INTERVIEW  |    

«Sans justice, il ne peut y avoir de réconciliation»

Par Kandida Muhuri sur afriscope.fr - 05/03/2014

Le Collectif des parties civiles rwandaises (CPCR) se bat aux côtés des victimes des massacres perpétrés au Rwanda pour faire condamner quelques-uns des présumés responsables

 

Mis sur le devant de la scène par le procès du présumé génocidaire Pascal Simbikangwa, le Collectif des parties civiles rwandaises (CPCR) se bat aux côtés des victimes des massacres perpétrés au Rwanda pour faire condamner quelques-uns des présumés responsables. Le collectif compte près de 200 membres. Afriscope a rencontré Alain Gauthier, son directeur et cofondateur.

Comment est né le collectif?
En 2001, mon épouse Dafroza et moi-même avons eu l’idée de ce collectif pour soutenir les familles des victimes des présumés génocidaires vivants en France et leur rendre justice. Treize ans après, il ne se passe pas un jour sans qu’on ne pense à ce génocide. Nous passons nos vacances au Rwanda pour enquêter, rencontrer des victimes, des témoins… C’est difficile mais ce combat participe à notre travail de résilience. C’est toute notre vie.

 


© franceinfo.fr
Le couple franco-rwandais Alain et Dafroza Gauthier
Le collectif existe depuis 2001 et le procès de Pascal Simbikangwa est le premier à s’ouvrir en France. Pourquoi une telle lenteur dans l’instruction des dossiers?
Le pouvoir politique français freine le travail de justice. L’implication ou l’absence d’implication de la France dans l’une des plus grandes tragédies du XXe siècle est difficile à accepter pour le gouvernement. Résultat : alors que la Belgique a déjà initié une dizaine de procès et que la France reste le refuge de dizaines de présumés génocidaires, rien d’autre n’est fait.

Le procès s’ouvre à quelques semaines de la 20e commémoration du génocide. Est-ce une coïncidence?
Oui. Et c’est vrai que ça nous aide à faire parler de nous. Mais ce combat de longue haleine doit continuer au-delà des commémorations. Nous avons constitué 25 dossiers qui attendent d’être instruits !

Qu’attendez-vous de ce procès?
Que les victimes soient entendues. Que justice soit rendue. Que d’autres procès puissent s’ouvrir. Il reste beaucoup à faire.

Pourquoi avoir choisi la justice comme arme ?
C’est le meilleur moyen pour rendre aux victimes leur dignité. Sans justice, il ne peut y avoir de réconciliation.

Ne pensez-vous pas que 20 ans après, il soit préférable de tourner la page…
On nous accuse régulièrement de ré-ouvrir des plaies. Faudrait-il alors nous taire ? Mettre un mouchoir sur nos douleurs et oublier ? Non ! Des crimes ont été commis, des familles de victimes attendent réparation depuis 20 ans. Sans haine, sans vengeance, ce combat est un devoir.

Ecouter une émission qui leur est dédiée sur franceinfo.fr
<div align="center"><iframe src="http://www.franceinfo.fr/player/export-reecouter?content=941295" width="481" frameborder="0" scrolling="no" height="139"></iframe></div>

 

 
MOTS CLES :

2 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Oui c'est que veut le peuple Centrafricain. Le Tchad, les seleka et autres bandits criminels Français doivent rendre comptes à la JUSTICE.

Par sorokaté

06/03/2014 10:30

«Sans justice, il ne peut y avoir de réconciliation»
Par Kandida Muhuri sur afriscope.fr - 05/03/2014

Euh malgré les accords de défenses existant entre la France et la RCA l'appel et le refus de la part de monsieur Hollande à empêcher le coup d'état est UN COMPLOT pour ce faire, la FRANCE nous doit des JUSTIFICATIONS devant la Justice.
Monsieur Idriss Déby qui a soutenu le coup d'état avec ses mercenaires Tchadiens contre la RCA doit aussi des explications au peuple Centrafricain.
Tous les séleka méritent la Justice.

Parler de réconciliation sans JUSTICE est une démagogie.
Ne nous prenez pas comme des cons.
Sorokaté Alias Domzan-Bene.

a propos de l'accord de defense

Par simpliste

09/03/2014 00:08

cet accord de défense tout comme bon nombre d'accords de coopération ont été remis en cause par Patasse, lorsqu'il les avait chassé qu pays.

malgre cela, Chirac l'a sorti d'une mauvaise passe, lors de l'attaque de la ville de Birao, avec un raid aérien qui a permis de mettre les rebelles en déroute.

ce sont ces même rebelles que nous avons malheureusement et funestement connu: seleka.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Alain et Dafroza se sont rencontrés au Rwanda dans les années 1970. Elle, Tutsi doit fuir vers le Burundi puis la Belgique. Ils se retrouvent en France plus tard et se marient. De visite auprès de sa famille, Dafroza quitte le Rwanda quelques semaines avant le génocide. Se considérant comme « miraculée », elle s’engage auprès des victimes des massacres de 1994.
  • Le génocide des Tutsi du Rwanda est le crime de masse le plus jugé de l’histoire: au Rwanda et par les juridictions pénales internationales. selon le principe de «compétence universelle» n’importe quel état peut juger devant ses juridictions des crimes internationaux qui heurtent la conscience de l’humanité (génocide, crime contre l’humanité, crime de guerre). c’est ainsi que sous la pression de cinq ONG, le premier procès d’un génocidaire présumé a pu s’ouvrir en France.
  • Consultez le site web collectif surwww.collectifpartiescivilesr...
  • Suivez jour après jour, le procès de pascal simbikangwa : proces-genocide-rawnda.fr
  • Lisez : sur la piste des tueurs. Maria Malagardis. Flammarion. 2012. Un livre sur le combat de Dafroza et Alain Gauthier.

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués