NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Bangui: des Anti-Balaka et des Séléka, disposés à faire la paix

Par rjdhrca - 03/03/2014

C’est dans un appel à l’endroit des nouvelles autorités de transition que les anti-balaka ont exprimé leur volonté

 

Les Anti-Balaka veulent faire la paix avec des ex-Séléka « purs centrafricains»
Les différents protagonistes de la crise centrafricaine se sont dits prêts à faire la paix afin de donner une nouvelle chance à paix et l’unité nationale, mises à mal dans les évènements en cours dans la paix. Le document, signé du coordonnateur politique de ces milices, Patrice Edouard Ngaïssona, mentionne qu’« il est important et nécessaire que les partis en conflits à savoir les anti-balaka, les Séléka purs centrafricains, le gouvernement et les forces internationales de maintien de l’ordre en mission en Centrafrique puissent se mettre autour d’une table rapidement, afin de trouver une solution définitive à la sortie de crise ».

 


© autre médias
Image d'illustration
Interrogé par le RJDH, le coordonnateur politique des anti-balaka, réitère que «nous n’avons pas des conditions préalables à un dialogue entre centrafricains. Nous volons qu’on puisse se parler entre centrafricains et non avec des mercenaires étrangers». En ce qui concerne la scission du pays prônée par certains leaders de la Séléka, Patrice Edouard Ngaïssona, qui n’a pas ignoré la menace, a fait savoir que « notre pays est uni et indivisible. Un bon centrafricain ne peut pas prétendre à une partition de son pays ».

Les Séléka prêts aussi au dialogue, mais veulent d’abord la fin des violences
Les ex-rebelles de la Séléka, eux aussi se disent prêts au dialogue. Mais une des figures de la rébellion, qui a fait tomber le régime du général Bozizé de tancer, « les violences doivent obligatoirement cesser, afin de donner une nouvelle chance au dialogue et à la paix. Nous ne comprenons pas pourquoi d’autres (les anti-balaka Ndlr) disent vouloir la paix et la réconciliation, alors que des musulmans continuent d’être traqués et tués de manière sauvage, par eux-mêmes ». Dans les entourages d’un autre gradé de la Séléka, on raconte que « tout le monde aspire à la paix. Mais l’attitude des anti-balaka va conduire le pays droit à la scission, vu que les civils musulmans continuent d’être traqués et poursuivent l’exode vers le nord ».

Anti-balaka et Séléka traitent le gouvernement d’incompétent
Un autre point de vue partagé par les protagonistes de la crise en Centrafrique, «c’est l’incompétence du gouvernement à créer des conditions de réconciliation», ont affirmé des sources d’ex Séléka et anti-balaka. «Le gouvernement est incompétent», insiste un général de la Séléka, qui sera suivi par le coordonateur politique des Anti-Balaka, Patrice Edouard Ngaïssona qui aborde «c’est depuis que nous demandons le cantonnement de nos hommes, mais le gouvernement n’a pas réagi, ce qui prouve son incapacité à gérer la crise actuelle».

Joint par le RJDH, la Misca se dit disposée à accompagner la Centrafrique dans toutes les entreprises visant à restaurer la paix. «Notre objectif ici est de rétablir la paix dans ce pays. Si les centrafricains veulent faire la paix, c’est de notre devoir de les accompagner, car nous ne sommes pas là, pour imposer les choses», explique-t-on à l’Etat-major de la mission internationale africaine de paix. La rédaction du RJDH n’a recueilli la version du gouvernement centrafricain. Les ministres indiqués, disent se prononcer sur le sujet, après le conseil de ministres de ce jeudi.
 
MOTS CLES :

2 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Nul ce gouvernement

Par kpakparakpa

03/03/2014 15:49

Aucune réactivité de la part de ces ministrons. La sécurité devrait être au coeur de leur action. Au lieu de ça, il faut attendre jusqu'à jeudi pour prendre une décision alors que nous sommes dans l'urgence. ça arrive au bureau à 9h pour repartir à 11 heures. cette amatrice de samba panza au lieu de rester là et réfléchir un tant soit peu aux problèmes de ce pays ne fait que se balader. Faites chier tous !

Plus d'impunité

Par zola

03/03/2014 17:18

C'est bien de se réconcilier mais il y a un préalable: arrêter et juger les assassins aussi bien des séléka que des antibalaka. Il est hors de question de pardonner à chaque fois les tueries et les exactions sous le prétexte de réconciliation. Les centrafricains pourraient se réconciler que si la justice est rendu. Quant à ce qui critique le gouvernement, il y a peut être des incompétents mais j'aimerai vous voir à leur place "grande gueule". Vous ne ferez pas mieux avec un pays qui est par terre. C'est pas en un mois dans une insécurité totale que vous pouvez travailler. Pour moi, les antibalaka n'est pas une entité politique ou militaire. Ce sont au départ des paysans qui se sont constitués en groupe d'auto défense et qui ont courageusement résisté aux séléka qui est un entité rebelle avec des responsables connus et reconnus. Comment voulez-vous reconnaitre un groupe qui malheureusement a été infiltré par des bandits de grands chemin des jeunes désœuvrés, des pilleurs et que certaines personnes de la dernière heure veulent récupérer pour se faire une place au soleil? C'est pas sérieux. Les vrais antibalakas ne demandent pas des postes ministériels. Il faut les aider financièrement à retourner à leur terre car ce sont avant tout de valeureux paysans qui ne veulent que travailler leur terre en toute sécurité. Tout le reste, ce sont que des opportunistes qui pensent qu'il y a de l'argent à se faire dans une pseudo DDR.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués