valeur ( tee shirts, casquettes, etc ) vont tout corrompre.

Alpha, les gens ont mûri après tout ce qu'ils viennent de vivre et sont en mesure de choisir librement leurs dirigeants. Pas d'alibi pour justifier l'attitude paternaliste et injuste de l'ancienne puissance coloniale... Un pauvre n'est pas forcément bête ! Justement ce sont ces gouvernants fantoches qui maintiennent une bonne partie de la population dans l'obscurantisme et l'analphabétisme.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués