DOSSIERS  |     DOSSIERS+  |     FORUM BRAZZAVILLE  |    

HCR: pour un déploiement rapide de forces internationales en Centrafrique

Par journaldebangui.com - APA - 04/03/2014

«Il est encore possible pour les communautés de continuer à vivre ensemble, mais pour cela il est nécessaire de lancer immédiatement des efforts de médiation pour rétablir le dialogue»

 

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) appelle au déploiement rapide de forces internationales en Centrafrique pour mettre un terme aux violences intercommunautaires entre chrétiens et musulmans et aux cas de «nettoyages ethniques» qui se multiplient dans ce pays. «Il est encore possible pour les communautés de continuer à vivre ensemble, mais pour cela il est nécessaire de lancer immédiatement des efforts de médiation pour rétablir le dialogue», a déclaré le chargé de la protection du HCR en République centrafricaine, Philippe Leclerc, cite par un communiqué de l’Onu.

 


© un.org
M. Leclerc a prévenu que si la médiation échoue, l’ONU n’aura pas d’autre choix que d’évacuer les civils menacés vers des lieux plus sûrs dans le nord du pays ou dans les pays voisins, tels que le Cameroun, la République démocratique du Congo ou encore le Tchad. M. Leclerc qui vient de retourner à Genève après un déploiement de deux mois en République centrafricaine, a indiqué que des civils, et en particulier des musulmans ont été pris pour cible dans l’escalade de la violence.

Selon les estimations, des milliers de personnes auraient été tuées et 2,2 millions, soit environ la moitié de la population, ont besoin d’une aide humanitaire d’urgence. «Il est très important que les forces internationales soient renforcées au plus vite pour sauver la vie des civils qui sont en danger», a déclaré M. Leclerc lors d’une conférence de presse à Genève. «S’il y a davantage de forces internationales, il y aurait certainement moins de violations des droits de l’homme et moins de civils seraient contraints à fuir».

 

 
MOTS CLES :

7 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

C'est ce que j'appelle de la métaphore l'appel du HCR!!!

Par sorokaté

04/03/2014 21:13

Ce qui veut dire la présence de la Sangaris est nulle. Ce qui veut dire simplement que la Sangaris n'est pas à la hauteur de sa mission puisque c'est elle même qui a mis le feu en RCA elle ne saura être le pompier.

Pour ma part: Le HCR est clair, la Sangaris n'aspire pas confiance au HCR. Ce qui veut dire que moi Sorokaté j'ai raison d'insister sur le réarmement de nos FACA.

Que dit le répresentant du HCR basé en RCA:
«Il est encore possible pour les communautés de continuer à vivre ensemble, mais pour cela il est nécessaire de lancer immédiatement des efforts de médiation pour rétablir le dialogue», a déclaré le chargé de la protection du HCR en République centrafricaine, Philippe Leclerc, cite par un communiqué de l’Onu.

Moi monsieur Sorokaté je comprends par là, seule la médiation, l'applicabilité de l'art; 2127 du mandat de l'ONU pouraient décanter la situation en RCA sans cela c'est pédaler dans la sémoule.

Pour ce faire la Sangaris n'a plus raison de rester en Centrafrique, car devant elle les musulmans Centrafricains ne sont pas protégés, ni les autres communautés Centrafricaines ne sont pas en sécurité.

SEULES NOS FACA soutenues par la MISCA sans les troupes Tchadiennes.
Messieurs de l'ONU, on appelle cela de la métaphore. le HCR est entrain de vous dire que vous avez commis des erreurs en donnant mandat à la FRANCE. Non pas la France, pas la France.

Voyez vous, malgré la présence de la France et le renfort des troupes Françaises de sangaris les ONG, des Humanitaires en RCA vous crient au secours. Au secours, l'ONU au secours l'ONU.
Souvenez vous même le président Français qui parlait d'une intervention rapide en Centrafrique était contraint de vous crier au secours ONU, au secours l'UE.

Ecoutez nous, écoutez nos hommes de Dieu écoutez le peuple Centrafricain SVP vous les ONUSIENS.
Voici ma proposition: Réarmez nos FACA avec les moyens adéquats je vous conjure la RCA sera libérée en moins de temps. Nos FACA sont des redoutables machines négligées par le passé., aidez-les.

Au cas où cette solution ne tiendrait pas en ce moment vous pouvez envisager autres solutions venant des pays Africains Lusophones Anglophones mais pas les casques bleus SVP.

Tout le monde crie au secours malgré la Sangaris!!!!
Soyez humbles svp, ne cherchez ps loin.
Bonne diligence.

Sorokaté Alais Domzan-Bene.

Ecouter ce témoignage!!!

Par sorokaté

04/03/2014 22:09

www.youtube.com/watch?v=BB8XjcnlTFw

Bonne réception
Sorokaté Alias Domzan-Bene.

Je comprends pourquoi le SG de l'ONU veut se débarrasser de la sangaris car il reconnait avoir commis d'erreur en donnant ce "mandat" à la France!!! c'est dommage mais nous peuple Centrafricain continuons de vivre les conséquences!!!

Par sorokaté

04/03/2014 22:41

Génocide contre les musulmans centrafricains
Le SG de l’ONU remet en cause le plan Sangaris de François Hollande
Par : Djamel Bouatta

Il ne l’a pas exprimé ouvertement mais le fait de présenter un plan en six points devant le Conseil de sécurité destiné à “stabiliser” la situation en Centrafrique et “sauver des vies” veut bien que l’opération Sangaris lancée le 5 décembre 2013 par le président français a échoué, voire qu’elle serait implicitement le déclencheur du génocide qui frappe la communauté musulmane de ce pays et qui fuit vers le Cameroun et le Tchad. Ban Ki-moon n’a pas fait dans la langue de bois alertant les 15 du Conseil de sécurité sur “la partition de facto en train de se produire, avec les musulmans d'un côté et les chrétiens de l'autre, une partition qui pose les germes de conflits et de l'instabilité pendant les années à venir, peut-être pendant des générations”. Ban a tiré la conclusion que l’initiative du président n’était pas suffisante pour que l’ONU organise une future opération de maintien de la paix sous sa propre égide. Pour le SG de l’ONU, le déploiement d’une telle mission militaire est urgent car la population centrafricaine ne peut pas attendre des mois. Il a donc proposé un plan en six points pour répondre aux risques les plus immédiats auxquels est confronté le pays. D’abord, envoi dans les jours et les semaines qui viennent d'au moins 3 000 soldats de la paix et policiers pour renforcer les troupes de l'Union africaine déployées avant Sangaris (4 000 hommes). Une façon de noyer sous forme de soutien les 2 000 soldats français de l’opération Sangaris. L'Union africaine envisage elle aussi un accroissement des effectifs de la Misca (Mission internationale de soutien à la Centrafrique sous conduite africaine) tandis que l'Union européenne a annoncé l'envoi de renforts, un millier d’hommes pour des tâches logistiques. Pour faire bonne figure, François Hollande et ses ministres de la Défense et des AE, Le Briand et Fabius, ont déclaré être satisfaits par les nouveaux engagements internationaux qui vont “alléger” le fardeau de leur intervention. Mais Ban coupe l’herbe sous leur pied en proposant également que toutes les forces internationales en République centrafricaine soient mises sous un “commandement coordonné” sous l’égide de l’ONU.
La France pour ainsi dire perdra sa primauté. D’ailleurs, ce n’est pas sans raison si la nouvelle présidente par intérim de Centrafrique, Catherine Samba-Panza, a instamment prié la France de ne pas l’abandonner, avant les votes dans son pays, du Parlement français sur la prolongation de l'intervention militaire française dans son pays et à New York sur l’envoi de Casques bleus. Le vote français se tiendra mardi à l'Assemblée nationale pour décider si l'opération Sangaris pour “restaurer” la sécurité à Bangui, doit se prolonger au-delà d'avril. Si la plupart des forces politiques françaises avait soutenu l'intervention, face aux violences et aux risques d'enlisement, sa prolongation ne paraît pas acquise, doutes et interrogations ont crû dans l'opposition. Le plan Ban appelle aussi à un soutien tangible au gouvernement de la République centrafricaine pour l'aider à établir des capacités lui permettant de fonctionner. “Ce soutien devrait inclure une assistance financière pour ramener les policiers dans les rues, les juges dans les tribunaux et les gardiens de prison à leurs postes”, a-t-il plaidé devant le Conseil de sécurité félicitant le Danemark pour sa contribution de 2 millions de dollars à cette initiative.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués