NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Forum des femmes: Mme Catherine Samba Panza plaide pour un soutien massif

Par journaldebangui.com - AFP - 04/03/2014

La présidente centrafricaine est la seule femme présidente de la République de l’espace francophone

 

La présidente de transition de la République centrafricaine, Catherine Samba-Panza a averti lundi à Kinshasa que la stabilisation de son pays ne pourrait se faire dans les délais prévus sans un soutien massif de la communauté internationale. J’hérite d’un pays au bord du gouffre avec une insécurité généralisée, l’absence de l’autorité de l’Etat sur l’ensemble du territoire national, une catastrophe humanitaire sans précédent, a déclaré Mme Samba-Panza lors d’un discours à l’ouverture du deuxième Forum mondial des femmes francophones, qui se tient lundi et mardi dans la capitale congolaise. Avec la détermination que j’ai face à ce défi, nous arriverons au bout de la transition que nous nous sommes fixés, cependant sans un soutien massif et un accompagnement de la communauté internationale (...) l’objectif de la stabilisation du pays et du retour à un ordre constitutionnel dans les délais requis ne pourra être atteint, a-t-elle ajouté.

 


© journaldebangui.com
Entrée en fonction en janvier 2014, Mme Samba-Panza a pour mission de ramener l’ordre dans son pays meurtri par plus d’un an de guerre civile et d’affrontements intercommunautaires afin d’y organiser des élections au plus tard au premier semestre 2015. Evoquant modestement son accession à la tête de la Centrafrique, Mme Samba-Panza, seule femme présidente de la République de l’espace francophone, a estimé que celle-ci était l’aboutissement de [son] engagement constant en faveur de l’égalité entre les hommes et les femmes. Seule la femme peut apporter la paix, la cohésion nationale et réunir ceux que la politique a séparés, a-t-elle ajouté, dans un tonnerre d’applaudissements.

Lancé à Paris en mars 2013, le Forum mondial des femmes francophones tient sa deuxième édition à Kinshasa autour du thème : Les femmes actrices du développement. Plusieurs centaines de femmes venues des tous les pays de la Francophonie y participent. Les débats doivent déboucher sur des recommandations devant être présentées au prochain sommet de la Francophonie prévu pour novembre à Dakar. Les discussions de Kinshasa doivent notamment servir à affirmer et défendre le droit à la scolarisation des filles.

 

 
MOTS CLES :

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Vivement les FACAS;ATTENTIONà laPARTITION

Par NADE Berty

05/03/2014 12:45

"Seule la femme peut apporter la paix, la cohésion nationale....etc". Madame tous ces refrains auxquels nous sommes habitués depuis que vous avez accédé à votre magistère sont bien beaux mais j'avoue que les résultats ne sont pas au rendez-vous ou trop maigres.
Vous semblez parfois confondre vos responsabilités actuelles à une séance de défilé de mode parfois même à un concours de beauté.
Avant d'être candidate, vous n'étiez pas ignorante de la dimension de la tâche à accomplir qui est immense...Dotez les Facas des moyens de travail et qu'ils redeviennent opérationnels pour protéger l'INTEGRITE de notre pays menacé de partition car personnellement je suis curieux de savoir ce que trament les barbares de la séléka qui se sont repliés avec armes et bagages dans le nord du pays avec la complicité (disons-le) des sangaris.
Je ne suis pas pour ma part convaincu par le discours ambigu de Hollande qui n'a de cesse d'évoquez la partition qu'il faut éviter alors que sur le terrain les troupes françaises organisent et encadrent la déportation des musulmans vers le nord.
C'est à se demander si la France n'a pas un agenda caché dans le dossier centrafricain.
Je tire la sonnette d'alarme pour qu'un de ces quatre matins l'on se réveille avec la RCA coupée en deux.
Les Français à l'instar de leurs alliés américains au Soudan peuvent nous réserver la même surprise avec le pétrole centrafricain comme enjeu...Ne perdons pas de vue la théorie de diviser pour régner que les colons ont toujours entretenue.
Aujourd'hui je puis affirmer sans risque de me tromper que Aréva avait quitté Bakouma en connaissance de cause...C'était en préparation de l'invasion de notre pays par la Séléka..
Soyons vigilants car le risque de scission de notre pays est à prendre au sérieux...

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués