DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

André et Cathy, rattrapés par les dures réalités du pouvoir

Par Naïm-Kaélin Zamane - 03/03/2014

Les courbes de l’histoire de Centrafrique, dans leur mouvement inconstant, ont posé le pays sur le tarmac d’une nouveauté

 

Point n’est besoin de les comparer, encore moins de les soupeser. Les actes et les discours ont suffi pour stopper la myriade d’imaginations et d’en exfiltrer une idée capable d’avoir le cœur net sur le degré de réussite et/ou d’échec de cette Juriste et du Banquier.

Les signes-avant-coureurs d’un exploit qui bluffe
Le couple André et Cathy aura beau brillé dans plusieurs aspects tant estudiantin que professionnel. Mais toujours est-il que la RCA s’est retrouvée nez-à-nez contre une élection saluée de tous et les bonnes langues disaient que devant l’échec des hommes, l’arrivée de la femme est incontestablement et implicitement une réussite, sinon une correction qui ne se cicatrisera pas aussi aisément. A paraphraser les théologiens, nous dirons que comme la Vierge Marie, sauvée par le fait même que son Fils soit mort et ressuscité, la nomination d’André Nzapayéké a bénéficié des retombées positives de l’élection de Madame Catherine Samba-Panza, par les Conseillers Nationaux, le 20 Janvier 2014. N’importe qui, placé dans les mêmes conditions, ne sera pas conspué, car l’adhésion à sa personne découle d’un autre acte.

Le Centrafricain ne mérite pas la vérité et la transparence, même après les leçons pointues tirées de la comédie de Michel Djotodia.
Naïm-Kaélin Zamane

 

Une nomination spirituellement interprétée comme le signe du retour du Père Céleste qui, selon certains, avait quitté le sol centrafricain, et puisque tous les démons de l’enfer, avec en tête l’hécatombe Michel Djotodia, s’y sont retrouvés, semant la peine et la désolation. NZapayéké, ce qui signifie en Sango: Dieu Est. Voilà qui dit tout. Un Premier Ministre au prénom tellement significatif et parlant, car André est l’un des Douze Apôtres du Christ, le plus discret et le plus efficace. Ses œuvres ne sont connues que très peu du public araméen et judaïque.

Le symbolisme à refaire
Or, le danger épiant ce parfait couple n’est pas loin. Les faits sont têtus. Ainsi, Samba-Panza ne tardera pas à se rendre compte du visage du véritable Chef de l’Etat de Transition. Contrairement à elle qui s’est vue votée en bonne et due forme par le Parlement de Transition, son rival, lui acquiert un pouvoir de facto et pense tirer sa légitimité de la résistance opposée aux bandits de grands chemins qu’est la Séléka, ayant permis de bouter hors de la vue des Centrafricains, son principal leader, Michel Djotodia. Une situation identique en Lybie où les rebelles et acteurs de la révolution libyenne, tiennent à tout prix contrôlé le pouvoir établi. Toutes proportions gardées, les mains invisibles qui manipulent dans l’ombre le pouvoir de Samba-Panza, l’influent considérablement et ses déclarations de guerre ne semblent pas produire l’effet escompté. Les antibalaka… n’est-ce pas eux ? De l’autre côté, la société se prépare à une explosion. La souffrance morale de la population, montée de toute pièce par la horde de la Séléka s’est ajoutée à la pauvreté matérielle, elle, familière aux Centrafricains, pour créer une situation aujourd’hui exécrable.

Avec cinq mois d’arriérés de salaires pour les fonctionnaires et agents de l’Etat, une cascade de décisions de mise en chômage de plusieurs travailleurs du secteur privé etc., autant d’ingrédients qui pourront déplacer, l’un de ces quatre matins la RCA de la surface de la terre. Le silence de cimetière et l’affluence des propos de courtoisie, dont font usage les deux têtes de l’Exécutif centrafricain, ne sont pas de nature à favoriser la cohésion sociale et préparer le bien-être du peuple tout entier. Faudrait-il inonder la Primature et la Présidence de philosophes et théoriciens sociales de renom, pour que l’on sache que la thérapie des moments d’endurance du peuple s’amorce aussi à travers la dimension immatérielle, dont le siège se trouve être l’esprit ? Le monde grec et/ou romain n’avait-il pas besoin de gros moyens pour faire fonctionner la société et/ou créer la confiance entre le peuple et ses dirigeants, dans la mesure où la perception des problèmes se fait globalement et leur traitement spécifiquement. Une saisie des problèmes de l’heure qui rassure le peuple. Diantre!

 

 
MOTS CLES :

3 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

la main de Dieu sur la centrafique

Par kankindijosette

04/03/2014 15:17

Peuple de Dieu prions pour que Dieu fasse revenir la paix,l'entente sur le sol centrafriquain.

Prions pour les uns et les autres on ne connait pas si nos pays peuvent ne pas etre les prochains a vivre la meme crise.

ingrats

Par tchadien

05/03/2014 22:01

Les angolais ne devraient pas donner leur argent à ces ingrats. Le tchad a fait des dons de plus de 100 millions de us. Le tchada payé pplusieurs fois les fonctionnaires centrafricains sous bozizé parce que ce dernier est incapable de le faire avec son gouvernement. Combien de fois il vient s' agenouiller devant deby pour dire que sont gouvernement manque cruellement de sous.
Ce que jeux, est que toutes troupes étrangères quittent ce pays. Comme ils disent que tout leurs maux vuennent de l'étranger, Qu'on les laissent se bouffer entre eux.

tchadiens alias alphaalias chioni yanga

Par famoundjou

09/03/2014 01:03

le monde a l,envers,si le tchad etait aussi riche,il devrait emmener l,eau dans leur pays comme l,avait fait le LEADER panafricainiste LYBIEN dans son pays,mais il demande au centrafricain de conduire l,oubangui jusqu,a djamena.les tchadiens qui sont nee a bangui puis partient a cause de la guerre mene une vie de misere dans des camps de refugiers,si le tchad etait aussi riche ,devrait prendre en charge ces personnes.je crois que si c,est vraie ce que tu dis notre pays va payer cet argent.le tchad recoit 3,5 milliardsde dollards annuellement de revenue prtroliere depuis 20039sources al -jazaira),mais la vie des citoyens sont un calvaire,le tchad reste un pays pauvre sur les indices au developpement.rentre au tchad et vie la bas au lieu de nous insulter,le desert t,engloutira pour toujours,il n,ya pas d,eau dans ce pays.

si les tchadiens qui sont au SUD demande aussi la partition,car le petrole de DOBA est situer au sud du tchad,la ou les ARABES VIVENT c,est la guerre,maudit le jour ou nos frontieres etaient ouverte pour vous accellir,criminels et voleurs,tu sais combien de voiture immatriculee en RCA sont rentrer au TCHAD depuis 20 ans?votre paradis reste la rca malgre votre petrole.pourquoi DEBY et le tchad que tu pretend etre riche ouvre les frontieres au biens voles en RCA? AZO TI MAYOUROU,AZO TI WAYERE,AZO TI NZI.rendez les biens voles avant de parler de riche.des musulmans qui volent et violent les femmes,criminels de voyoux,de bandits de grand chemin.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journaldebangui.com
  • Journaldebangui.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués